Un jour mon Prince (re)viendra...

Deux nouveaux albums de son altesse de Minneapolis...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 28 septembre 2014
Réagir
Qobuz

Un c’est bien. Deux c’est mieux. Prince le prouve en publiant le 29 septembre deux nouveaux albums ! Trente-quatrième opus de son altesse princière de Minneapolis, Art Official Age parait ainsi le même jour que PlectrumElectrum, enregistré quant à lui avec 3rdEyeGirl, son groupe de tournée entièrement féminin. Autre atypisme de ce premier nouveau Prince, sa parution sur NPG Records via Warner Bros avec qui Prince n’avait plus travaillé depuis The Gold Experience en 1995. Comme à l’accoutumée avec Roger Nelson, tout est maison et les treize titres d’Art Official Age sont signés, interprétés et produits par la star. Le ton est quant à lui éclectique à souhait et souvent très électronique, histoire de rappeler qu’on est en 14 et non en 94… Certes Prince ne s’est pas mis au death metal ou au musette mais l’arc-en-ciel funk déployé ici va de l’electro-funk eighties au dancefloor assumé, en passant par le R&B, le disco, les ballades torrides et la soul électronique. La voix toujours aussi charmeuse du nain pourpre n’a pas perdu de sa superbe et sa plume reste elle aussi toujours aussi affutée. Un œil dans le rétro et l’autre fixant le présent, Art Official Age est un album riche, dense et que les fans du funkster de Minneapolis risquent de chérir assez longtemps… De son côté, le deuxième nouveau Prince, PlectrumElectrum, a donc été enregistré avec son power-trio 100% féminin baptisé 3rdEyeGirl. Ici, c’est un Roger Nelson fondamentalement rock’n’roll qui s’exprime tout au long de ces douze titres, guitaristiquement très soutenus. Entre titres parfois très FM et pyrotechnie instrumentale rock, il déploie une facette un brin moins groovy mais tout aussi efficace. Il laisse même sa batteuse Hanna Welton poser sa voix sur plusieurs titres. Mais même lorsqu’il signe un album plus calibré comme ici, Prince surprend toujours ça-et-là. Comme sur ce court titre Marz où il fait du Ramones en mode funky ! Bref, un album puissant.





À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters