Votre panier est vide

Catégories :
Bancs d'essai

DAC iBasso D42 Mamba avec ampli casque : on peut se piquer à son jeu !

Par Philippe Daussin |

Votre dernier casque vous donne entière satisfaction, comme votre smartphone Android mais ce dernier semble un peu à la traîne face aux performances de votre nouveau compagnon auriculaire. Le DAC avec ampli casque iBasso Mamba devrait pouvoir remédier à cela puisqu'il peut discuter avec un smartphone grâce à son câble OTG et ainsi convertir les fichiers audio numérique stockés sur celui-ci. Et bien sûr, il peut aussi fonctionner à la maison avec l'ordinateur.

Le nomadisme ne semble pas être un vain mot pour la marque chinoise iBasso qui semble s'être spécialisée dans les appareils de petites dimensions qu'on pourra emmener partout avec soi pour peu que l'on dispose d'une poche de libre.

La marque propose ainsi toute une gamme d'appareils compacts parmi lesquels des baladeurs numériques audiophiles qui portent pour références DX-50 (testé sur Qobuz), DX-90 et DX-100 ou encore les DAC avec amplificateur casque D-zero, D42 Mamba (objet de ce banc d'essai) ou encore le "Fer de lance", le constructeur ayant adopté pour ces deux derniers modèles des noms de serpents, sans doute pour asseoir son "mordant".

En effet, les appareils iBasso adoptent des présentations agréables et leurs tarifs attractifs les positionnent bien sur un marché en pleine effervescence. Ainsi, bien qu'il soit limité à la lecture des fichiers sur 16 bits à 48 kHz, ce qui est néanmoins en mesure de satisfaire un grand nombre d'amateurs, le petit et punchy DAC avec ampli casque D42 Mamba se révèle agréable à écouter et peut automatiquement récupérer le signal digital depuis la prise micro-USB d'un smartphone Android grâce à un câble USB OTG (USB On-The-Go), lequel va permettre au DAC et au smartphone s'échanger des données directement, sans avoir besoin de passer par un ordinateur.


Présentation

Pas de tralalas dans la présentation du DAC D42 Mamba de iBasso, on va à l'essentiel avec un boîtier pas bien gros mais réalisé entièrement en aluminium anodisé brossé, naturel ou noir pour le corps, naturel uniquement pour la façade et la face arrière. La première impression est plutôt bonne.

La façade s'orne d'un bouton de volume avec un interrupteur marche arrêt en fin de course, d'un petit inverseur à levier permettant de changer le gain de l'appareil afin d'augmenter le niveau sonore si besoin, et de deux prises Jack 3,5 mm, celle le plus à l'extérieur servant à brancher un casque, l'autre prise fonctionnant en sortie ligne lorsque le D42 est relié en USB et d'entrée ligne pour une source comme un baladeur ou un téléphone portable afin de profiter de l'amplificateur du D42 lorsque le D42 est alimenté par la pile de 9V interne.


Sobriété également en face arrière, puisque la prise USB A destinée à raccorder un ordinateur ne partage l'espace qu'avec le petit interrupteur permettant de choisir d'alimenter la partie amplification par le courant provenant de l'entrée USB ou par la pile que l'on peut installer dans le boîtier. Deux écrous moletés permettent d'ouvrir le boîtier sans outil (un bonheur pour nous !) afin d'insérer cette pile.

Fabrication

Pas de place de perdue sur le circuit double face du DAC iBasso D42 Mamba puisque celles-ci sont bien équipées en composants.

La face supérieure accueille ainsi l'alimentation avec ses divers condensateurs de filtrage, dont un de 2200 ?F/10V de marque Nichicon, un de 100 ?F/25V de type Fine Gold et un 22 ?F/50V Muse, d'autres modèles audiophiles du même fabricant.

C'est un régulateur à faible drop out (différence de tension entre l'entrée et la sortie) AMS1117-3.3 qui fixe la tension de 3,3V nécessaire au fonctionnement des puces de conversion numérique analogique.


C'est également sur cette face que prennent place les amplificateurs pour la sortie casque, constitués de deux amplificateurs opérationnels doubles LMH6655 de Texas Instruments, des modèles à faible bruit, faible consommation et large bande passante. Deux condensateurs de 470 ?F/16 V assurent une réserve de courant pour ces amplificateurs et le potentiomètre commandant leur niveau de sortie semble de bonne qualité.

Le relai situé à côté du potentiomètre et commandé par le petit interrupteur en façade se charge du changement de gain de l'amplificateur opérationnel double Analog Devices AD8066, un modèle offrant d'excellentes performances chiffrées.

Sur l'autre face de ce circuit on trouve la puce d'interface USB Burr-Brown PCM2706, un modèle uniquement compatible USB1.1, c'est-à-dire fonctionnant en mode synchrone avec des signaux audio numérique sur 16 bits jusqu'à 48 kHz.

Ce circuit embarque son propre convertisseur numérique analogique mais iBasso ne l'utilise pas et lui a substitué deux modèles externes WM8740 de Wolfson Microelectronics, deux puces très performantes du fabriquant anglais acquis récemment par Cirrus Logic. La finalité de l'utilisation de deux puces de conversion numérique analogique est d'affecter chacune d'elle à un canal en mode mono, ce qui serait censé améliorer la séparation des canaux


Le filtrage des signaux issus des convertisseurs est assuré par des filtres actifs construits autour d'un amplificateur opérationnel double Analog Devices AD8616.

Ecoute

Au niveau des résultats sonores, c'est pas mal du tout même si la petite bestiole reste limitée au fichiers 16 bits et la chanson The Sun Is Gonna Rise Again extraite de l'album Where I Belong de Cris Cab est restituée avec couleurs et punch, en particulier dans le grave, dans une belle atmosphère où l'on ne note aucune trace d'aspérité même à volume assez élevé. En effet, l'amplificateur du D42 Mamba se montre capable de délivrer une puissance assez confortable même avec un casque un peu exigeant sur ce point.

Avec la chanson A.K.A. de l'album du même nom de Jennifer Lopez, le D42 Mamba décoiffe gentiment et ponctue le rythme de graves soutenus et la voix appuyée de la très sexy Jennifer Lopez reste indulgente avec les oreilles, sensations que l'on retrouve avec Dare (La La La), de l'album Shakira de Shakira.

Si nous avons déjà entendu notre quasi omniprésente Fantasia on British Sea Songs de Henry Wood plus riche en détails, la restitution via l'électronique du DAC D42 Mamba reste somme toute agréable et offre un ensemble de prestations convaincantes en termes d'équilibre sonore et de suivi de la dynamique.

Pour conclure, le DAC D42 Mamba de iBasso est un petit appareil punchy au look sympa qui ne sera peut-être pas le compagnon idéal des musiques demandant un peu plus de pouvoir d'analyse ou des amateurs dont cela fait partie des attentes, en revanche il s'entend fort bien avec les musiques modernes et rythmées avec lesquelles il fait preuve d'un bon dynamisme avec des graves qui cognent.

Manuel d'utilisation & Spécifications (User's Manual & Specifications)

Nos remerciements à Audiogarden pour le prêt du D42 Mamba.

***

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com