Pierre Hantaï, seul avec Bach

Le claveciniste Pierre Hantaï est en récital Jean-Sébastien Bach au Théâtre des Bouffes du Nord le 11 décembre.

Par Max Dembo | Concerts, festivals et tournées | 15 novembre 2011
Réagir
Qobuz

Dimanche 11 décembre, Pierre Hantaï se produira à 15h au Théâtre des Bouffes du Nord. Le récital du claveciniste sera entièrement dédié à l’œuvre de Jean-Sébastien Bach (Choral « Wer nur den lieben Gott lässt walten », Préludes et fugues et Quatre préludes pour Friedemann Bach).

Alliant rigueur architecturale, puissance expressive, virtuosité époustouflante et honnêteté scrupuleuse face à la partition, Pierre Hantaï s’est hissé au sommet des claviéristes actuels, notamment dans la musique de Bach ou Scarlatti dont il est un spécialiste mondialement reconnu.

Né à Paris le 28 février 1964, Hantaï entame son véritable apprentissage de la musique à l’âge de 11 ans, ses premières leçons de clavecin ayant lieu rapidement avec Arthur Haas : véritable coup de foudre, qui le décide à se consacrer pleinement à cet instrument. Très tôt, il donne ses premiers récitals, remporte plusieurs prix internationaux et fonde un ensemble de musique de chambre avec ses frères non moins talentueux, Marc à la flûte et Jérôme à la viole (Jérôme se tournera progressivement vers le pianoforte, dont il est aujourd’hui un spécialiste éminent). Il passe alors deux années décisives à Amsterdam auprès de l’immense Gustav Leonhardt, qui l'invite à jouer sous sa direction.

Devenu membre et soliste de La Petite Bande, il est rapidement sollicité comme soliste pour des concerts d'orchestre ou de musique de chambre par les grands pionniers de la révolution baroque : Philippe Herreweghe, Jordi Savall ou Sigiswald Kuijken prennent acte de l’éclosion d’un talent exceptionnel.

Désormais, Pierre Hantaï joue le plus souvent comme soliste dans les plus grands festivals et les plus prestigieuses salles tant en Europe qu'aux Etats-Unis et au Japon. Des récitals au Théâtre du Châtelet, à la Cité de la Musique de Paris, au MC2 de Grenoble, au Festival de Katowice en Pologne, mais aussi aux Festivals de Saintes, La Roque d’Anthéron, d’Utrecht, d’Innsbruck, Anvers, comme également au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, à l’Arsenal de Metz, au Concertgebouw d’Amsterdam, ou à la salle Gaveau à Paris.

En 1985, Hantaï franchit une étape importante en fondant Le Concert Français, petit ensemble orchestral qu'il dirige du clavecin : l'ensemble acquiert très vite une réputation internationale. Mais du fait de l'intense activité de concerts de Pierre Hantaï et de ses complices, le Concert Français entre en sommeil provisoire : c’est en grande formation qu’il effectue un retour salué au Festival de la Roque d'Anthéron 2004.

La discographie d’Hantaï est évidemment le reflet de sa personnalité et de l’importance de sa carrière. On remarque les enregistrements unanimement salués par la critique des Variations Goldberg (Opus 111), des Concertos BWV 1052, 1054, 1044, des Toccatas, suites et sonates, Fantaisie chromatique de Bach, les pièces pour clavier de John Bull, le Concerto op. 107 de Mozart ou encore les Sonates de Scarlatti.

Ecoutez notre playlist Pierre Hantaï

Le site du Théâtre des Bouffes du Nord

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters