Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

QIBUZ avec Didier Lockwood, Fatboy Slim, Ophélie Gaillard, Solange, Willie Nelson, Gibson, etc. (19 février 2018)

Confidences, news cocasses, bruits de couloirs, brèves de comptoir et buzz en tous genres : chaque lundi, QIBUZ zoome sur l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?

Qibuz Lundi | 19 février 2018
Réagir
Qobuz







Didier Lockwood, son dernier coup d’archet

S’il avait opté pour l’un des instruments les plus rares au jazz, ça n’était pas par hasard. Et s’il s’imposa rapidement ça n’était guère lié à la taille lilliputienne de cette communauté des violonistes « de jazz » mais plutôt grâce à son talent impressionnant et à l’originalité de son style... Le 18 février, au matin c’est une crise cardiaque qui a stoppé net la fougue de Didier Lockwood. La veille, il avait participé à un concert au Bal Blomet, dans le XVe arrondissement parisien. Le Calaisien disparaît à 62 ans, trois mois après la sortie de son album Open Doors

Entre les deux, son cœur balançait : jazz et rock, violon et composition, peinture et écriture, direction d’école et direction d’orchestre, Didier Lockwood était insatiable, passionné, fonceur. Celui qui voulut être violoniste comme son père s’est retrouvé propulsé, adolescent, en 1974, au sein du groupe Magma. Remarqué à 21 ans par un certain Stéphane Grappelli, il démarre une carrière de soliste international en se produisant sur la scène du Carnegie Hall de New York auprès de Dave Brubeck. Des rencontres, son parcours en fut plus que jalonnées : Christian Vander, Michel Petrucciani, Yehudi Menuhin, Miles Davis, Herbie Hancock, Jacques Higelin, Barbara, Claude Nougaro, Richard Bohringer, Martial Solal et Caroline Casadesus, qui fut sa femme. Avec cette fille du chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus et petite-fille de la comédienne Gisèle Casadesus, il a partagé l'affiche dans le spectacle musical Le Jazz et la Diva. Didier Lockwood composera aussi pour le cinéma (Lune froide de Patrick Bouchitey et Les Enfants de la pluie et La Reine soleil de Philippe Leclerc) comme pour la danse contemporaine et se lancera aussi dans la transmission via son Centre des Musiques Didier Lockwood (CMDL), une école fondée en 2001 à Dammarie-les-Lys, commune de Seine-et-Marne où il fut adjoint en charge de la Culture de 2014 à 2016. Victoire de la musique, Disque d'or, ruban de commandeur de l'ordre national du mérite et Légion d'honneur viendront ponctuer sa riche carrière…

Habitué des périples atypiques, Didier Lockwood signait en 2016 avec Apesantar un album réellement surprenant pour ne pas dire fascinant, enregistré en une prise directe. On dégustait ce disque de jazz fusion d’une traite, comme un space opéra en apesanteur dans lequel il faisait bon se perdre… Un an plus tard, en novembre 2017, avec Open Doors, retour aux fondamentaux du jazz ! A la tête d’un luxueux quartet composé d’André Ceccarelli à la batterie, du pianiste romain Antonio Farao et de Darryl Hall à la contrebasse, Lockwood livrait des improvisations inspirées comme jamais. Pas de fioritures, juste du jazz, rien que du jazz passé au filtre du swing pur et dur (la rythmique Ceccarelli/Hall était à tomber) et qui rappelait la beauté de cet instrument trop rare au jazz : le violon.

« Didier c'était monsieur 100.000 volts. Je n'arrive pas à réaliser, a confié à l’AFP, son agent Christophe Deghelt. Il était très humain. C'était un homme très élégant. Il aimait partager, enseigner. On avait énormément de projets en cours. Il venait d'enregistrer un disque avec Patricia Petibon. » La soprano et Didier Lockwood s'étaient mariés en 2015…



ECOUTEZ NOTRE PLAYLIST DIDIER LOCKWOOD





Ophélie Gaillard retrouve (plus que) le sourire

Ophélie Gaillard revient de loin… Son violoncelle estimé à plus d'un million d'euros qu’elle s'était fait voler jeudi soir à Pantin a été retrouvé samedi matin, a déclaré la musicienne à l'AFP. « J'ai reçu un appel anonyme en fin de matinée me disant que mon violoncelle était devant mon domicile dans une voiture. Je l'ai retrouvé sur la banquette arrière », a-t-elle déclaré. L'une des vitres de la voiture était fracturée et la violoncelliste s'est alors immédiatement emparée de l'instrument, « en bon état », avant de prévenir la police. Une source policière contactée par l'AFP a confirmé que l'instrument a bien été retrouvé.

Ophélie Gaillard s'était fait voler cet instrument du XVIIIe siècle près de son domicile à Pantin, par un individu armé d'un couteau, qui avait réussi à prendre la fuite. « Le vol a été très violent, je n'ai pas pu dormir depuis deux jours. Je suis tellement soulagée de l'avoir retrouvé. Je sors de deux jours de cauchemar, c'est un miracle », a-t-elle commenté. L'enquête avait été confiée à la Brigade de Répression du grand Banditisme (BRB). « Ce n'est pas un instrument qui se vend chez le receleur du coin. Il faut forcément un circuit spécial », avait expliqué vendredi une source proche de l'enquête. Le violoncelle, fabriqué en 1737 à Udine en Italie par le luthier Francesco Goffriller avait été prêté à l'artiste par la banque CIC. Il est estimé à près de 1,3 million d'euros. L'étui volé contenait aussi l'archet personnel signé par Jean Marie Persoit « vers 1825 à Paris », également retrouvé samedi. La banque CIC avait réalisé pour la musicienne sa première acquisition d'instrument, une forme de mécénat culturel permettant aux virtuoses de la musique classique de se faire prêter des pièces rares qui peuvent valoir plusieurs millions d'euros. Après le vol, Ophélie Gaillard avait publié sur sa page Facebook un appel à l'aide pour retrouver l'instrument, accompagné de photos en demandant de « faire suivre ces informations le plus vite et le plus largement possible ».

En 2012, Ophélie Gaillard avait rendu visite à Qobuz pour évoquer Bach Arias, son album explorant les airs et chorals des cantates de Bach avec l’Ensemble Pulcinella, Sandrine Piau, Christophe Dumaux et Emiliano Gonzalez Toro :






Et une quatre fromages pour Fatboy Slim, une !

Pour souffler les vingt bougies de You’ve Come a Long Way Baby, Norman Cook alias Fatboy Slim annonce la sortie, le 16 mars, d’une édition collector deluxe pas comme les autres. Baptisée Meal Deal, elle sera commercialisée dans une boite à pizza ! Un t-shirt sur lequel figurera la mention I’m #20 So Why Try Harder sera inclus dedans… Cela-dit, Fatboy Slim ferait bien de retourner aux fourneaux car son dernier véritable album solo, Palookaville, date tout de même de 2004. Depuis, il s’est contenté d’un projet en 2010 avec David Byrne, Here Lies Love, transformé plus tard en comédie musicale.






Papy Willie à l’infini

Est-ce l’approche de la fin qui le stimule de la sorte ? Force est de constater que Willie Nelson n’a jamais autant publié d’albums que ces dernières années. Pour fêter ses 85 ans, le pape de la country publiera un nouvel album studio, Last Man Standing. Attendu le 27 avril, il comprendra onze chansons inédites que Willie a co-signé avec son vieux complice Buddy Cannon.






Courtney Barnett à nouveau en solo

La nouvelle reine du rock indé donne déjà de ses nouvelles. Courtney Barnett vient en effet d’annoncer la sortie de son nouvel album solo le 18 mai prochain. Intitulé Tell Me How You Really Feel, il fait suite à Lotta Sea Lice que l’Australienne avait co-signé avec l’Américain Kurt Vile, et comprend le tracklisting suivant : Hopefulessness, City Looks Pretty, Charity, Need a Little Time, Nameless Faceless, I’m Not Your Mother I’m Not Your Bitch, Crippling Self Doubt and a General Lack of Self-Confidence, Help Your Self, Walkin’ on Eggshells et Sunday Roast. Pour patienter jusqu’en mai, Barnett a déjà livré un premier single, Nameless, Faceless :






Gibson: chapitre final ?

La nouvelle semble irréelle et pourtant… Gibson serait au bord du gouffre financier ! La marque de guitares mondialement connue ferait face à de grosses difficultés économiques. La maison mère, Gibson Brands, cherche en effet à réduire la dette du célèbre fabricant et essaie d'attirer des financements supplémentaires. Fondée à Nashville en 1902, Gibson vend, outre ses guitares électriques, de l'équipement audio notamment. L'entreprise est cependant confrontée à des conditions de marché difficiles. Son patron, Henry Juszkiewicz, a affirmé qu'il voulait éviter la faillite à tout prix. Il espère restructurer les dettes et trouver de nouveaux investisseurs.

L'an passé, l'agence de notation Moody's a abaissé la note de solvabilité de Gibson en raison d'inquiétudes quant à la capacité de l'entreprise à respecter ses obligations financières. Des musiciens mondialement connus comme B.B. King, Eric Clapton, The Edge de U2, Slash, Bob Dylan, Keith Richards, Pete Townshend ou encore Mark Knopfler ont joué sur des Gibson, instruments indissociables de l’histoire du rock’n’roll.






Nézet-Séguin déjà New-yorkais

Yannick Nézet-Séguin deviendra directeur musical du Metropolitan Opera deux ans plus tôt que prévu, la saison prochaine ! La nomination du chef d'orchestre québécois avait été annoncée en juin 2016, deux mois après que la maladie de Parkinson eut forcé James Levine à quitter ce poste après 40 ans. Le Met Opera avait annoncé que Nézet-Séguin commencerait un contrat de cinq ans en 2020-2021, après trois saisons à titre de directeur musical désigné. Levine est devenu directeur musical honoraire, mais a été suspendu en décembre après de multiples allégations de harcèlement sexuel datant des années 1960 aux années 1980. Le Met a précisé que Yannick Nézet-Séguin dirigera 17 concerts la saison prochaine, ayant accepté d'ajouter Pelléas et Mélisande de Debussy aux productions déjà prévues à son horaire, soit La Traviata de Verdi et Dialogues des carmélites de Poulenc. Il dirigera trois opéras en 2019-2020, puis au moins cinq chaque saison à compter de 2020-2021.

« Je crois qu'il réalise à quel point il est important pour le Met d'avoir un directeur musical pouvant aussi s'occuper de la prise de décisions que seul un directeur musical sous contrat peut entreprendre, en ce qui a trait aux postes permanents dans l'orchestre, a expliqué le directeur général du Met, Peter Gelb. Il est évident que les derniers temps n'ont pas été les plus faciles pour la compagnie, avec les nouvelles au sujet du maestro Levine, alors il sera très réconfortant et rassurant, pour l'orchestre et les chanteurs, de savoir que son contrat commencera plus tôt qu'initialement prévu






Solange à… Harvard ?!?

Non, Solange n’a pas fait Harvard. Et pourtant la fondation de la mythique école lui a attribué la récompense annuelle d’Artist Of The Year. Chaque année, les lauréats sont choisis par les étudiants de la Harvard Foundation for Intercultural and Race Relations. Avant la sœur de Beyoncé, la récompense avait été attribuée notamment à Viola Davis, Queen Latifah, Jackie Chan, Shakira et John Legend. Le 3 mars, Solange recevra sa distinction lors d’une cérémonie qui se déroulera durant le festival Cultural Rhythms.





Vous aimez QIBUZ ? Vous pouvez nous adresser vos tuyaux pas percés, informations, commentaires ! Écrivez-nous à : qibuz@qobuz.com

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

À lire dans la rubrique Pop/Rock

À lire dans la rubrique Chanson française

À lire dans la rubrique Electro

À lire dans la rubrique Soul/Funk/R&B

À lire dans la rubrique Rap

À lire dans la rubrique Blues/Country/Folk

À lire dans la rubrique Film

À lire dans la rubrique Classique

À lire dans la rubrique Jazz

À lire dans la rubrique Musiques du monde

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters