Sweeney Todd, du grand Broadway au Châtelet

Montée pour la première fois à Paris par Lee Blakeley, le thriller musical de Stephen Sondheim est actuellement à l’affiche du Théâtre du Châtelet.

Par Max Dembo | Sur Scène | 28 avril 2011
Réagir
Qobuz

Jusqu’au 21 mai, Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street est installé au Théâtre du Châtelet. Histoire de vengeance, cette œuvre de Stephen Sondheim, montée pour la première fois à Paris par Lee Blakeley (après le triomphe de l'élégant A Little Night Music), est aussi une histoire sociale et une histoire d’amour. Mais par-dessus tout, c’est une histoire drôle, où le macabre et l’absurde s’entrechoquent, où les méchants sont transformés en tourtes grâce à une ingénieuse organisation entre un barbier exerçant au premier étage et une pâtisserie ayant pignon sur rue…

Tiré d’une pièce de Christopher Bond qui, en 1973, remettait au goût du jour un mélodrame du XIXe siècle inspiré d’un personnage historique, Sweeney Todd marquait une nouvelle étape dans la révolution douce opérée par Sondheim. Pour la première fois, Broadway donnait naissance à une œuvre noire et sanglante, les auteurs cherchant à susciter le genre de frissons que les spectateurs trouvent habituellement dans les films d’épouvante. Ce musical thriller rend donc hommage au théâtre de Grand-Guignol, à l’expressionnisme allemand... et aux opérettes de Gilbert et Sullivan grâce à la drôlerie féroce des chansons bavardes de Mrs. Lovett, personnage adorablement monstrueux.

En revisitant les clichés des mélodrames, Sweeney Todd offre une parabole des temps modernes : victime d’une société oppressante, Sweeney Todd devient un être digne de pitié, une «machine à tuer» de l’époque industrielle qui fait la fortune de sa voisine, symbole d’un capitalisme cannibale.

Dotée d’un rythme échevelé propre à la comédie musicale, farcie d’envolées lyriques comme Johanna ou Not While I’m Around, l’œuvre insuffle un suspense de thriller et un souffle tragique proche de l’opéra à une structure «épique» héritée de Brecht ou Weill. Couvert de prix (huit Tony Awards !), Sweeney Todd a été adapté au cinéma par Tim Burton en 2008.

Le site du Théâtre du Châtelet

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters