Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Sergueï P. par Lisa B.

Avec le chef Yannick Nézet-Seguin, la violoniste géorgienne Lisa Batiashvili s'attaque aux deux concertos de Prokofiev...

Par SM | Vidéo du jour | 4 février 2018
Réagir
Qobuz

Lisa Batiashvili et Yannick Nézet-Seguin s'unissent le temps d'un disque Prokofiev. Outre les deux concertos pour violon, dont l’ample discographie est évidemment enrichie par cette nouvelle interprétation qu’en donnent la violoniste géorgienne et l’excellent chef montréalais, on entendra sur l’album trois « bonbons » du compositeur russe, signés Tamás Batiashvili – le père de Lisa B., pédagogue des plus réputés dans son pays.

Il s’agit, toujours d’après Prokofiev bien sûr, de réécritures pour violon et orchestre, de la Danse des chevaliers extraite de Roméo et Juliette, de la Valse de Cendrillon, et de la diabolique et cocasse Marche de L’Amour des trois oranges. Batiashvili-père allège le propos, permettant ainsi au violon solo de mieux donner de la voix dans des moments par ailleurs fort touffus de la partition originale, en particulier pour la lourde Danse des chevaliers qui, en perdant son impressionnant poids, y gagne en lyrisme.

Quant aux deux concertos, ils bénéficient nettement de l’orchestre de taille raisonnable qu’est l’Orchestre de Chambre d’Europe, d’autant que l’écriture de Prokofiev y est des plus transparentes.



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters