Snarky Puppy, planète en fusion

Avec "Immigrance", le collectif de jazz barge texan piloté par Michael League signe un album plus cosmopolite que jamais !

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 15 mars 2019
Réagir
Qobuz

« Sur scène, Snarky Puppy c’est dément ! Moins sur disque… » On a souvent sorti cette blague poussive au sujet du collectif américain qui agite la jazzosphère depuis l’aube des années 2000. Avec Immigrance, la bande de Michael League signe pourtant un nouvel album solide, brut et direct. Sans doute l’un de ses plus aboutis. Et comme son titre le laisse envisager, il se veut un hommage à l'échange et aux migrations, symbolisant l'essence même de Snarky Puppy qui puise sa richesse dans la diversité de ses membres venant des quatre coins des États-Unis et du monde.

« L’idée maîtresse ici, c’est que tout ce qui nous entoure est fluide, tout est constamment en mouvement et nous sommes nous-mêmes dans un état permanent de migration, explique League. Evidemment, le titre ne va pas sans certains sous-entendus politiques… Comme sur Culcha Vulcha, cet album s’est largement nourri de nos nombreux voyages, de toutes ces idées que nous avons passées ensuite dans nos filtres, auxquelles nous avons ajouté notre propre langage, sans jamais se montrer irrespectueux des traditions originelles. »

Comme toujours chez Snarky Puppy, le mot jazz est aussi judicieux que hors sujet. Le nombre d’influences brassées ici empêche surtout le collectif texan de tourner en rond. Le jazz-fusion se nourrit à l’électro puis passe aux inspirations orientales avant de revenir à un format plus classique pour ensuite plonger corps et âme dans un magma rock au bord de la transe et bifurquer vers un groove funky à souhait. L’effet tourbillon d'Immigrance est garanti et porté par une virtuosité instrumentale imparable.




ECOUTEZ IMMIGRANCE DE SNARKY PUPPY SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters