Catégories :

Du playback pour Obama !

La performance du quartet incluant Itzhak Perlman et Yo-Yo Ma à l’occasion de la cérémonie d’investiture du nouveau président des Etats-Unis avait été enregistrée deux jours plus tôt !

Par Marc Zisman | Actualité | 23 janvier 2009
Réagir

Le 20 janvier, au cours de l’investiture du nouveau président des Etats-Unis, Barack Obama, la prestation du quartet composé du violoniste Itzhak Perlman, du violoncelliste Yo-Yo Ma, du clarinettiste en chef du Metropolitan Opera Orchestra Anthony McGill et de la pianiste Gabriela Montero était en fait… du playback !

La composition signée John Williams avait été enregistrée deux jours plus tôt en raison de la température sibérienne qui régnait dans la capitale américaine. Les quatre musiciens ainsi que les membres du comité d’organisation de la cérémonie ont évoqué l’éventualité d’une corde de piano cassée ou du bois des instruments endommagé par les conditions climatiques.

« Honnêtement, le temps rendait impossible une performance en direct, a déclaré Carole Florman, porte-parole du Joint Congressional Committee on Inaugural Ceremonies. Personne n’a essayé de berner quiconque ! Nous ne sommes pas dans la situation de Milli Vanilli ! », faisant référence à ce duo soul de la fin des années 80 qui se produisait sur scène en playback et avait fait enregistrer son propre album par d’autres chanteurs.

« Certes nous n’avons pas communiqué sur ce playback, mais nous ne l’avons pas non plus caché » a ajouté Carole Florman.

Itzhak Perlman a déclaré au New York Times qu’en raison du froid extrême le résultat « aurait été catastrophique si la composition avait été jouée en direct. »

De son côté, Yo-Yo Ma a également commenté cette révélation. « Je voulais que physiquement et émotionnellement, tout semble vrai ! Et puis lors d’un tel événement, aucune bavure technique ou instrumentale n’était permise. Franchement, une corde cassée aurait été impensable. Il faisait un froid hallucinant ! »

Les deux stars ont également confié avoir utilisé des instruments modernes et non leurs « armes » habituelles. « De toutes façons, nous n’étions là que pour une seule raison, a conclu Yo-Yo Ma, Servir l’événement ! »

La pièce jouée, Air & Simple Gifts, était en fait un arrangement de l’hymne Quaker Simple Gifts qu’Aaron Copland avait utilisé dans son ballet Appalachian Spring. La composition de Williams utilise cet air dans la seconde partie de la pièce.

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters