A l'ancienne

Le 2e album de Matthew E. White, grand manitou de la pop soul et gospel...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 22 février 2015
Réagir
Qobuz

Avec ses airs de gourou barbu, sa voix chloroformée et son album Big Inner sous le bras, Matthew E. White fut le plus fascinant extra-terrestre croisé en 2012. Avec Fresh Blood qui paraitra chez Domino le 9 mars, l’Américain revient avec un deuxième disque tout aussi impressionnant, offrant un alliage singulier de pop, de gospel et de country soul. Un disque réellement hors du temps, planant et beau et où les mélodies sont traitées comme des reines, leur serviteur n’hésitant pas à user de cordes et de cuivres avec un raffinement bluffant. Avec son label et son collectif Spacebomb, on sait l'affection que White porte aux méthodes de travail collectives des années 60 et 70 (les labels Motown et Stax en tête) et ce nouvel opus est une preuve supplémentaire de son savoir-faire, véritable artisanat à l'ancienne.





À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters