Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

François Fabian au micro

A 85 ans, la grande comédienne enregistre son premier album…

Par Nicolas Magenham | Vidéo du jour | 30 mai 2018
Réagir
Qobuz

Il est rare d’entendre parler d’illusions perdues et de nostalgie dans un premier album. Par la force des choses, celui de Françoise Fabian évoque le riche passé d’une comédienne qui a joué dans plus de 100 films et 70 pièces de théâtre. Dès la chanson d’ouverture, Après quoi courions-nous, l’héroïne de Ma Nuit chez Maud d’Eric Rohmer annonce la couleur : un quatuor à cordes déchirant, un piano timide et des grelots exprimant la fuite du temps accompagnent des cuivres chaleureux et des harmonies finalement plus douces que tristes. « Nous courions pour du vent », telle est la morale de ce premier morceau. Un constat sans doute un peu amer, mais que l’interprète entoure très étrangement d’une beauté solaire. Le passé est certes pesant, mais il faut trouver la volonté d’évacuer ce poids mort angoissant, afin de se retrouver face à la douceur bienveillante des choses essentielles. C’est ni plus ni moins ce que raconte la brillante chanson écrite par Nicolas Ker, Tant de choses que j’aime. Ce morceau – et l’album dans son ensemble – met en évidence deux qualités qui reflètent la personnalité de la comédienne : la passion et l’énergie. Car si nostalgie il y a, elle n’est pas repliée sur un sentiment de tristesse moribonde. Elle s’approche plutôt du concept de saudade cher à cette passionnée de bossa-nova et de voyages. Selon la définition de son ami Pierre Barouh, la saudade est un « manque habité ». C’est ce qui définit sans doute le mieux ce disque.

Ancienne pianiste, interprète occasionnelle de chansons dans le passé (notamment pour Guy Béart et, déjà, Alex Beaupain), Françoise Fabian s’est investie pleinement dans ce projet en soufflant des idées précises lors de la conception musicale de l’album et en demandant des textes à ses amis Jean-Claude Carrière (Passages) et Charles Aznavour (Ce Diable d’homme). Quant à Alex Beaupain, qui réalise l’ensemble, il est l’auteur et compositeur de certaines chansons comme L’Idée et Je ne rêve plus de vous. On l’entend aussi en duo avec la comédienne dans le charmant et étrange Cligner des yeux. Et tout comme Fabian, Beaupain a demandé à des amis (principalement issus de la jeune scène musicale) d’apporter leur pierre à cet édifice ambitieux. C’est ainsi que des artistes aussi différents que Dominique A, Vincent Delerm, Julien Clerc et La Grande Sophie se retrouvent embarqués dans ce voyage plus vivant que crépusculaire. L’aspect réconfortant de ces chansons trouve également sa source dans la voix à la jeunesse intacte de Françoise Fabian. Avant même les paroles et la musique, c’est le sourire, la clarté et la bienveillance de ce timbre magnifique et hypnotisant qui fait toute la beauté et la spécificité de cet album.





ECOUTEZ FRANÇOISE FABIAN DE FRANÇOISE FABIAN SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters