Un conte de Faye

R&B, folk, rap, pop et americana, tout y passe sur le 2e album plaqué or de Faye Webster, brillante jeune touche-à-tout d'Atlanta...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 28 mai 2019
Réagir
Qobuz

Entre ses photos des pontes de la scène rap d’Atlanta, sa passion pour l’indie folk, sa vénération des Braves, l’équipe de baseball dont elle porte souvent le maillot, sa dégaine normcore et la pochette de Atlanta Millionaires Club, l'album qu'elle vient de publier chez Secretly Canadian, où sa bouche tartinée de chocolat fondu croque une poignée de pièces d’or, Faye Webster, 21 ans, aligne les décalages plus improbables les uns que les autres.

Heureusement, dans les oreilles, aucun calcul. Juste des chansons assez parfaites. Gorgées de soul vintage langoureuse. Comme Natalie Prass à qui on pense parfois en cisèle.



Mais aussi un peu de cet Américana que Webster chérit tant (la pedal steel de What Used to Be Mine et Room Temperature) ou de hip hop nonchalant (Father vient poser son flow flemmard sur Flowers).

On se prélasse dans cet Atlanta Millionaires Club comme dans un bon gros canapé de R&B moelleux. Jouissif.



ECOUTEZ ATLANTA MILLIONAIRES CLUB DE FAYE WEBSTER SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters