L'Amérique de Trump par Mavis Staples

Le combat continue pour la grande dame de la soul...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 17 novembre 2017
Réagir
Qobuz

Dix ans après sa signature sur le label ANTI, Mavis Staples poursuit son impressionnante résurrection. Toujours épaulée par Jeff Tweedy, la grande prêtresse de la soul gospel lui laisse même les clefs du camion sur ce If All I Was Was Black pour lequel le leader du groupe Wilco a écrit toutes les chansons.

Après We'll Never Turn Back produit en 2007 par Ry Cooder, You Are Not Alone en 2010, One True Vine en 2013 et Livin' On A High Note en 2016 (sur lequel elle avait passé commande à Nick Cave, Ben Harper, Justin Vernon alias Bon Iver, The Head & The Heart, tUnE-yArds, Neko Case, Aloe Blacc, Son Little, Valerie June et M Ward), la fille de Pops Staples habite chaque composition et sa voix apprivoise les paroles de chansons on ne peut plus engagées.

Figure majeure de la lutte pour les droits civiques, étant une habituée des grandes causes et du militantisme en chanson, la dame dompte avec sa classe habituelle ces morceaux anti-Trump, critiques fortes et subtiles mais jamais manichéennes ou puériles d’une Amérique en pleine régression. Surtout, l’alliage que Mavis Staples propose entre intériorité gospel, puissance soul et groove rhythm’n’blues se marie à la perfection à la production roots et sans gras de Tweedy. Un grand disque de soul.

Il y a quelques jours, Mavis Staples était l'invitée du Late Show de Stephen Colbert sur CBS où elle a interprété Build A Bridge extrait de If All I Was Was Black :



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters