Catégories :
Interview

Paul Agnew, une rencontre-podcast

Le magnifique ténor écossais, orfèvre des rôles de haute-contre, évoque sa passion grandissante pour la direction et revient sur l'évolution de sa carrière, le temps d’un podcast.

Par Marc Zisman | Interview | 30 septembre 2011
Réagir
Écouter ce podcast :
Télécharger ce podcast :   m4a  |  mp3
Suivre ce podcast par :   RSS  |  iTunes

Avec lui, Charpentier, Rameau, Haendel, Monteverdi ou Lully sont… différents ? Voix majeure du monde baroque depuis une quinzaine d’années, Paul Agnew n’est pas un ténor délicat spécialisé dans les rôles de haute-contre comme les autres. L’Ecossais excelle. Pour ne pas dire plus… Depuis 2007, le chanteur phare des Arts Florissants s’empare occasionnellement d’une baguette pour diriger. Avec la sortie du virginal album Lamentazione où il conduit seul – une première au disque ! – le mythique ensemble de William Christie, l’affaire prend une nouvelle dimension. Occasion idéale pour rencontrer Paul Agnew et évoquer cette « nouvelle » activité, revenir sur sa riche carrière, sa passion pour le français, ses collaborations avec les plus grands chefs baroques (Christie, Minkowski, Koopman, Gardiner, Herreweghe, Haïm…) et son grand intérêt pour… Eminem ?!?!

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters