Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Ben Harper et Charlie Musselwhite célèbrent l'amitié en musique

Deux ans après le très réjouissant Call It What It Is, Ben Harper délaisse une nouvelle fois ses Innocent Criminals pour retrouver son vieux complice Charlie Musselwhite, qui a récemment passé le cap des 74 ans.

Par Jean-Pierre Sabouret | Vidéo du jour | 2 août 2018
Réagir
Qobuz

Vétéran du Chicago blues et virtuose de l’harmonica, Musselwhite a joué avec les plus grands, de Muddy Waters à Tom Waits en passant par Howlin’ Wolf ou les Blind Boys of Alabama. On lui doit une bonne trentaine d’albums depuis le mythique Stand Back! Here Comes Charley Musselwhite's Southside Band en 1966.

C’est sur son album Sanctuary, enregistré en 2004 pour le label Real World de Peter Gabriel, qu’il a collaboré une première fois avec Ben Harper, même si John Lee Hooker en personne avait organisé leur rencontre quelques années auparavant. No Mercy in This Land est cependant le deuxième album sous leurs deux noms, après un Get Up! qui a connu un joli succès en 2013, un Grammy en prime.

Pour Harper, il s’agit de son seizième tous projets ou groupes confondus. La logique aurait donc voulu que ce soit un album de Charlie Musselwhite et Ben Harper – respect pour les aînés oblige –, d’autant que ce dernier est à nouveau dans ses petits souliers pour cette réunion au sommet du blues. Mais il est tout aussi logique que l’on mise sur la popularité du musicien qui a initié tant de jeunes oreilles à la musique du diable.

Comme le précédent, il n’est nulle question ici d’avant-garde ou de réinvention du fil à cambrer le blues, mais plutôt de célébrer une amitié profonde et sincère avec une approche fraîche et revigorante de leur genre de prédilection. Tantôt remuant (Found the One), tantôt intimiste, presque recueilli (Bad Habits, Love and Trust…), l’album évolue plutôt dans un registre qui n’engendre pas la mélancolie, No Mercy in This Land (le titre), When Love Is Not Enough et l’intense Nothing at All mis à part.

Le plaisir de jouer ensemble est une fois encore plus qu’évident, tant et si bien que nul ne regrettera que Ben Harper ne tienne plus vraiment à fignoler une ou deux chansons plus susceptibles de passer en radio, comme il en avait le secret dans ses jeunes années.









ECOUTEZ NO MERCY IN THIS LAND SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters