Cecil Taylor, hors cadre

Le plus célèbre des pianistes de free jazz est mort à l'âge de 89 ans...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 7 avril 2018
Réagir
Qobuz

Il n’y a pas d’âge pour poser des bombes artistiques. Et à l’aube de ses 90 ans, le pianiste Cecil Taylor ne comptait guère mettre fin à sa carrière de plastiqueur de règles ; et de nos oreilles par la même occasion… Beaucoup ne se sont toujours pas remis de l’approche percussive de Cecil Taylor, Newyorkais considéré par les livres comme l’un des « inventeurs » du free jazz durant les 60’s avec quelques autres terroristes sonores. Mais terroriste comme Ellington pouvait l’être en son temps. Toujours cette histoire de démolir pour reconstruire autrement… Bâtisseur, au final.

Le secret de la beauté éternelle et juvénile de l'art de Taylor tenait déjà aux Tables de sa Loi : « Depuis toujours, nous les musiciens Noirs, nous considérons le piano comme un instrument de percussion, nous battons le clavier et nous pénétrons l’instrument. La force physique entre dans le processus de la musique noire. Qui ne l’a pas compris n’aura plus qu’à hurler. » Cette force percussive est aussi celle d’un ouragan de liberté dans lequel Taylor déploie la palette de sa polyrythmie. Et la modernité de ses constructions tenait, autant dans le refus de ses plans et ses cartes routières que dans l’envie de coller à son instruments et/ou ses complices. Autant vénéré que détesté pour toutes ces raisons, le piano de Cecil Taylor a embarqué de nombreux mélomanes dans sa géniale tourmente, pour un tour de manège dont ils ne sont jamais sortis indemne…









ECOUTEZ CECIL TAYLOR SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters