Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Marcus Miller sur la route de l'esclavage...

Avec son premier album pour Blue Note, le bassiste relie Afrique de l’Ouest et Louisiane en passant par Brésil et Caraïbes...

Par Clotilde Maréchal | Vidéo du jour | 18 février 2015
Réagir
Qobuz

Certes il y eut un avant et un après 1986 dans la vie de Marcus Miller. Cette année-là, le jeune bassiste compose et produit le fameux Tutu de Miles Davis… Depuis, le chemin parcouru par ce virtuose de la quatre-cordes s’est étoffé de passionnants albums pour les autres (plus de 500 !) ou pour lui même (une vingtaine) et de collaborations multiples... Récemment nommé porte-parole de l’Unesco pour le projet La Route de l’Esclavage, le bassiste et producteur a souhaité, pour son premier album chez Blue Note, suivre les traces de ses ancêtres africains devenus Américains. Attendu le 16 mars et pré-commandable dès aujourd'hui sur Qobuz en HD24bits, le disque s'intitule Afrodeezia. De l’Afrique de l’Ouest donc à la Louisiane, en passant par le Brésil et les Caraïbes, Marcus Miller remonte ici aux sources des grands courants musicaux afro-américains tout en conservant ce groove unique, ce son de basse reconnaissable entre mille. Pour l'épauler sur cet Afrodeezia, un casting incluant Brett Williams (claviers), Louis Cato (batterie), Lee Hogans (trompette), Adam Agati (guitare), Alex Han (sax), Alune Wade (basse, chant), Adama Bilarou (percus), Guimba Kouyaté (guitare) et Cherif Soumano (kora).



 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters