Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

A Love Supreme / Dal Sasso Belmondo

Une nouvelle oeuvre qui remet en lumière l'un des chef d'oeuvres absolus du jazz : A Love Supreme de John Coltrane

Par Jean-Michel Proust | Éditoriaux | 8 avril 2014
Réagir
Qobuz

Il fallait le faire ! Relire le chef d'oeuvre de John Coltrane : A Love Supreme. Passionné depuis toujours par ce disque emblématique des années 60, l'arrangeur Cristophe Dal Sasso a osé revisiter en big band avec Lionel Belmondo les quatre mouvements de cette quête spirituelle. A Love Supreme est une œuvre majeure du jazz, un chef d’œuvre signé John Coltrane, un chant d’amour universel, une adresse spirituelle, une prière pour un monde meilleur. Cet incontournable chef d’oeuvre a fasciné, pour sa ferveur et sa puissance, des générations de musiciens, bien au delà du jazz. Cinquante ans après sa création, la paire gagnante Christophe Dal Sasso / Lionel Belmondo (leurs disques Hymne au soleil, enregistré avec la complicité du soliste Stéphane Belmondo a recu quatre Victoires du Jazz) revisite ce « texte fondateur » lui offrant une version onirique en big band. Nos trois lascars (Stéphane Belmondo est toujours de la partie) respectent l’architecture de l’œuvre et ses quatre mouvements, les arrangements sont fidèles à l’esprit fervent de la musique de John Coltrane qui brasse – dans une ode en filigrane de laquelle peut se lire l’odyssée du peuple noir américain – les réminiscences de l’Afrique, le lamento du blues, le cri du jazz et la vibration du gospel. Le passage à l’échelle d’un big band ne fait qu’en magnifier la densité, rappelant que, peu avant de se focaliser sur son quartet, Coltrane lui-même avait voulu explorer, dans l’album Africa/Brass, cette dimension de l’art du jazz et s’appuyer sur la puissance des cuivres pour tenter de renouer avec l’esprit du continent perdu. Investi par des solistes dont le développement personnel a été intimement marqué par la quête coltranienne, A Love Supreme résonne à nouveau, un demi siècle après, comme une œuvre intacte dont la force incantatoire et la charge émotionnelle touchent désormais à l’universel. Une occasion pour Qobuz de se souvenir d'albums magiques qui unirent jazz et dévotion.

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters