Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

QIBUZ / Lundi 30 janvier 2017

Confidences, news cocasses, bruits de couloirs, brèves de comptoir et buzz en tous genres : chaque lundi, QIBUZ zoome sur l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?

Qibuz Lundi | 30 janvier 2017
Réagir
Qobuz







David Bowie complètement timbré !

Un peu plus d’an après la mort de David Bowie, la poste britannique s’apprête à rendre hommage au chanteur en éditant une série de dix timbres à son effigie. Disponibles dans plus de 7000 bureaux de la Royal Mail à partir du 17 mars 2017, ils reprennent les visuels des pochettes de six albums studio de Bowie (Hunky Dory, Aladdin Sane, Heroes, Let's Dance, Earthling et Blackstar) et célèbrent également quatre de ses plus grandes tournées (The Ziggy Stardust Tour 1973, The Stage Tour 1978, The Serious Moonlight Tour 1983 et A Reality Tour 2004). Les philatélistes mélomanes peuvent pré-commander dès à présent ces timbres et les différentes publications collectors également éditées à cette occasion sur le site officiel de la Royal Mail.






Disparition de Henri-Louis de la Grange, grand spécialiste de Mahler

C'est incontestable, personne au monde n'a autant fait pour Gustav Mahler que Henri-Louis de la Grange pour qui le compositeur viennois était une authentique raison de vivre, pour ainsi dire une obsession. Décédé le 27 janvier 2017 à l’âge de 92 ans, il a consacré à l'amour musical de sa vie plusieurs ouvrages traduits en de nombreuses langues et qui font autorité. Pour créer la Bibliothèque Gustav Mahler, rue de Vézelay dans le VIIIe arrondissement de Paris, et mettre à l'abri sa collection de trésors et ceux de tant d'autres musiciens et de Maurice Fleuret, journaliste et directeur de la musique au Ministère de la Culture sous Jack Lang, dont il partagea la vie, Henri-Louis de la Grange fit bien des sacrifices personnels. La conception même de la Fondation visait à réutiliser rapidement au bénéfice de leurs collections les espaces qui se libéreraient quand l'un ou l'autre disparaitrait. Ils y avaient en effet chacun un appartement… Je me souviens avec quelle fierté Maurice Fleuret me dit un jour, en me faisant visiter la chambre de HLDLG où trônait un assez sinistre buste de Mahler éclairé par un petit spot dans la pénombre : « C'est important pour nous, de montrer, avec cette Fondation, qu'un couple d'hommes, aussi, peut construire une institution et laisser une trace. » Pas de problème, ils y ont réussi brillamment. -- YR






Le 7e Art de Paul Weller

Pour la première fois de sa carrière, Paul Weller vient de signer une bande originale de film. Attendue le 10 mars prochain sur Parlophone Records, l’enregistrement de cette partition d’une trentaine de minutes illustrera Jawbone, un film sur la boxe réalisé par Thomas Q. Napper avec Johnny Harris, Ray Winstone, Michael Smiley et Ian McShane. Également auteur du scénario, Harris a insisté sur l’importance du rôle du Modfather : « Paul m’a envoyé de nombreuses idées, des démos et des enregistrements. Des choses qui m’ont poussé à revenir sur mon scénario. Je lui renvoyais le nouveau script et ainsi de suite, ce processus de collaboration a été très productif. » Jawbone est attendu sur les écrans britanniques le 17 mars.








Une platine ovni

De prime abord, on dirait le croisement entre un smartphone et un ramasse-miette… Sauf que la LOVE a une toute autre fonction : il s’agit d’une platine vinyle connectée, sorte de bras de lecture rotatif qui scanne le vinyle avant de le lire ! A l’aide d’un smartphone connecté en Wi-Fi ou en Bluetooth, le mélomane peut changer de pistes, lire des chansons en boucle, régler le volume, mettre en pause la lecture, etc.






Calvin Harris et Frank Ocean sont dans un bateau

Le genre d’effluves qui sent le potentiel futur tube de l’été prochain… Calvin Harris et Frank Ocean ont croisé le fer en studio et viennent d’en offrir la preuve le temps d’un très court teaser de 21 secondes lâché sur les réseaux sociaux. Après Rihanna, Ellie Goulding, Gwen Stefani, Dizzee Rascal, Florence Welch et autres Ne-Yo, le DJ britannique collabore ici avec une nouvelle grande voix de son temps. Aucune date de publication de ce single n’a évidemment été annoncée…






Reaktion appuie sur pause

Fondé par Sedryk en 1996, le label Reaktion est une institution de la musique venue du Sahara. Après avoir arrêté le site internet www.tamasheq.net courant 2015, Sedryk met aujourd’hui en stand-by les activités du label pour une durée indéterminée. Dans un communiqué officiel, il explique sa décision. « Je ne parle pas d’arrêt complet de Reaktion car je ne veux pas présager du futur. Le label a déjà connu deux vies, alors pourquoi pas une troisième, dans un style encore totalement différent ? Et j’ai bien l’intention de continuer à voyager au Sahara (et ailleurs) avec du matériel pour enregistrer les musiciens que je rencontrerai en chemin. Qui sait ce qu’il en sortira ? Mais, pour l’instant, il n’y aura plus de nouvelles productions du label. » Deux phases distinctes ont marqué la vie du label. De 1996 à 2006, Reaktion s’est intéressé aux musiques expérimentales et innovatrices (No Past, Chef Menteur, Naing Naing, Naïal…). Et depuis 2008, le label s’était consacré aux musiques du Sahara avec la collection Le Chant des Fauves (Bombino, Aziza Brahim, Faris, Nabil Othmani…). L’intégralité du catalogue du Chant des Fauves sera repris et exploité par le label anglais IRL qui fait partie de la grande famille touarègue depuis longtemps (Justin Adams, Tinariwen, Terakaft…). Enfin, Sedryk met également un terme à l’émission Imidiwan qu’il anime depuis 2009 sur l’actualité des musiques du Sahara. Une dernière émission en forme de best of de ces sept années sera diffusée le 1er février 2017 sur la webradio algérienne Radio Dzair.






Jim Jarmush raconte les Stooges d’Iggy Pop

Ann Arbor à deux jets de pierre de Detroit. De là décolle l’aventure Stooges pilotée par Iggy Pop. Une cité industrielle ne peut qu'enfanter un rock agressif comme une machinerie d'usine. La première secousse sismique de ces Stooges qui parait durant l’été 1969 sera donc la bande originale des Temps Modernes et de la révolte qu'elle ne peut que susciter. Armées de pédales wah-wah et de fuzz déglinguées, les guitares de Ron Asheton tranchent dans le gras, la rythmique préhistorique de Scott Asheton et Dave Alexander martèle et le reptile Caruso ne peut qu'appeler à la rébellion. Le conflit vietnamien s'enlise, la jeunesse américaine s’emmerde (No Fun à tous les étages) et l'Iguane et ses Crétin se vautrent dans un génial manifeste nihiliste, sorte de garage rock chamanique porté par les hymnes I Wanna Be Your Dog, 1969 et No Fun. Une histoire qui a marqué au fer rouge Jim Jarmusch au point que le cinéaste américain consacre au défunt gang d’Iggy un documentaire intitulé Gimme Danger - The Story Of The Stooges (sur les écrans français depuis quelques jours) dont la B.O. convoque les hymnes (Gimme Danger, No Fun, I Wanna Be Your Dog, 1969, Loose et autres Down The Street) et quelques raretés.






Le Prix de Musique Ernst von Siemens 2017 pour Pierre-Laurent Aimard

Le pianiste Pierre-Laurent Aimard vient d’être récompensé par le prestigieux Prix de Musique Ernst von Siemens décerné depuis 1973 par la Fondation pour la musique Ernst von Siemens. L’Institution déclare avoir honoré « un pianiste de lumière et de la couleur, qui rend tout ce qu’il joue clair et vivant… Son parcours insolite, de la musique contemporaine à celle du passé, sa passion illimitée de la découverte ainsi que le soin et la précision avec lesquels il s’adonne à des compositeurs, de Bach à George Benjamin, font de lui un musicien d’exception de notre temps » Le nom de Pierre-Laurent Aimard vient rejoindre la longue et prestigieuse liste des lauréats passés de ce prix doté de 250.000 euros : Pierre Boulez, Olivier Messiaen, Karlheinz Stockhausen, György Kurtág et György Ligeti pour n’en citer que quelques-uns.






Black Sabbath en deuil

Clavier de Black Sabbath pendant près d’un quart de siècle, Geoff Nicholls s’est éteint le 28 janvier 2017 à l’âge de 68 ans emporté par un cancer du poumon. Avant de rejoindre Sabbath en 1979, il était membre du groupe Quartz. Né le 28 février 1948 à Birmingham, il fit sa première apparition discographique en 1980 sur Heaven And Hell et restera sur neuf albums studio. En 1985, Nicholls est intronisé membre officiel de Black Sabbath, poste qu’il tiendra jusqu’en 2004 lorsqu’Ozzy Osbourne le remplacera par Adam Wakeman. Jusqu’à sa mort, il joua du clavier avec l’ancien chanteur de Sabbath, Tony Martin, au sein de son groupe Tony Martin's Headless Cross.





Vous aimez QIBUZ ? Vous pouvez nous adresser vos tuyaux pas percés, informations, commentaires ! Écrivez-nous à : qibuz@qobuz.com

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

À lire dans la rubrique Pop/Rock

À lire dans la rubrique Electro

À lire dans la rubrique Soul/Funk/R&B

À lire dans la rubrique Rap

À lire dans la rubrique Blues/Country/Folk

À lire dans la rubrique Film

À lire dans la rubrique Classique

À lire dans la rubrique Jazz

À lire dans la rubrique Musiques du monde

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters