Cheb Mami au tribunal

La star du raï comparaitra au tribunal correctionnel de Bobigny le 2 juillet pour « violence volontaire en réunion et complicité d'administration de substance nuisible sur une personne particulièrement vulnérable » sur son ancienne compagne.

Par Marc Zisman | Actualité | 1 juillet 2009
Réagir
Qobuz

Cheb Mami sera dans le box des prévenus pour son procès le 2 juillet devant le tribunal correctionnel de Bobigny. Le chanteur algérien de raï est arrivé le 29 juin à l'aéroport d'Orly où il a été interpellé en vertu du mandat d'arrêt lancé contre lui par la justice française, a-t-on indiqué de sources judiciaires.

Présenté dans la soirée au parquet de Bobigny où un magistrat lui a notifié le mandat d'arrêt le visant, Cheb Mami, de son vrai nom Mohamed Khelifati, a ensuite été présenté à un juge des libertés et de la détention. Il a été placé en détention provisoire, a-t-on précisé de mêmes sources.

Agé de 42 ans, la star du raï est notamment mise en examen pour « violence volontaire en réunion et complicité d'administration de substance nuisible sur une personne particulièrement vulnérable » sur son ancienne compagne, une photographe de presse. Elle l'accuse d'avoir organisé en 2005 un avortement forcé dans une villa à Alger. Une tentative qui échouera, la jeune femme donnera naissance en 2006 à une petite fille.

« Ma faute est d'avoir laissé faire (...) Je lui avais demandé d'avorter et elle avait refusé. Ce n'était pas une relation sérieuse et je ne voulais pas d'enfant illégitime », avait-il expliqué en 2007 au journal Libération.

Remis en liberté en février 2007 après quatre mois de détention provisoire contre une caution de 200.000 euros, Cheb Mami s'est réfugié en Algérie, car il était « inquiet » pour sa mère âgée. La justice française avait alors délivré un mandat d'arrêt international contre lui.

Si, dans la presse algérienne, Cheb Mami dit « regretter son attitude », l’artiste estime être victime d’une machination de son ex-agent : « La plus grosse erreur de ma vie, c’est d’avoir suivi le mauvais conseil de mon manager juif »… Il dénonce aussi un « acharnement quasi orchestré des médias français (...) contre un nom célèbre arabe ». L’impresario visé de la sorte, Maurice Levy, sous contrôle judiciaire, doit aussi comparaître le 2 juillet, pour les mêmes motifs, ainsi que son homme de confiance Hicham Lazaar et Abdelkader Lallali, soupçonné d’être son homme de main et contre qui a été lancé un mandat d’arrêt…

Le site officiel de Cheb Mami

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters