La révolte des F.E.M.M

Près de 700 professionnelles de la musique ont signé un manifeste : F.E.M.M. Comprendre Femmes Engagées des Métiers de la Musique.

Par Charlotte Saintoin | À la une | 17 avril 2019
Réagir
Qobuz

Alors que Télérama publie mardi 16 avril une enquête sur le sexisme dans l’industrie musicale, 690 femmes du milieu s’engagent et s’unissent autour d’un manifeste dénonçant les pratiques du milieu. Parmi elles : Chloé, Christine and the Queens, Jeanne Added, Clara Luciani, Camélia Jordana, Sandra Nkaké, Fishbach, Barbara Carlotti, Miss Kittin,Claire Diterzi, Jeanne Cherhal

Après le cinéma, son affaire Weinstein et le mouvement #MeToo, le journalisme et la honteuse Ligue du Lol, c’est au tour de la musique de faire son introspection pour mieux lever le poing. Regroupées autour du manifeste F.E.M.M, ingénieures du son, programmatrices et autres professionnelles pointent un secteur gangréné par le machisme. A la faveur de son enquête, elles ont choisi Télérama pour publier leur tribune :

“Nous, artistes, musiciennes, techniciennes, productrices, éditrices, compositrices, manageuses, attachées de presse, juristes et plus globalement “femmes des métiers de la musique”, avons toutes été victimes ou témoins du sexisme qui règne au quotidien : les propos misogynes, les comportements déplacés récurrents, les agressions sexuelles qui atteignent en toute impunité la dignité des femmes.

Nous connaissons le fonctionnement – ou plutôt le dysfonctionnement – du secteur : les disparités salariales, l’invisibilité des femmes aux postes à responsabilité, les préjugés et les non‐dits qui bloquent le développement et les carrières de professionnelles pourtant compétentes et investies.

Le temps est venu pour le monde de la musique de faire sa révolution égalitaire : les agissements sexistes, racistes, et plus globalement tous les comportements discriminants ne sont plus tolérables et doivent être dénoncés et sanctionnés. Trop longtemps, ils ont été passés sous silence. Nous prenons le micro aujourd’hui pour crier haut et fort que nous n’avons plus peur de les refuser.

Comme nos (con)sœurs du collectif 5050 du cinéma, nous pensons qu’il faut questionner la répartition du pouvoir, dépasser le seul sujet du harcèlement et des violences sexuelles pour définir, ensemble, les mesures concrètes et nécessaires qui nous permettront de garantir l’égalité et la diversité dans nos métiers, et ainsi favoriser en profondeur le renouvellement de la création.”

Parce que Qobuz les soutient et combat le sexisme sous toutes ses formes, nous avons choisi de mettre ces femmes musiciennes à l’honneur dans une playlist.

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters