Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

iFi Audio xDSD : Qobuzissime pour ce DAC dont les performances sonores nous ont paru meilleures encore que celles, excellentes déjà, de ses prédécesseurs !

Dernier né des DAC nomades du constructeur anglais iFi Audio, le xDSD se présente sous un aspect bien différent de ses devanciers, et certainement beaucoup plus attractif pour qui aime les objets qui en jettent. Mais si l'aspect de ce nouveau DAC a pris un coup de jeune, il a gardé les excellents gènes musicaux de ses ascendants et semble même les avoir améliorés, avec à la clef, notre récompense Qobuzissime.

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 8 juin 2018
Réagir
Qobuz

Rares sont les DAC nomades de la marque anglaise Hi-Fi Audio qui n'ont pas eu droit à leur banc d'essai Qobuz assorti de notre récompense Qobuzissime.

Nous sentions cependant depuis quelque temps un essoufflement dans les réalisations du constructeur avec la sortie de deux séries spéciales, l'une du modèle micro iDSD Black Label Edition, version en boîtier noir de la version de base se voyant équipée de composants passifs plus audiophiles, et plus récemment du nano iDSD Black Label usant de la même recette, puis du nano iOne semblant vouloir inaugurer une nouvelle esthétique pour les appareils nomades de la marque, mais sans que cela ne révolutionne véritablement les choses.

Ce n'est pas du tout le cas pour le dernier né des DAC nomades du constructeur, le xDSD qui sera l'objet du présent banc d'essai, dont on se saurait à première vue affirmer qu'il fait partie de la famille iFi Audio tant son esthétique a été repensée, avec une certaine réussite pourrait-on dire, mais sans que celle-ci soit forcément l'objet de l'approbation générale, comme tout ce qui est d'ordre esthétique d'ailleurs.

Quant à la technique, et aux résultats sonores, c'est du iFi Audio pur jus, et peut être même mieux que ça encore, et c'est ce que nous vous invitons maintenant à découvrir dans la suite de cet article.


Présentation

Deuxième phase de changement d'apparence chez iFi Audio après le nano iOne puisque le xDSD, pour sa part, adopte une esthétique qui rompt radicalement avec celle des appareils nomades précédents.

Le boîtier, dont les faces supérieure et inférieure adoptent un profil type "tôle ondulée" (c'est l'expression), est réalisé, hormis une partie de l'arrière en résine plastique pour laisser passer les signaux Bluetooth, en un alliage d'aluminium et de magnésium offrant un aspect métallique brillant couleur titane. C'est un look très moderne, un peu bling bling mais agréable, et se faisant un plaisir de conserver les empreintes digitales, mais que son caractère très brillant rend récalcitrant aux prises de vue à la volée ! Il faut qu'il pose, dans de bonnes conditions d'éclairage, comme une star.


Sur la gauche de la façade, on trouve la prise Jack 3,5mm accepte les casques équipés d'une prise Jack standard à trois pôles comme celles à quatre pôles équipant certains casques fonctionnant en mode symétrique, et deux petites LED multicolores qui indiquent, pour celle du haut la fréquence d'échantillonnage selon sa couleur, et pour celle du bas l'entrée en service.

Le bouton de volume, placé en position centrale possède une zone translucide laissant apparaître le logo de la marque et dont la couleur du rétro éclairage indique la zone d'atténuation dans laquelle se trouve le volume. On peut également, par une combinaison de touches, fixer le volume à son maximum et neutraliser toutes les corrections, afin que le xDSD fonctionne comme un DAC source si l'on peut dire, en utilisant la sortie casque qui se comporte alors comme une sortie ligne (Line output mode).

A l'arrière du boîtier, en partant de la gauche, une prise Jack 3,5mm combinée analogique-optique permet de brancher une source analogique ou une source numérique via un cordon équipé d'une prise Jack mâle optique, la détection analogique ou optique étant automatique.


L'entrée USB est de type A mâle, ce qui permet d'utiliser ce DAC xDSD directement avec un cordon OTG sur un smartphone ou une tablette sous Android ou le Camera Kit Apple avec un iPhone ou un iPad. Le constructeur fournit aussi un adaptateur USB A - USB B femelles à utiliser avec un cordon standard muni d'une prise mâle USB B, ainsi qu'une rallonge mâle femelle USB A version 3 qui peut aussi être utilisée avec un ordinateur, cette dernière pouvant également jouer son rôle de rallonge avec une interface OTG ou le Camera Kit Apple pour le raccordement au xDSD.

Un petit interrupteur à glissière permet de choisir entre deux filtres, l'un adapté à la mesure, l'autre à l'écoute, tandis que la prise micro USB servira pour recharger la batterie interne, une LED multicolore indiquant l'état de la charge.

Réalisation

Une fois n'est pas coutume et ce sont les très beaux visuels du constructeur que nous allons utiliser pour la description des composants électroniques principaux constituant le DAC iFi Audio xDSD.

Comme toujours chez ce constructeur, la réalisation de l'électronique est très soignée et le circuit double face reçoit systématiquement un beau vernis rouge avec une sérigraphie blanche très lisible pour les composants, et des inscriptions, comme la marque et la référence de l'appareil, sont gravées dans le cuivre et dorées comme les pistes et zones de soudage (sur la face la moins chargée en composants).

On peut voir sur le visuel ci-dessous, la face inférieure, le gros de la troupe des composants à haute intégration qui y prend place. Il n'est vraiment pas difficile de les identifier grâce à la très bonne qualité de la photo réalisée par le constructeur.

Déjà, le processeur USB, un modèle XMOS 8U6C5 qui se charge d'extraire le bus I2S du flux USB provenant d'un ordinateur, d'un smartphone ou d'une tablette. Au-dessus, légèrement à gauche se trouve le microcontrôleur de gestion de l'électronique, un modèle de marque STC.


Le circuit juste au-dessus marqué 8V51N107 est l'horloge de précision GMT Femto propre au constructeur et dérivée de ses réalisations de haut de gamme de marque AMR, les circuits U2002 à U204 aiguillant la bonne fréquence sur la puce de conversion en fonction de la fréquence d'échantillonnage des signaux numériques, sachant que ceux provenant de la prise Jack optique S/PDIF sont également gérés par le processeur XMOS, de même que les signaux analogiques provenant de cette prise Jack, un convertisseur analogique numérique étant intégré à celui-ci.

La carte Bluetooth aptX fournit des signaux analogiques et ceux-ci sont aiguillés vers le circuit de volume, un atténuateur W990VST (U401) mis au point par iFi Audio, au travers d'un commutateur analogique HT4053 (U403). Si l'on est en mode USB ou en entrée analogique ou optique, ce sont les signaux décodés en provenance du convertisseur numérique analogique, un modèle DSD1793 fabriqué par Bur-Brown Japon (compatible PCM jusque 32 bits à 768 kHz et DSD512) et que nous avons toujours vu utilisé dans les DAC nomades iFi Audio, qui sont aiguillés vers l'atténuateur par le HT4053.


Sur la gauche du DSD1793 prennent place deux circuits 74HCT595, des registres à décalage qui vont piloter les LED de la face avant ainsi que le rétro éclairage du bouton de volume en fonction des données que leur transmettra le microcontrôleur STC.

Les signaux dosés par l'atténuateur W990VST sont amplifiés en tension par un quadruple amplificateur opérationnel à faible bruit OV4627 (U400) spécifique à iFi Audio et sont ensuite confiés à deux doubles buffer (gain en tension de 1 et fort gain en courant) Maxim MAX9723 et sont ensuite aiguillés vers la prise Jack de sortie disposant de quatre contacts. Celle-ci peut donc alimenter un casque équipé d'une prise Jack standard à trois contacts, donc avec retour commun des signaux par le fil de masse, aussi bien qu'un casque de type symétrique disposant d'une prise Jack mâle à quatre contacts, alimentant donc séparément les deux transducteurs.


La détection de l'un ou l'autre type de casque se fait de manière automatique et c'est probablement le circuit HT4053 (U501, commutateur analogique) qui dirige les signaux de manière adéquate.

Sur l'autre face du circuit on trouve un grand nombre de composants passifs de qualité, ainsi que les oscillateurs pour le processeur USB (X1) et l'horloge de précision Femto Clock (Y200). Le connecteur pour la batterie prend place à proximité de la prise micro USB qui sert uniquement à sa recharge grâce au circuit intégré manager de charge Cyber Drive (U901), se trouvant sur l'autre face à côté du récepteur Bluetooth.


Repérage et légendes des pièces maîtresses de la face inférieure
Repérage et légendes des pièces maîtresses de la face supérieure
(images de synthèse iFi Audio)

Ecoute

Commençons par ce qui vaut d'être dit en premier, et pour peu que nos souvenirs auditifs ne nous trahissent pas, les résultats sonores nous ont semblé meilleurs encore que ceux, excellents déjà, procurés par les DAC de la marque que nous avons déjà eu l'occasion de tester.

Ecouté avec notre casque OPPO PM-3, l'Allegro con fuoco de la Symphonie Manfred de Tchaikovsky par le Melbourne Symphony Orchestra dirigé par Oleg Caetani est un volcan en éruption, l'amplificateur du xDSD est assez puissant et permet d'atteindre des pressions sonores qui, loin de faire mal aux oreilles, révèlent totalement et sans réserve le potentiel dynamique de morceaux tels que celui-ci. Disons-le, c'est jouissif ! Mais à cela s'ajoute bien sûr une qualité de restitution vive et réactive offrant une large bande passante allant des sons les plus graves aux sons les plus aigus sans faire de favoritisme et donc en recueillant notre assentiment.

Avec notre système de référence constitué d'une paires d'enceintes Triangle Antal Anniversary et d'un amplificateur Sony UDA-1 et après avoir passé le DAC xDSD en source (Line output mode), ce qui permet d'apprécier uniquement le décodage, nous avons lancé la cantate Carmina Burana de Carl Orff par le London Philharmonic Choir et le London Philharmonic Orchestra dirigé par Hans Graf (version Hi-Res 24 bits à 44,1 kHz).

Et là, on est un peu stupéfait par le sentiment d'aisance et de naturel de la restitution, par les transitions de pupitres à pupitres, par le fouillé et la définition qui permettent aux plus petites lignes mélodiques, qu'elles soient orchestrales, chorales, ou encore du fait de l'intervention d'un ou d'une soliste, d'attirer l'attention de l'oreille et de la captiver et de s'éteindre comme lorsqu'on est au concert, ce qui n'est pas très souvent le cas avec les électroniques audio. IFi Audio précise bien que dans le Line output mode les effets sonores disponibles en écoute au casque sont désactivés tandis que le contrôle de volume est contourné et que l'étage de sortie est spécialement configuré pour donner les meilleurs résultats en sortie ligne, et effectivement on s'en rend bien compte.

Nous avons cependant, la stupéfaction ressentie nous y poussant un peu, écouté avec notre système ampli enceintes l'Allegro con fuoco de Manfred, déjà écouté au casque et nous avons retrouvé sur les enceintes toutes les sensations procurées par l'écoute au casque auxquelles sont venus s'ajouter ces éléments dont nous venons de parler. Un grand moment de reproduction musicale de ce final de Manfred que nous adorons !

Nous sommes revenus en écoute au casque avec l'album The Wall des Pink Floyd afin de tester les effets XBass+ et 3D+. Leur action nous a paru assez légère, mais peut-être la musique choisie ne s'y prêtait-elle pas au mieux. A la limite, mieux vaut qu'il n'en fasse pas de trop que l'inverse !

En liaison Bluetooth aptX, la restitution bénéficie des excellentes qualités sonores de l'électronique et l'écoute de quelques extraits des Vespri per l'Assunzione di Maria Vergine de Vivaldi par Rinaldo Alessandrini dirigeant le Concerto Italiano se révèle plus que convaincante quant aux performances musicales du codage aptX. Nous sommes d'ailleurs passés de l'écoute depuis la liaison Bluetooth aptX à la liaison OTG et la transition s'est passée sans que nous percevions une quelconque différence dans le rendu sonore, le xDSD se resynchronisant sans coupure sur l'entrée USB.

Pour conclure, le DAC iFi Audio xDSD est un appareil à écouter absolument si vous envisagez l'achat d'un DAC portable dans cette gamme de prix. Ses performances sonores sont au moins du domaine de l'excellence, sa connectique très intelligente et son utilisation relativement aisée. Tant de qualités méritent plus que largement un Qobuzissime.

Spécifications
Manuel d'utilisation (en anglais)
Site iFi Audio
Site Elite Diffusion (importateur)
Contact

Capacités de lecture

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Pour toute question ou remarque à la Rédaction sur cet article, contactez-nous directement, en ajoutant son URL si possible, à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters