Catégories :

Nevermind : interview vidéo Qobuz

Rencontre informelle mais captivante avec les membres du quatuor baroque Nevermind à l'occasion de la publication de leur premier album qu'ils consacrent à deux compositeurs français oubliés du XVIIIe siècle.

Par Marc Zisman | Interview | 14 mars 2016
Réagir

S’ils avaient opté pour le quatuor Ça Ne Fait Rien, pas certain que la flûtiste Anna Besson, le violoniste Louis Creac’h, le violiste Robin Pharo et le claveciniste Jean Rondeau aient été pris au sérieux… Ils seront donc le quatuor Nevermind ! Aucune référence ici au répertoire grunge de feu Kurt Cobain puisque la jeune formation fait son entrée au disque en enregistrant pour le label Alpha deux oubliés du XVIIIe siècle : Jean-Baptiste Quentin et Louis-Gabriel Guillemain. Deux compositeurs français dont ils réunissent des pièces sous le titres Conversations, lesdites conversations s’établissant entre les styles français et italiens que tous deux abordent avec fantaisie et invention. Comment ce répertoire s’est imposé à eux et quel rôle joue Nevermind dans leur carrière individuelle : au saut du lit, les quatre jeunes musiciens s'expliquent dans un esprit barock’n’n’roll qui ne doit pas masquer le sérieux de leur démarche et, surtout, la qualité de leur musique.



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters