Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Barbe blues

Nouvelle escapade solo pour Billy Gibbons de ZZ Top...

Par Jean-Pierre Sabouret | Vidéo du jour | 26 septembre 2018
Réagir
Qobuz

Bon, The Big Bad Blues est censé être une nouvelle escapade loin de ZZ Top, la deuxième après Perfectamundo en 2015, et, d'emblée, ça démarre sur un Missin' Yo' Kissin' qui ressemble fort à l'arrière-petit-fils de La Grange, le classique absolu du Top.

Loin d'effectuer la même révolution technologique de l'époque Eliminator, Billy Gibbons remet sa vieille montre à gousset à l'heure du blues-rock le plus classique. Mais classique ne signifie pas démodé, surtout dans les mains expertes de cet éternel garnement qui ne se contentera jamais de jouer pour une assemblée de vieux connaisseurs. Preuve qu'il n'est jamais fermé à l'innovation, cette chanson est signée Gilligan "Gilly" Stillwater, son épouse depuis plus de vingt-trois ans. Sans utiliser le moindre gadget électronique sophistiqué, The Big Bad Blues est tout ce qu'il y a de plus contemporain. Et on aura le plus grand mal à croire que l'animal va sur ses 69 ans. Il n'a rien à envier à tous ces gamins qui s'engouffrent dans la brèche depuis quelque temps.

Pas de BFG's, ou même d'invité de choix cette fois mais une équipe réduite où l'on retrouve certes Joe Hardy (basse, également coproducteur de l'album), Mike Flanigin (claviers) et Greg Morrow (batterie), mais aussi un Matt Sorum échappé des Hollywood Vampires (mais aussi ex-The Cult et Guns N'Roses…) à la batterie sur certains titres et la prochaine tournée, Austin Hanks (guitare rythmique) et James Harman (harmonica). Aussi blues et bad que se revendique l'album, l'ambiance est plutôt à la "fiesta para-hombres", même sur le rare Standing Around Crying de Muddy Waters. Sur ce titre comme sur Bring It to Jerome ou même l'ultraclassique Rollin’ and Tumblin’ (toujours de Muddy Waters), Gibbons se laisse même aller sur sa guitare à l'exécution d'envolées à faire pâlir d'envie Jeff Beck, Jimmy Page ou Eric Clapton.







ECOUTEZ THE BIG BAD BLUES DE BILLY GIBBONS SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters