Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Jain met le cap sur l'Orient

Jain (pseudo de Jeanne Galice) conçoit ses albums comme des flashbacks multiculturels de son enfance passée à accompagner sa famille à travers le monde.

Par Nicolas Magenham | Vidéo du jour | 24 août 2018
Réagir
Qobuz

Après la rumba congolaise dans son premier album Zanaka sorti en 2015, ce sont des sonorités arabes qu’elle souhaite mettre en lumière dans Souldier.

Une certaine couleur indienne est également présente, notamment à travers le titre Abu Dhabi, dans lequel elle joue elle-même du sitar. Quant à l’Afrique de l’ouest, elle n’est pas totalement oubliée puisque dans le morceau Oh Man, on retrouve la kora de Mamadou Sidiki Diabate. A côté de ce mariage détonnant de musiques traditionnelles, on retrouve les origines occidentales de la chanteuse par le biais de rythmiques pop ou hip-hop, mais aussi de certaines citations improbables, comme celle du thème du dessin animé Inspecteur Gadget, arrangé façon fanfare électro dans Inspecta.

En résumé, c’est une sorte de collage dynamique d’images et de sons de l’enfance de Jain qui est le moteur de Souldier. Le single Alright synthétise parfaitement cet agglomérat étourdissant d’origines musicales. Mais l’auteure-compositrice-interprète n’est pas qu’une boule d’énergie puisqu’elle s’octroie un certain répit dans des morceaux comme Dream ou encore Feel it – et sa rythmique d’inspiration reggae.

Avec Souldier, Jain (avec l’aide de Yodelice à la production) abat les frontières avec optimisme et construit petit à petit sa philosophie cosmopolite en touchant à l’universalité sans pour autant renier ses origines.







ECOUTEZ SOULDIER DE JAIN SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters