Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

L'utopiste David Byrne

Quand l'ex-leader des Talking Heads rêve d'une "autre" Amérique...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 14 mars 2018
Réagir
Qobuz

À 65 ans, David Byrne descend de son vélo (sa passion ultime) pour publier son premier album solo en quatorze ans. Co-écrit avec son vieux complices Brian Eno avec lequel il commença à travailler à l’époque des Talking Heads, American Utopia est un patchwork comme seul Byrne en a le secret. Croiser les genres, fusionner les continents et abattre les frontières stylistiques, l’ancien étudiant de l'école de design de Rhode Island a toujours eu ça dans le sang. Après avoir fait du punk funk, de la salsa, du collage électro, des disques avec des gens aussi différents que Fatboy Slim et Annie Clark alias St. Vincent, de la musique de film et de ballet et environ 12547 autres choses, il revient ici à un format de chanson un brin plus classique. Juste un brin.

D'essence pop, ses compositions sont perpétuellement striées par des éclairs électro, world ou funky, et flirtent souvent avec celles de son ancien groupe. Avec sa plume toujours aussi bien aiguisée et parfois décalée, David Byrne veut aussi croire qu’une Amérique autre que celle de Donald Trump est évidemment possible. Aidé ça-et-là par quelques « jeunes » comme Sampha, TTY et Happa Isaiah Barr d’Onyx Collective, il accouche surtout avec American Utopia de son disque solo le plus abouti depuis des lustres. L’œuvre d’une icône à part de la pop contemporaine ayant pris assez de recul sur sa carrière, son art et son rapport au monde pour se remettre une fois de plus en question.





ECOUTEZ AMERICAN UTOPIA DE DAVID BYRNE SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters