Catégories :

William Christie : interview vidéo Qobuz

Rameau, Atys, les Arts Flo, Pierre Boulez, Duke Ellington et sa propre carrière personnelle : le grand claveciniste et chef d'orchestre William Christie se confie sans langue de bois. Rencontre.

Par Marc Zisman | Interview | 25 juin 2014
Réagir

Sa chère musique française… William Christie lui doit beaucoup. La réciproque est aussi vraie. Depuis plusieurs décennies, le plus français des baroqueux américains s’est non seulement appliqué à ressusciter les partitions de Rameau et de Charpentier évidemment mais aussi celles de Couperin, Campra ou Montéclair, et aussi à briller dans la tragédie lyrique, l’opéra-ballet, le motet et la musique de cour versaillaise. A la tête des Arts Florissants qu’il fonda en 1979, ce natif de Buffalo dans l’état de New York a propulsé la musique du Grand Siècle Français dans les oreilles et le cœur des mélomanes. Tout bascula avec son Atys de Lully qui rafla les suffrages des spécialistes mais surtout ceux du grand public. Les spectateurs présents à l’Opéra-Comique en janvier 1987 vécurent ce moment intense où la France, comme ébahie, redécouvrait la tragédie en musique, un genre oublié jusqu’alors… Le travail de Malgoire avec Alceste en 1975 et Herreweghe avec Armide en 1983 n’avaient pas touché un public aussi large. Surtout, cet Atys de 1987, mis en scène par Jean-Marie Villégier, fut le point de départ pour une nouvelle vision du baroque français. La mythique production fera aussi office d’acte de naissance pour une génération de chanteurs, d’instrumentistes et de chefs d'ensembles baroques français. Christophe Rousset et les Talens lyriques, Marc Minkowski et les Musiciens du Louvre, Hervé Niquet et le Concert spirituel ou Hugo Reyne et la Simphonie du Marais, pour n’en citer que quatre, sont ces « enfants » d’Atys… Depuis, William Christie est une institution à lui seul. Un hors-la-loi devenu intouchable. Ses Arts Florissants se sont promenés aux quatre coins du monde et s’apprêtent même à inaugurer une résidence à la Philharmonie de Paris en 2015. A l’occasion de la sortie du disque Le Jardin de Monsieur Rameau, Christie revient sur le rapport unique qu’il entretient avec la musique du compositeur dont on célèbre cette année le 250e anniversaire de la mort. Il parle également de son brillant parcours et celui de son ensemble, de la création de son jeune label, du Jardin des Voix, cette académie caennaise pour jeunes chanteurs et enfin de ses envies futures.



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters