La Vilde devant soi

Tchaïkovski et Nielsen au programme du 3e album de l'étonnante violoniste Vilde Frang...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 29 mai 2012
Réagir
Qobuz

A chaque nouvelle publication, Vilde Frang rassure et prouve surtout qu’elle n’est pas un énième feu de paille du violon actuel mais bel et bien un des derniers fruits de l’excellente école norvégienne, qui a déjà révélé des talents aussi considérables que ceux de Leif Ove Andsnes ou Truls Mørk… La jeune violoniste, diplômée en 2002 du Musikkinstitutt Barratt-Due d’Oslo, a poursuivi ses études en Allemagne auprès de Kolja Blacher et d’Ana Chumachenco. Elle est aussi à ses débuts une protégée d’Anne-Sophie Mutter qui l’a choisie pour l’accompagner dans ses tournées scandinaves en 2008 et américaines en 2009, et jouer avec elle le Double concerto de Bach. Le programme de son premier disque paru en 2010 associait deux concertos majeurs du répertoire qui présentaient d’évidentes affinités avec le jeu délicat et chaleureux de Frang. Elle en affrontait crânement les défis techniques, soutenue par l’Orchestre Symphonique de la WDR de Cologne. De la personnalité, la jeune violoniste en a à revendre. Le majestueux finale du Concerto de Sibelius dansait sous son archet, la brucknérienne polonaise pour ours polaires que Donald Francis Tovey rêvait d’y entendre, tandis que le Moderato sur lequel se conclue le concerto du jeune Prokofiev s’apparente étonnamment à l’univers de Szymanowski. Quant aux rares Humoresques de Sibelius, elles brillaient comme autant de rayons d’un soleil nordique… L’an passé, pour son deuxième opus, la jeune Norvégienne élaborait un voyage européen au sein du répertoire pour violon et piano. Son violon rugueux, tendu accentuait la modernité âpre de la Sonate de Bartók, tandis qu'il respectait les origines folklorisantes de l'écriture de Grieg. Cette année, pour son troisième album à paraître le 4 juin, Vilde Frang, épaulée par la baguette prometteuse de son compatriote Eivind Gullberg Jensen dirigeant l’Orchestre Symphonique de la Radio Danoise, associe Nielsen et Tchaïkovski.

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters