Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Shannon Shaw, divine diva

Sans les Clams et avec Dan Auerbach des Black Keys, elle signe un album solo à la saveur rétro et vintage...

Par Charlotte Saintoin | Vidéo du jour | 9 juin 2018
Réagir
Qobuz

Après avoir écumé la côte Ouest avec ses Clams, Shannon Shaw part à Nashville comme Dusty Springfield en 1968. Clin d’œil assuré à Dusty in Memphis, son premier chapitre en solitaire, Shannon in Nashville, marque le début d’une émancipation. Shannon & The Clams, c’est ce groupe d’Oakland, Californie, autant influencé par Primus que Devo, Missing Person ou Roy Orbison, maîtrisant l’art du déguisement, tournant des courts-métrages absurdes, invitant des journalistes dans leur piaules exiguës et signés chez Burger Records. C’est une poésie écrite de punk, rockabilly, doo-wop et garage. Plus punk, plus débraillé : Hunx and His Punx que Shannon rejoignait à la demande de Seth Bogart.

Seule, Shannon s’offre un autre décor. Sa voix éraillée épouse la soul doo-wop des grands girl groups, Ronettes, Shirelles ou Shangri-Las, déjà en germe dans Onion des Clams produit par Dan Auerbach. Et si Shannon tient encore la basse, elle prend la place centrale. Fan des Clams, le chanteur des Black Keys a invité Shannon en un coup de fil dans son studio Easy Eye Sound. La blonde plantureuse s’est envolée, six morceaux en poche, rejoindre une clique de musiciens surdiplômés, histoire de réaliser le destin qu’il lui était promis. Les vieux ont enregistré avec Aretha, Elvis ou Dusty... De quoi la faire rougir. De quoi, surtout, rugir ses amours brisées et mélancoliques, faire péter les coutures de sa voix féline et son charisme de grande chanteuse. Mélodies scintillantes des sixties, arrangements cinétiques d’un bon James Bond, Auerbach a sculpté un album sur mesure. Classe et classique. Avec des touches légères de glockenspiel, vibraphones, carillons et une odeur douce de renfermé rétro. Dan a fait son Phil Spector, il a mis à profit le génie de Shaw, révélé la diva.







ECOUTEZ SHANNON IN NASHVILLE DE SHANNON SHAW SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters