Sabine Devieilhe, Léa Desandre et Emmanuelle Haïm en Italie

Un trio au service des vocalises et des lignes intensément lyriques de Haendel...

Par SM | Vidéo du jour | 9 décembre 2018
Réagir
Qobuz

Les trois cantates italiennes présentées sur le nouvel album de Sabine Devieilhe, Léa Desandre et Emmanuelle Haïm publié par le label Erato datent toutes de l’époque italienne de Haendel, 1707 à 1710, lorsqu’il était à la fois en plein apprentissage de toutes les nouveautés de l’art musical italien, et employé de plusieurs puissants mécènes qui avaient décelé tout le potentiel du jeune Saxon.

Ce genre de cantates se donnait dans le cadre privé des résidences aristocratiques romaines, puisque les États pontificaux interdisaient aux femmes de chanter sur scène, et que de grandes cantatrices auraient été ainsi privées du droit de s’exprimer.

On découvre ici des quasi-opéras, dans l’ampleur et la richesse musicale, même s’il n’était pas a priori question de mise en scène, de chœurs ou de grand orchestre ; mais l’esprit lyrique y apparaît mesure après mesure. Et sans nul doute Haendel tenait-il ses cantates de jeunesse en quelque estime puisqu’il y puisa amplement plus tard, selon le principe baroque du recyclage d’œuvres plus anciennes et oubliées de tous – sauf du compositeur qui se les gardait soigneusement sous le coude !

Le Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haïm accompagne donc la soprano Sabine Devieilhe et la mezzo-soprano Léa Desandre, toutes deux particulièrement à l’aise autant dans les vocalises que dans les lignes intensément lyriques de Haendel.





ECOUTEZ HANDEL: ITALIAN CANTATAS DE SABINE DEVIEILHE, LEA DESANDRE ET EMMANUELLE HAÏM SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters