Technics ST-C700D : présentation et qualité sonore raffinées pour ce lecteur réseau avec DAC USB.

Si moult marques, chinoises pour la plupart, sont nées de la dématérialisation de la musique, celle-ci aura aussi permis à des grandes marques institutionnelles de reprendre de la vigueur dans le domaine de la Hi-Fi, voire de renaître, comme la marque japonaise Technics chère au cœur de nombre de hifistes à fort kilométrage.

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 25 octobre 2018
Réagir
Qobuz

Durant les années fastes de la Hi-Fi, Technics, la marque de haut de gamme du géant de l'électronique Matsushita, devenue récemment Panasonic Corporation, se situait dans le haut du panier des fabricants de Hi-Fi. L'une des réalisations de Technics, la platine Vinyle SL1200, a régné sans partage dans les cabines des disc-jockeys et jouit également d'une grande côte auprès des amateurs de disques vinyle et fait incontestablement partie des platines de légendes.

Panasonic a donc récemment ressuscité sa marque Technics et propose plusieurs gammes de réalisations appelées Classe Reference, Grand Class (des appellations prometteuses !) ou encore Premium Class, dont fait partie le lecteur réseau ST-C700D que nous allons vous présenter dans ce banc d'essai.

Le ST-C700D est un appareil moderne pilotable depuis sa télécommande ou avec l'application Technics Music App disponible pour iOS et Android. Il peut également fonctionner comme DAC USB avec un ordinateur et dispose d'un tuner FM/DAB/DAB+ (il existe aussi le modèle ST-C700 sans ce tuner). Il est également compatible DLNA (fonctionne avec Qobuz pour Mac/PC), AirPlay et Bluetooth aptX et sa prise USB A en façade, sur laquelle on peut connecter un support de stockage amovible est également compatible avec les smartphones et tablettes Apple.


Présentation

Le lecteur réseau Technics ST-C700D se présente de manière très sobre et quasiment sans aspérité si ce n'était l'interrupteur marche/arrête à bascule jouxtant la prise USB A destinée au branchement d'un périphérique de stockage USB ou d'un smartphone ou d'une tablette Apple. Les aspérités s'arrêtent là et le plexiglas transparent retrouve ensuite son intégrité, laissant transparaître le récepteur de la télécommande, l'afficheur monochrome et les touches tactiles servant à la fois à la lecture et à la navigation dans les menus. Son boîtier à structure en tôles d'acier est garni de flancs et d'un dessus en aluminium à la manière de certaines réalisations de haut de gamme.


A l'arrière, on trouve le connecteur pour l'antenne du tuner, les prises Cinch de sortie des signaux analogiques, deux sorties numériques S/PDIF, coaxiale et optique, afin de pouvoir brancher un DAC extérieur ou de relier cet appareil en numérique à un amplificateur doté d'une entrée S/PDIF, la prise USB B pour le branchement à un ordinateur, une prise de contrôle par un autre appareil de la marque, et la prise réseau RJ45.


Réalisation

Nous ne saurons pas dire si certains composants ont été volontairement enrobés d'une substance qui nous fait penser à de la graisse thermo conductrice séchée ou s'il s'agit d'un accident, mais quoi qu'il en soit l'intérieur de ce lecteur réseau Technics bénéficie d'une réalisation de grande série soignée.


La carte alimentation à découpage (ci-dessous) et une grande carte principale se partagent presque tout l'intérieur du boîtier. Quelques autres petites cartes sont montées le long de la façade (connexion USB A, réception des signaux infrarouge de la télécommande, affichage et touches tactiles). On peut voir sur la carte alimentation le filtre secteur élaboré et efficace faisant appel à des selfs et des condensateurs.


Avant d'arriver à la carte réseau, un modèle Microchip CY920-C, les signaux en provenance du réseau sont filtrés par des selfs de mode commun. Un processeur Freescale (NXP) MK20FN1M assure le traitement des signaux provenant des entrées USB, un transceiver (émetteur-récepteur) Microchip USB3343 étant utilisé en interface avec l'entrée USB B située à l'arrière. Une puce NJW4119 de JRC (New Japan Radio Company) pouvant fournir un courant de plus de deux ampères alimente la prise USB A se trouvant en façade. Les entrées S/PDIF coaxiale (celle-ci est chargée, comme il se doit, par un transformateur d'isolement et adaptation d'impédance) et optique sont gérées par une puce Cirrus Logic CS8406 acceptant les signaux audio numérique jusque 24 bits à 192 kHz.


Un processeur numérique de signal Analog Device se charge du traitement des signaux (ceux-ci sont commutés auparavant par des sélecteurs/multiplexeurs 74LVC57) et procède au re-mastering de ceux-ci sur 24 bits à la fréquence de 192 kHz, en fait une conversion de taux d'échantillonnage selon un algorithme propre à Technics.

La conversion numérique analogique est assurée par une puce Burr-Brown PCM1795 (24 bits à 192 kHz et DSD) suivi d'un filtrage actif construit autour d'un amplificateur double à hautes performances LME49720 Texas Instrument. Il est entouré de composants passifs de qualité, en particulier des condensateurs à couches plastique à montage en surface dont Panasonic fait partie des fabricants réputés. Visiblement ce LME49720 puise son énergie dans une alimentation symétrique utilisant des transistors 2SC3851 et 2SA1488.

On peut voir auprès du PCM1795 un régulateur linéaire Sanken SI-3010KM, un autre modèle du même type se trouvant également à proximité des deux micro contrôleurs de gestion 5F364. En revanche, contrairement à ce qu'annonce Technics sur son site, nous n'avons pas trouvé trace d'une alimentation par batterie virtuelle sur la carte, ni sur l'alimentation, ou alors sommes-nous passés à côté...

Ecoute

Le lecteur réseau Technics ST-C700D offrant différents modes, normal, direct et re-master, nous avons commencé nos écoutes en chaussant un casque Hifiman Sundara raccordé à notre amplificateur Sony UDA-1 afin de pouvoir bien nous concentrer pour comparer les restitutions dans ces trois modes et choisir celui qui nous paraissait donner les meilleurs résultats sonores, ou tout du moins ceux que nous aimions le plus.

Pour ce nous avons choisi (est-ce surprenant ?) la Fantasia on British Sea Songs de Henry Wood, diffusée en AirPlay depuis l'application Qobuz pour iOS tournant sur notre iPad et avons ainsi pu faire une comparaison en instantanée grâce aux touches Direct et Re-Master de la télécommande.

Les effets sont relativement sensibles, ainsi en passant du mode normal au mode direct la restitution gagne en clarté, en netteté mais on ne sent pas de modification autre, c'est un peu comme si un léger voile masquant la musique était retiré, alors que passer ensuite en mode re-master apporte une touche d'éclairage dans les fréquences supérieures, on remarque ainsi avec cette Fantasia on British Sea Songs que les registres haut-médium et aigu se trouvent soudainement plus lumineux, mais aussi un peu plus appuyés, ce qui ne nous semble pas être forcément mieux, en particulier lors des interventions des chœurs dans le Rule Britannia qui ont alors tendance à se montrer un peu criards.

Donc, en sélectionnant le mode Direct, le lecteur réseau Technics ST-C700D a offert de cette œuvre une restitution sonore que nous avons appréciée, équilibrée, aérée, bien respectueuse des timbres et de la dynamique, enfin, rien qui ne donne prise à la critique négative mais rien non plus qui nous transporte vers un Qobuzissime, ce petit plus qu'ont certaines électroniques.

En passant sur nos enceintes Triangle Antal Anniversary, les prestations sonores sont également très bonnes à l'écoute de la Suite Américaine de Dvorak, en version Hi-Res 24 bits à 192 kHz, interprétée par l'Orchestre du Festival de Budapest sous la direction d'Ivan Fischer. La finesse et la précision de la restitution ne laissent planer aucun doute, le triangle ne peine aucunement à faire entendre son tintement aussi bien dans le calme Andante con moto initial que dans le furieux Allegro qui le suit et où l'orchestre se déchaîne plus d'une fois en laissant éclater timbales et cymbales, déchainement que le Technics ST-C700D restitue dans toute sa complexité et sa fureur, et en particulier dans la coda, véritable feu d'artifice orchestral !

Après la couleur, la lumière et la force vitale, la sombre méditation automnale de l'album testament de Léonard Cohen You Want It Darker, streamé et diffusé depuis Qobuz intégré à l'application BubbleUPnP sur notre smartphone Sony, reproduite avec toute sa sombre ambiance, avec une honnêteté scrupuleuse pourrait-on dire, les titres se suffisant à eux-mêmes. Nous avons pensé que la mise en service du Re-Master allait quelque peu estomper la pesanteur générale du titre donnant son nom à l'album, mais c'est surtout la voix du chanteur, ainsi que d'autres interventions chantées, qui se sont trouvées, de manière pas très heureuse à notre avis, quelque peu dés-assombries. On aura essayé.

Retour à l'un de nos albums préférés, Size Isn't Everything des Bee Gees, dont le Technics ST-C700D extrait du titre How To Fall In Love toute la chaleur et la beauté des «vocals» et de leur riche accompagnement et les restitue avec une intensité qui ne manque pas de produire sa dose d'émotion. Il en va de même avec le magnifique titre Heart Like Mine, plus riche encore peut-être et à la ligne de grave puissante et saisissante, fort bien restitué pour un grand bonheur auditif.

Pour conclure, ce lecteur réseau Technics ST-C700D est une belle réalisation offrant des fonctionnalités bien adaptées à la manière actuelle d'écouter de la musique, et doté d'une application de contrôle agréable. De plus ses prestations sonores, en restant en mode Direct, sont très bonnes. Un appareil très recommandable.

Caractéristiques
Manuel d'utilisation (multilangue)
Site Technics France
Contact

Capacités de lecture

Visiblement l'entrée USB B semble être MFI compatible (Made For iPhone, iPod, iPad) puisqu'au delà de 48 kHz les fichiers sont systématiquement sous-échantillonnés à 48 kHz.

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Pour toute question ou remarque à la Rédaction sur cet article, contactez-nous directement, en ajoutant son URL si possible, à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters