Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Burson Audio DAC Play V5i : un petit futé qui a plus d'une tour dans son sac !

Certains amateurs de Hi-Fi aiment essayer d'améliorer le rendu sonore de leur DAC, généralement en changeant les amplificateurs opérationnels. Encore faut-il que le constructeur ait pensé à leur désir le plus cher et ait utilisé des modèles traversants montés sur supports. Avec son modèle Play, Burson Audio va encore plus loin puisqu'il propose sur une même base, différentes versions de ce DAC, certaines étant équipées d'amplificateurs opérationnels réalisés par Burson lui-même en composants discrets.

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 2 juin 2018
Réagir
Qobuz

Fondée par une petite équipe d'ingénieurs il y a plus d'une vingtaine d'années, la marque Burson Audio est basée à Melbourne en Australie et a pour particularité de réaliser ses propres amplificateurs opérationnels avec des composants discrets, ceux-ci étant pourvus de broches au format standard huit broches en double ligne (Dual In Line ou DIL), donc pouvant remplacer un amplificateur opérationnel intégré DIL8 monté sur support si la place est suffisante, ce type de réalisation de Burson présentant un encombrement plus important qu'un circuit intégré DIL8.

Ces amplificateurs opérationnels Burson peuvent être acquis séparément pour être montés dans tout DAC dans lequel cela est possible, en prenant garde qu'il en existe deux types : des simples pouvant (normalement) remplacer tous les amplificateurs opérationnels intégrés DIL8 simples (NE5534, OPA134, OPA604...) et des doubles pouvant (normalement aussi) se substituer amplificateurs opérationnels intégrés DIL8 doubles (NE5532, OPA2134, OPA2604...).

Nous avons mis un normalement entre parenthèses car il peut arriver qu'un schéma électronique soit spécifiquement adapté à un type de technologie d'amplificateur opérationnel et posera des problèmes avec une autre technologie ou un Burson.

Quoi qu'il en soit, Burson Audio propose un DAC dont on peut déjà dire qu'il se démarque de la concurrence par sa possibilité d'être disponible avec des amplificateurs opérationnels classique de type NE5532 et NE5534 (Burson parle de NE5543 mais il semble que ce soit une coquille), puis avec des amplificateurs opérationnels associés à des composants actif (modèle V5i-S et V5i-D) qui équipe le DAC Play V5i objet de ce banc d'essai, et trois autres modèles équipés de modules en composants discrets (liste sur cette page Web). On peut même remplacer soit-même ces amplificateurs opérationnels, le fabricant ayant mis une sérigraphie sur la face interne supérieure du boîtier que l'on démontera si on désire réaliser l'opération.


De plus, le constructeur a adopté un boîtier au "form factor" particulier, à savoir que ce boiter d'apparence traditionnelle peut s'adapter à l'emplacement d'une lecteur de DVD dans une tour d'ordinateur et que sa connectique arrière est également prévue en conséquence, mais il faudra que l'alimentation du PC soit capable de lui fournir 5A sous 12V ! Pas idiot du tout.

Présentation

Le DAC Burson Play V5i adopte une présentation sobre et fonctionnelle et se présente sous la forme d'un boîtier en aluminium anodisé noir aux dimensions d'un élément pouvant prendre place en façade d'un ordinateur tour (les flancs sont munis de trous filetés pour la fixation).


Dans la partie gauche de la façade on trouve une prise casque au standard Jack 6,35mm ainsi qu'une autre de 3,5mm pour le branchement d'un microphone. Au centre, un double afficheur type sept segments composé de micro perforations indique le réglage du volume de 00 à 99), celui-ci étant géré par le bouton de droite commandant un encodeur optique avec pression centrale mettant le mute en ou hors service.

Une jolie petite télécommande tout en métal permettant de régler le volume et de commander le mute est livrée avec l'appareil.


A l'arrière, on ne trouve qu'une entrée numérique sous la forme d'un connecteur USB B pour relier à un ordinateur. Une prise coaxiale permet de brancher le bloc secteur si on utilise ce DAC comme une source classique destinée à un ensemble Hi-Fi et un connecteur Molex permettant son branchement en interne lorsqu'il est intégré dans une façade d'ordinateur. Un interrupteur permet de mettre le DAC sous tension tandis que les signaux audio ligne à niveau variable sont disponibles sur deux prises Cinch.

Réalisation

Très proprement réalisée, la carte principale du DAC Burson Play V5i accueille la majorité des composants (visiblement tous d'excellente qualité), avec la carte USB monté sur colonnettes et reliée via un connecteur multipoint au circuit et un fil blindé à la prise microphone. Un circuit occupe une partie de la face avant. On y trouve le microcontrôleur de gestion de marque STC, les afficheurs, et l'encodeur optique.


La carte USB est équipée d'un processeur XMOS U308 avec ses deux oscillateurs pour la synchronisation avec les signaux audio numérique et celui destiné à son horloge interne. On y trouve également une mémoire Flash STMicroelectronic et une mémoire RAM, ainsi qu'un Codec (Codeur Décodeur) CMedia HS-100B numérisant sur 16 bits à 44,1 ou 48 kHz les signaux du microphone.


Ci-dessous la partie de la carte principale où prend place l'alimentation avec un gros condensateur électrochimique de 2200 μF/35V placé sur l'arrivée du 12V. Deux régulateurs de forte puissance XL4015E et XL6019E du fabricant XLsemi filtrés par deux condensateurs électrochimiques de 1000 μF/35V alimentent la partie amplification pour casque.


A l'opposé, se trouvent deux régulateurs +5V Linear Technology LT1085-CT5 pouvant fournir 3A. L'un sert à alimenter un relai se trouvant à proximité de l'entrée pour microphone, et l'autre alimente la carte USB et le convertisseur numérique analogique.

Celui-ci, situé à côté du connecteur pour la carte USB est un modèle ES9018 (32 bits à34 kHz et DSD) de la marque ESS utilisant la technologie HyperStream™ qui recalcule sur 32 bits à haute fréquence tous les signaux numérique entrant, quelle que soit leur fréquence et fait également usage du Time Domain Jitter Eliminator.

Trois amplificateurs doubles propriétaires V5i-D (des amplificateurs opérationnels à hautes performances en boîtier CMS associés à des composants actifs classiques noyés dans de la résine et munis d'un capot métallique) procèdent ensuite à la transformation en tension des signaux en courant issus de la puce de conversion ainsi qu'à leur filtrage avant qu'ils soient appliqués à l'amplificateur pour casque.


Viennent ensuite les circuits d'amplification pour le casque. Ils font également appel à des modules amplificateurs opérationnels V5I-S (version simple du V5i-D) qui sont utilisés en amplificateurs de tension et servent également pour les sorties ligne à niveau variable, tandis que l'amplification en courant utilise des composants classiques sur chaque étage, dont des résistances de précision de marque Vishay Dale et un double push-pull de transistors de puissance Toshiba 2SC5171 et 2SA1930, permettant d'obtenir une puissance de 2W dan 16Ω

Ecoute

Configuration habituelle pour notre partie écoute, amplificateur Sony UDA-1 pilotant une paire d'enceintes Triangle Antal Anniversary.

C'est parti avec l'un des albums de test de nos débuts chez Qobuz, la Fantasia on British Sea Songs de Henry Wood. Le DAC Burson Play V5i en offre une belle restitution avec des violons enchanteurs, chaleureuse et précise et sans excès dans l'aigu, comme nous aurions pu le craindre avec l'utilisation d'une puce ESS, le triangle étant bien audible mais pas plus que de coutume et les cuivres majestueux comme les cymbales n'en rajoutent pas. La satisfaction est au rendez-vous donc avec un rendu sonore très agréable et enjolivant, semblerait-il, un peu la zone médiale.

Ce fait semble se confirmer à l'écoute du tube des 70's My Sweet Lord de l'album All Things Must Pass de George Harrison où on note une présence assez affirmée de la voix de l'ex Beatles ainsi que des chœurs. De même, alors que les harmoniques hautes des accords de guitare sont habituellement à un bon niveau d'audibilité, ils sont un peu masqués par la prééminence des sons situés dans le médium, mais l'ensemble de la restitution, bien qu'inhabituelle pour nos oreilles, ne manque néanmoins pas de charme.

Sur la sortie casque, la puissance est vraiment importante (2W/16Ω), et ceci sans passer par une amplification casque de type symétrique, ce que nous avons toujours pensé être techniquement totalement injustifié dans un grand nombre de cas, il suffit de disposer de tensions assez élevées pour la partie amplification pour casque, ce qui n'est absolument pas un problème pour un appareil sédentaire disposant d'une alimentation secteur. Cela évite de recourir à une amplification pontée et le doublement de composants que cela impose pour celle-ci (et coûte évidemment plus cher), sans parler de la complexification de la connectique pour les casques.

Donc, avec notre Oppo PM-3, c'est à 25 sur 99 à l'afficheur que nous avons écouté avec un niveau sonore très confortable le mouvement final de la Symphonie Manfred de Tchaikovsky par le Melbourne Symphony Orchestra dirigé par Oleg Caetani. Et cet Allegro con Fuoco dont nous aimons qu'il nous remue les tripes a été bien servi par le Burson Play V5i qui nous en a offert une restitution puissante où la dynamique pouvait s'exprimer sans la moindre contrainte et à la bande passante large avec un très bon impact des graves. On a même poussé le volume jusque 32 pour la reprise à 13:00 du thème principal où l'orchestre recommence à se déchaîner avec une profusion de décibels, et où timbales cymbales et autres percussions finissant par se mêler avec puissance à l'orchestre poussent le drame à son paroxysme pour le plus grand bonheur de nos oreilles (oxymore très osé de mélomane !).

Pour conclure, la présence et la chaleur avec lesquelles ce DAC Burson Play V5i restitue la musique sauront conquérir les amateurs sensibles à ce type de restitution. L'idée de pouvoir intégrer cet appareil dans une tour d'ordinateur est également très judicieuse, tandis que ceux aimant comparer le son des amplificateurs opérationnels trouveront leur bonheur avec ce DAC, tout comme les amateurs cherchant un DAC avec un amplificateur pour casque puissant et fonctionnant avec les modèles équipés d'une prise Jack standard à trois contacts.

Caractéristiques
Manuel d'utilisation (en anglais)
Site Burson Audio
Contact

Capacités de lecture


Le constructeur annonce une compatibilité iOS et Android, et bien que dans l'un et l'autre cas le DAC Play ait été détecté, il n'a jamais sorti aucun son alors que la lecture était en cours, avec l'application Qobuz sur iOS et USB Audio Player Pro sur Android. Mystère ?


Nos remerciements à Audiophonics pour le prêt du Burson Play V5i.

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Pour toute question ou remarque à la Rédaction sur cet article, contactez-nous directement, en ajoutant son URL si possible, à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters