Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Starchild, fils de Prince ?

En solo, le guitariste de Solange Knowles ravive la flamme du funk synthétique et chaud des 80's...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 24 février 2018
Réagir
Qobuz

En 1975, l’allumé George Clinton secouait la planète funk avec son Mothership Connection, quatrième album de Parliament, son groupe réunissant alors des gâchettes nommées Bootsy Collins, Bernie Worrell, Maceo Parker, Fred Wesley, Michael Hampton, Gary Shider et Fuzzy Haskins. Sur le single éponyme, Uncle George lance une sorte d’alter ego alien baptisé Starchild. Une quarantaine d’années plus tard, ce Starchild refait surface. Sauf que le taulier de la galaxie P-Funk n’est plus de la partie. Derrière ce sobriquet ressuscité se cache en fait un certain Bryndon Cook, 24 ans, que les funksters les plus avisés avaient jusqu’ici repéré aux côtés de Solange. Comme guitariste de la sœur de Beyoncé, ce natif du comté de Prince George dans le Maryland avait fait preuve d’une sérieuse virtuosité, mettant en exergue son amour pour le funk des années 80.

Cette fois, il est le maître des lieux et peut seul transmettre cette passion pour ces grooves bien synthétiques (parfois aux frontières du kitsch) comme Prince, Teddy Riley et quelques autres savaient en générer au siècle dernier. Et comme ce Starchild du troisième millénaire est sacrément doué, il sait alterner entre ballades de lovers à écouter au bord d’une piscine, juste vêtu d’un peignoir en soie, et éruptions pétaradantes pop, basse slappée et solos épileptiques included. Proche de Dev Hynes alias Blood Orange (avec qui il forme d’ailleurs le duo VeilHymn), Cook ne se limite pas au funk 80’s et à l’intégrale de Prince, son héros ultime. Et son premier album qui vient de paraître laisse entrevoir ça et là un amour pour la go-go music, la soul, le gospel, le hip-hop, le R&B, le new jack swing et le jazz. Mais dès qu’il dégaine son falsetto, le mimétisme princier fait son inévitablement come-back. Ce qui n’empêche pas Language d’être un baptême du feu réussi pour Starchild & The New Romantic.







ECOUTEZ LANGUAGE DE STARCHILD & THE NEW ROMANTIC


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters