Votre panier est vide

Catégories :
Bancs d'essai

TEAC CR-H101 : une mini-chaîne toute mimi pour écouter ses musiques préférées sans se prendre la tête !

Par Philippe Daussin |

Peut-être les mini-chaînes sont-elles les éléments qui continuent le mieux leur bonhomme de chemin dans le marché de la Hi-Fi traditionnelle. Elles ont pour ce su s’adapter aux changements sans remettre en cause les fondamentaux. Ainsi la nouvelle mini-chaîne TEAC CR-101 reste-t-elle dans la lignée de ce type d’élément en offrant de traditionnels lecteur de CD et tuner, mais verse dans le présent en proposant un DAC USB et S/PDIF compatible 24 bits à 192 kHz, tandis que l’amplification opte pour un modèle à découpage, peu encombrant et chauffant à peine.

Plus que d’avoir pris le tournant de la musique dématérialisée il y a de cela plusieurs années et en force pourrait-on dire, la marque japonaise TEAC continue à accentuer son avance sur la concurrence en sortant régulièrement de nouveaux modèles, convertisseurs numérique analogique autonomes ou éléments divers intégrant cette fonctionnalité dans leur panoplie.

Avec la mini-chaîne CR-H101 qui va faire l’objet de ce banc d’essai, TEAC propose un petit système moderne, compact et qui permet d’accéder à la lecture de musique dématérialisée en Hi-Res 24 bits à 192 kHz sans renoncer à écouter sa collection de CD ou des concerts en direct à la radio. Sa puissance relativement modeste la destine à une utilisation d’appoint ou dans un espace de taille réduite, dans un bureau par exemple où son faible encombrement lui permettra de se trouver une place à proximité d’un micro ordinateur qui pourra lui servir de source de fichiers audio numérique.


Présentation

Très compacte, assez haute et peu large, la mini chaîne TEAC CR-H101 est disponible en finition argentée ou noire dans un bel habillage en aluminium massif avec une façade dotée de deux petites poignées dans la tradition du constructeur.


Dans la partie supérieure de cette façade on trouve la fente d'insertion pour les CD et juste en dessous quatre touches de commande, sauts avant et arrière, lecture/pause et arrêt/éjection, et, sur leur gauche, la fenêtre du récepteur de télécommande, et à l'extrémité gauche de la façade, le bouton de mise en marche. A la verticale de ce dernier prend place une prise casque au standard Jack 3,5 mm. Ensuite viennent le bouton de sélection de source, puis l'afficheur d'un beau bleu à deux lignes, et enfin le bouton de volume.

Une petite télécommande permet le contrôle total de l'appareil en donnant accès aux menus, aux réglages de l'horloge, du timer, de l'intensité de l'affichage, au mute, au loudness (dont la correction est spécifiquement adaptée aux enceintes LS-101HR de la marque), au sur-échantillonnage (la mise en service de ces dernières fonctions étant visualisée par des petits symboles dans le coin supérieur droit de l'affichage, le symbole du loudness est visible sur la photo de la façade ci-dessus), etc.

Le TEAC CR-H101 comporte deux entrées numériques, une USB B pour relier à un ordinateur, une S/PDIF optique et une entrée stéréo analogique. Le connecteur pour l'antenne FM est un modèle coaxial 75 Ω et on peut voir un peu au-dessus à droite un capot plastique protégeant le récepteur Bluetooth et lui permettant de capter les ondes en n'étant pas enfermé dans le boîtier métallique de l'appareil.


Les borniers pour les enceintes acceptent les fiches banane comme les fils dénudés et on trouve à leurs côtés une sortie pour subwoofer.

Réalisation

Après avoir ôté une trentaine de vis pour accéder aux entrailles du TEAC CR-H101, on découvre que celles-ci sont dérobées à la vue par le mécanisme de lecture, fabriqué par TEAC soi-même comme le rappelle une étiquette qu'on ne peut par rater. Cela n'est d'ailleurs pas un mal, car les mécanismes de lecture de la marque jouissent d'une excellente réputation.


Seule la carte Bluetooth apparaît au grand jour en s'octroyant une petite place au niveau supérieur aux côtés de la mécanique CD. Cette carte Bluetooth est équipée d'un module de réception compatible aptX (qualité quasi CD) qui utilise une puce CS8645. Un amplificateur opérationnel JRC (New Japan Radio Company) NJM2115 booste les signaux analogiques en provenance de cette carte.


A l'étage intermédiaire prend place la carte USB sur laquelle un processeur NXP LPC1822 assure l'interface USB. Un circuit Burr-Brown PCM9211 se charge quant à lui de la réception des donnés de l'entrée S/PDIF optique, de même que celles issues du processeur USB, de la numérisation des signaux analogiques en provenance de l'entrée ligne stéréo, ainsi que de la commutation de ces différentes données vers le DSP (processeur numérique de signal) STMicroelectronics STM32F103.


La carte située au plus bas étage, accueille quant à elle l'alimentation à découpage, l'étage de conversion numérique analogique et le filtrage, le réglage de volume, le filtre pour le subwoofer, ainsi que l'amplificateur de puissance, que l'on peut voir ici coiffé de son petit dissipateur de calories.


C'est une puce Burr-Brown PCM1796 (24 bits à 192 kHz) qui assure la conversion numérique analogique, et qui sort des signaux différentiels en courant. On trouve donc deux amplificateurs opérationnels N5532 de Texas Instruments pour réaliser la conversion courant tension suivis par deux filtres actifs eux aussi construits autour d'un N5532.


Deux autres N5532 sont utilisés, l'un pour filtrer l'entrée analogique stéréo avant numérisation pour éviter le phénomène de repliement de spectre (aliasing), et le second pour générer la sortie pour le subwoofer. On trouve ensuite un circuit intégré de réglage électronique de volume NJW1194 fabriqué par JRC.

Pour finir, on trouve l'amplificateur, un modèle à découpage Texas Instruments TPA3118 délivrant 2 x 20W dans 8Ω (dont nous avons ôté le refroidisseur pour la photo), ainsi que les filtres de sortie constitués d'un condensateur électrochimique de 470 μF/25V et de deux selfs.


Ecoute

Retour à l'un de nos classiques, la Fantasia on British Sea Songs de Henry Wood pour débuter nos écoutes, en liaison USB avec notre PC et Foobar2000 en lecture en mode KS. Bon, avec 2 x 20W de puissance il faut pousser un peu le volume, mais la qualité sonore est là et toutes les ambiances des divers tableaux de cette Fantasia on British Sea Songs ont été restituées avec un certain bonheur, que ce soit l'espièglerie de Jack's the Lad avec des cordes qui ne se montrent jamais acides et un final vif et sans dureté, ou encore le très chantant Home Sweet Home reproduit avec une belle douceur des cordes et des vents, tandis que les cuivres du tableau See the Conquering Hero et du Rule Britannia, sans avoir toute la brillance qu'on leur connaît, sonnent majestueusement.

C'est aussi une restitution vive et colorée, que nous propose le CR-H101 de l'Allegro de la Suite Américaine de Dvorak, en version Hi-Res 24 bits à 192 kHz, interprétée par l'Orchestre du Festival de Budapest sous la direction d'Ivan Fischer, suivant sans problème la dynamique impétueuse de ce mouvement et en délivrant une image sonore large où les timbales roulent avec fermeté et où l'on ne peine aucunement à entendre le discret tintement du triangle, tandis que les éclats des cymbales concluant ce morceaux, sans se montrer excessivement piqués, n'en demeurent pas moins brillants.

Pas mal du tout avec le titre iIsn't It A Pity de l'album All Things Must Pass de George Harrison (version Hi-Res 24 bits à 96 kHz) où l'aigu pas trop brillant du CR-H101 calme un peu l'accompagnement et la guitare, renforçant ainsi le caractère planant et spirituel de cette chanson, lui apportant presque une sorte de gravité, ou tout du moins une intense profondeur dont elle s'accommode très bien, nous aussi d'ailleurs.

En liaison Bluetooth aptX et en écoute au casque (Oppo PM-3), la restitution du célèbre tube Another Brick In The Wall de l'album The Wall du groupe Pink Floyd ne trahit pas l'ambiance de cette chanson mille fois écoutée où la batterie cogne avec conviction et où les voix sont bien définies, bien qu'il faille pas mal pousser le volume (casque à bon rendement obligatoire), tandis que le jeu de guitare typique du groupe se voit offrir un rendu sonore assez riche et respectueux et que les effets sonores sont bien distribués dans l'espace.

En conclusion, voilà une mini-chaîne sympathique comme en propose souvent TEAC, suffisamment complète pour profiter de la musique de multiples manières et avec une qualité sonore fort correcte, et suffisamment simple pour la mettre entre de nombreuses mains.

Fiche technique
Manuel d'utilisation
Site TEAC France
Site BC Diffusion (importateur)
Contact

Capacités de lecture

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com