Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Madeleine Peyroux, liberté chérie

Quand la grande chanteuse américaine ressort sa plume...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 4 septembre 2018
Réagir
Qobuz

Que Leonard Cohen inspire toujours et encore n’est pas très étonnant. En baptisant son nouvel album Anthem d’une chanson du songwriter canadien, Madeleine Peyroux ne cache pas son jeu. La volonté peut-être aussi de s’éloigner toujours un peu plus du fantôme de Billie Holiday à qui on l’a souvent comparée… Surtout qu’en 2018, Madeline Peyroux existe en tant que Madeleine Peyroux ! Style, voix, écriture, elle maîtrise chaque recoin de son art et n’a plus à faire ses preuves.

Cette fois, elle lève le pied côté reprises et offre de nouvelles chansons écrites ou co-écrites avec Patrick Warren (Bonnie Raitt, Bob Dylan, Bruce Springsteen), Brian MacLeod (Leonard Cohen, Tina Turner), David Baerwald (Joni Mitchell, Sheryl Crow) et le producteur Larry Klein (Joni Mitchell, Shawn Colvin, Herbie Hancock). Des textes souvent assez engagés qu’elle love dans des musiques douces voire ouvertement mélancoliques.

Tout semble ici comme en apesanteur. Les arrangements et la production ont la texture du velours et même lorsqu'elle s’attaque au puissant poème de Paul Eluard Liberté, Peyroux le fait avec une délicatesse qui rend les mots encore plus forts. Comme souvent chez elle, les frontières entre jazz, pop, soul, blues et folk sont savamment floutées et c’est tant mieux. Une manière aussi de mettre encore plus en exergue son chant, l'une des voix les plus attachante de sa génération.





ECOUTEZ ANTHEM DE MADELEINE PEYROUX SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters