Le cas Kissin

Beethoven, Barber et Chopin sont au programme du récital du pianiste russe Evgeny Kissin le 28 janvier, au Théâtre des Champs-Elysées.

Par Max Dembo | Concerts, festivals et tournées | 28 décembre 2011
Réagir
Qobuz

Samedi 28 janvier, Evgeny Kissin est en récital parisien au Théâtre des Champs-Elysées pour y interpréter Beethoven (Sonate n°14), Barber (Sonate) et Chopin (Nocturne op. 37 n°2, Sonate n°3). Longtemps applaudi comme un enfant prodige, Kissin n’est pas qu’un brillant virtuose. Musicalité à fleur de peau, sens si expressif du phrasé, le Moscovite est l’un des meilleurs de sa génération…

On évoque souvent la prodigieuse image d’un enfant de douze ans jouant les deux concertos de Chopin avec l’Orchestre de Moscou. Les plus sceptiques donnaient peu de temps à ce prodige. Or, trente ans après, Kissin continue de jouer sur les scènes du monde entier. L’enfant merveilleusement doué est devenu un artiste génial. Au long de son parcours d’interprète, il a dompté l’insouciance et l’inspiration de la jeunesse pour donner à son jeu une épaisseur intellectuelle…

Evidemment, Evgeny Kissin est de ces pianistes russes dont le répertoire romantique est la pierre fondatrice. Capable de prouesses techniques, il sait aussi – comme Richter – donner un souffle et une structure aux pages les plus exacerbées.

Né à Moscou le 10 octobre 1971, Evgeny Kissin joue très tôt ses premières notes de piano, et entre à l’Ecole de Musique Gnessine de Moscou à 6 ans, sous les bons auspices d’Anna Pavlovna Kantor. A l’âge de 12 ans, il interprète les concertos pour piano Nos. 1 et 2 de Chopin avec l’Orchestre Philharmonique de Moscou sous la direction Dmitri Kitaenko. Ses tournées au Japon en 1986, à Berlin et à Londres, marquèrent ses premiers triomphes sur la scène internationale. Il joua notamment avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin sous la baguette de Karajan pour le concert du réveillon en 1988.

Le jeune pianiste fait ses débuts aux BBC Proms à Londres en 1990, et aux Etats-Unis sous la direction de Zubin Mehta. Durant cette même année, il ouvre la centième saison du Carnegie Hall. Il jouera dès lors avec les plus grands chefs et se produira en musique de chambre avec les solistes les plus prestigieux.

De sa carrière sur scène, Kissin a été récompensé par de rares honneurs : le Prix Crystal d’Osaka, le Prix Chostakovitch, le Prix Triumph, le prix musical Herbert Von Karajan. Il a été le seul invité classique aux Grammy Awards et le plus jeune pianiste à avoir reçu le Prix de l’Instrumentaliste de l’Année décerné par le Musical America. Il a également été nommé Soliste Echo Klassik, Docteur Honoris Causa par la Manhattan School of Music, Docteur Honoris Causa de l’Université de Hong Kong et membre honoraire de la Royale Académie de musique de Londres. Il est enfin, le premier musicien à avoir donné un récital aux Proms à Londres.

En 1988 son premier enregistrement studio pour la RCA Red Seal du concerto de Rachmaninov avec l'Orchestre Symphonique de Londres voit le jour. Un premier disque qui ouvre la voix à de nombreux succès et le Moscovite se voit attribuer le Prix Edison Klassiek aux Pays-Bas, le prix Diapason d'Or et le grand Prix de la Nouvelle Académie du Disque en France, etc.

L'enregistrement de son récital Brahms chez RCA Red Seal est nommé Diapason d'Or de l'Année 2003. Il obtient en 2006 un Grammy Awards pour son enregistrement de Scriabine, Medtner et Stravinsky. Chez EMI Classics, il enregistre avec l’Orchestre Symphonique de Londres, dirigé par Sir Colin Davis, un album live consacré au Concerto pour piano en la mineur de Schumann et au Concerto n°24 de Mozart. Il a par ailleurs publié l’intégrale des concertos de Beethoven, les Concertos n°2 et 3 de Prokofiev avec l‘Orchestre Philharmonia sous la direction de Vladimir Ashkenazy.

Le site d’Evgeny Kissin

Le site du Théâtre des Champs-Elysées

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters