Jazz à la Villette : pluriel un jour, pluriel toujours...

Du 31 août au 11 septembre, le festival Jazz à la Villette offrira un vaste de panorama du jazz actuel mais pas que… Une grande fiesta où se croiseront notamment Hindi Zahra, Tigran Hamasyan, Omar Sosa, Yaron Herman, Macy Gray, Aldo Romano, Questlove, Tom Harrell, Roy Hargrove et Brad Mehldau.

Par Marc Zisman | Concerts, festivals et tournées | 28 juillet 2011
Réagir
Qobuz

Chaque année, Jazz à la Villette s'amuse à enjamber les frontières entre les styles musicaux. A la Cité de la Musique, dans la Grande Halle de la Villette, au Cabaret Sauvage et à la Dynamo de Banlieues Bleues, le jazz y accueille des créateurs parmi les plus engagés et novateurs du hip-hop, des musiques improvisées, de la pop ou du funk. « Jazz is not dead, it just smells funny” ironisait Frank Zappa. Jazz à la Villette fait sienne cette devise pour douze jours de fiesta au son d'une musique plus vivante que jamais !

Et la cuvée 2011 affiche un éclectisme une fois plus renouvelé. Comme un vaste océan de textures sur lequel vogueront, entre autres, Hindi Zahra, Tigran Hamasyan, Omar Sosa, Cinematic Orchestra, Mulatu Astatké, Questlove, Macy Gray, Abdullah Ibrahim, Yaron Herman, Meshell Ndegeocello, Aldo Romano, Randy Weston, Archie Shepp, Rodolphe Burger & James Blood Ulmer, Hell's Kitchen, Tom Harrell, Roy Hargrove, Stéphane Belmondo, ESG, Maceo Parker, Fred Wesley, Pee Wee Ellis et Brad Mehldau.

Sous cette étiquette « jazz », Jazz à la Villette ose surtout les rencontres choc. Comme, au hasard, celle réunissant Tigran Hamasyan et Hindi Zahra. En embarquant ici avec elle, dans son Beautiful Tango, le jeune prodige arménien, la chanteuse n’invite pas juste un étonnant pianiste de jazz contemporain, âgé de seulement 24 ans, mais avant tout un musicien, comme elle, patchwork humain de styles et de saveurs, de sons et de contrées. Ensemble, ils convoqueront Nina Simone ou Ella Fitzgerald avec le soutien du trompettiste Ibrahim Maalouf.

Des expériences ovni comme ce Questlove’s Afro Picks. Ce projet revisite l'histoire musicale africaine entre tradition et modernité, entre furie révolutionnaire de l'Afrobeat et contestation digitale du rap et de la soul moderne. Directeur musical de l'événement, Questlove, batteur des Roots et multi-producteur du rap américain, réinterprète le répertoire de Fela, Bongi Makeba ou Tony Allen. Il invite pour l’occasion ce dernier, inventeur du rythme afrobeat, Amp Fiddler et un big band composé des meilleurs musiciens de la scène afro new-yorkaise d’aujourd’hui. Au micro, la diva soul Macy Gray et Black Thought, MC des Roots, donneront corps à ce partage culturel inédit entre vibrations originelles et production ultramoderne.

Pour souligner toujours et encore plus les liens qui unissent le continent nord-américain à l’Afrique ou à l’Amérique du Sud, Jazz à la Villette accueillera cette année entre autres Omar Sosa, Mulatu Astatké, Abdullah Ibrahim et Randy Weston.

Quant aux puristes peu excités par cette vision à 360° du jazz, ils pourront toujours se rabattre sur les noms plus « classiques » (en apparence) de Brad Mehldau, Aldo Romano, Yaron Herman, Archie Shepp, Tom Harrell ou Stéphane Belmondo pour n’en citer que quelques-uns.

Le site de Jazz à la Villette

À découvrir autour de l'article

À lire sur Mulatu Astatke

À lire sur Rodolphe Burger

À lire sur Macy Gray

À lire sur Yaron Herman

À lire sur Hindi Zahra

À lire sur Brad Mehldau

À lire sur Meshell Ndegeocello

À lire sur Maceo Parker

À lire sur Aldo Romano

À lire sur Archie Shepp

À lire sur Randy Weston

À lire dans la rubrique Jazz

À lire dans la rubrique Soul/Funk/R&B

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters