Abd Al Malik, l'épée du slam

Avec "Le Jeune Noir à l'épée", le rappeur-slammeur signe un album concept autour du tableau du même nom signé Pierre Puvis de Chavannes...

Par Nicolas Magenham | Vidéo du jour | 30 mars 2019
Réagir
Qobuz

Comment une toile du XIXe siècle peut-elle résonner dans la culture française du début du XXIe siècle ? Avec Le Jeune Noir à l'épée, son nouvel album concept, Abd Al Malik tente de montrer à quel point la force symbolique du tableau de Pierre Puvis de Chavannes parle à la France d’aujourd’hui.

On ne sera donc pas étonné d’entendre ici et là non seulement des bruits de la ville (notamment du métro), mais aussi des références à l’actualité brûlante (l’affaire Adama Traoré dans l’introduction du disque). « Pour moi qui ambitionnais d'écrire un long poème, à ma manière, sur l'identité à l'ère de la mondialisation, à la croisée du langage poétique de Baudelaire et de la philosophie de Glissant, ce tableau fut pour moi une révélation », explique le rappeur-slammeur-essayiste, épaulé dans ce projet par le rappeur et acteur Mattéo Falkone. À travers les figures d’un personnage et d’un peintre d’un autre temps, Abd Al Malik parle avant tout de son identité propre, en essayant de mettre en lumière toute l’harmonie qui se dégage des différents mélanges qui le constituent, qu’il s’agisse de sa double origine (française et congolaise), ou bien du métissage culturel qu'il revendique depuis ses débuts.

À côté de ce portrait intime reflétant une histoire contemporaine universelle, on trouve de nombreux échos au passé dans cet album, grâce bien entendu aux différentes citations de toiles de maîtres qui l’émaillent (celle de Puvis de Chavannes et d’autres), mais aussi à des hommages à de grandes figures de la musique et de la littérature du XXe siècle (et même d’avant).

Dans Strasbourg par exemple, c’est le piano du complice de Jacques Brel, Gérard Jouannest, qui est à l’honneur – un solo que Abd Al Malik introduit, non sans humour, par un « chauffe, Gérard, chauffe », en référence à l’apostrophe célèbre de Brel à son autre musicien préféré, l’accordéoniste Marcel Azzola, dans la chanson Vesoul. Rappelons aussi que Jouannest avait déjà eu l’occasion de travailler avec Abd Al Malik sur Gibraltar (2006) et Dante (2008).

À noter enfin que Le Jeune Noir à l’épée est un disque de commande destiné à accompagner un livre éponyme (coédité par Présence Africaine, le musée d'Orsay et Flammarion), lui-même conçu pour apporter un éclairage moderne à une exposition consacrée au « modèle noir, de Géricault à Matisse », au musée d'Orsay en 2019. Abd Al Malik y présente également un spectacle conçu avec le chorégraphe burkinabé Salia Sanou.





ECOUTEZ LE JEUNE NOIR A L’ÉPÉE DE ABD AL MALIK SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters