Meshell, comète soul

Jazz, soul, funk et pop, l'insaisissable Meshell Ndegeocello poursuit sa route en solitaire...

Par Clotilde Maréchal | Vidéo du jour | 1 juin 2014
Réagir
Qobuz

Meshell Ndegeocello est plus qu'une Princesse. Trop aisé de ne voir dans l’époustouflante chanteuse, bassiste et auteur-compositeur que le modèle féminin du légendaire nain psyché-funk de Minneapolis… Depuis plus de vingt ans ans, son alchimie est parfaite entre jazz, soul, pop, funk et hip-hop, véritable tarte à la crème habituellement indigeste chez ses confrères. Avec elle, libre comme un oiseau n'a jamais sonné aussi juste. Logique, c'est le sens de Ndegeocello en swahili… Après son album hommage à Nina Simone (Pour une âme souveraine, son onzième opus intitulé Comet, Come To Me et qui parait le 2 juin 2014 offre un kaléidoscope de toutes ses teintes musicales et fait office de retour aux sources pour la musicienne. Un disque qui s’ouvre par une étonnante reprise du cultissime Friends de Whodini et qui se promène sur les terres d’un groove apaisé et beau. L'album accueille des invités particuliers comme Shara Worden (My Brightest Diamond), Jonathan Wilson et Doyle Bramhall. Puissant et céleste. Quant à cette relecture de Friends, Meshell Ndegeocello s'explique ici :



À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters