Un Così signé Spinosi

Du 12 au 22 novembre, Jean-Christophe Spinosi et son Ensemble Matheus feront résonner Così fan tutte de Mozart au Théâtre des Champs-Elysées.

Par Marc Zisman | Sur Scène | 21 octobre 2008
Réagir
Qobuz

Jean-Christophe Spinosi s'est fait connaître à Paris grâce à une éblouissante représentation de l'Orlando Furioso de Vivaldi, présentée au Théâtre des Champs-Élysées le 7 octobre 2003. Depuis lors, il n'a plus cessé de se produire, saison après saison, sur cette même scène, mais aussi très vite au Châtelet et au Palais Garnier, puis à Parme et bientôt à la Scala de Milan.

En compagnie de son Ensemble Matheus, il revient avenue Montaigne pour un premier opéra donné en version scénique. La mise en scène sera réalisée par Eric Génovèse, sociétaire de la Comédie Française, dont on connaît trop peu le penchant profond pour la musique en général et pour l'opéra en particulier.

Spinosi et Génovèse encadrent une équipe de chanteurs jeunes, mais déjà reconnus internationalement. Entres autres, Veronica Cangemi (la Comtesse ici-même), Rinat Shaham (Carmen à Glyndebourne), Luca Pisaroni (Figaro au Théâtre des Champs-Élysées et au Met, Guglielmo à Glyndebourne, Leporello à la Bastille, Masetto à Salzbourg) et Pietro Spagnoli, que l'on ne présente plus au public du Théâtre des Champs-Élysées dont il est l'un des chanteurs préférés.

Né le 2 septembre 1964, Jean-Christophe Spinosi mêle une double carrière de violoniste et de chef d’orchestre. C’est en tant que premier violon du Quatuor Matheus qu’il est lauréat du Concours International Van Wassenaer au Concertgebouw d’Amsterdam en septembre 1993. Fort de ce succès, il décide d’étoffer le quatuor à cordes pour s’aventurer en toute liberté dans les répertoires les plus divers et exploiter des formats d’orchestre souples pour se consacrer pleinement à la direction musicale de l’Ensemble Matheus.

Il s’entoure de prestigieux solistes tels Veronica Cangemi, Paul Lewis, Sandrine Piau, Melvyn Tan, Andreas Staier, Philippe Jaroussky, Marie-Nicole Lemieux, Vivica Genaux, Emmanuel Pahud, Sara Mingardo. Sa discographie avec l’Ensemble Matheus a déjà été récompensée par plusieurs distinctions internationales : Diapason d’Or de l’année de Diapason, Choc de l’année du Monde de la Musique, Premio Internazionale del Disco Antonio Vivaldi à Venise, Grand Prix de l’Académie Charles Cros, Prix Caecilia de Belgique, Victoire de la Musique Classique, BBC Magazine Award en 2006 et 2007. Son enregistrement Heroes avec Philippe Jaroussky – un medley d’airs de Vivaldi – Disque d’or avec plus de 75.000 exemplaires vendus en France en un peu plus de six mois.

En tant que soliste et chef, Spinosi se produit avec son Ensemble Matheus dans les plus grands festivals et théâtres français et à l’étranger, dans les plus importantes villes européennes ainsi qu’aux Etats-Unis : il y fait ses débuts avec son orchestre, au Carnegie Hall de New-York et à Washington, en février 2008. Lors de la saison 2006/2007, à la tête de son ensemble, il rencontre un franc succès lors d’une production de Die Zauberflöte à Bilbao, dans une mise en scène de Daniele Abbado, sur instruments d’époque.

Inaugurant la première résidence de l’Ensemble Matheus au Théâtre du Châtelet, il s’affirme décidément grand chef rossinien avec La Pietra del Paragone à Paris, après avoir ouvert la saison du prestigieux Teatro Reggio de Parme avec cette même production en décembre 2006 dans une mise en scène de Giorgio Corsetti et Pierrick Sorin.

Invité régulier de l’Orchestre du Capitole de Toulouse, Jean-Christophe Spinosi fait bientôt ses débuts à la tête de l’Orchestre National de France, de l’Orchestre National d’Espagne, ou du Philharmonia Orchestra. À la tête du Scottish Chamber Orchestra, il a été unanimement salué pour sa prestation dans l’Orlando Furioso de Vivaldi, lors du week-end inaugural du Festival International d’Edimbourg 2007. Il dirige, durant l’été 2008, Die Zauberflöte de Mozart avec le Wiener Symphoniker au Theater an der Wien. Il est invité en 2010 à diriger, à la Scala de Milan, Il Barbiere di Siviglia de Rossini dans la mise en scène mythique de Jean-Pierre Ponnelle ; en 2013, on l’y retrouvera pour le Comte Ory. D’autres projets incluent des collaborations avec Covent Garden, les orchestres de Montecarlo, Washington, Frankfurt, ainsi que la prestigieuse Boston Haendel et Haydn Society.

Le site officiel de l’Ensemble Matheus

Le site officiel du Théâtre des Champs-Elysées

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters