Best of 2012: les meilleurs albums Jazz de l'année

Les meilleurs albums Jazz de 2012

Résultats 1 à 20 sur un total de 33
9,99 €

Jazz - Paru le 7 février 2012 | Jazz Village

Livret Distinctions Sélection Les Inrocks - Indispensable JAZZ NEWS - Sélectionné par Ecoutez Voir
Blue Moon n'est pas juste le nouvel album d'Ahmad Jamal. C'est son nouveau chef-d'oeuvre, irrigué par une émotion qui nous rappelle ses plus grandes heures, celles de Chess et d'Impulse! Compositions originales majestueuses, brillantes relectures des mythes américains (le film noir, Broadway, les grands espaces) chacun des neuf morceaux est une réinvention du swing, un prétexte à des vertiges mélodiques, un appel vers des syncopes rythmiques à vous couper le souffle. Entouré de trois gardiens du tempo hors pair, Ahmad Jamal est désormais l'apôtre en chef de la musique classique américaine.
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 2 octobre 2012 | Laborie Jazz

Studio Masters Livret Distinctions Elu par Citizen Jazz - CHOC de JAZZmagazine-jazzman - OUI! de Culture Jazz - Qualité Studio Masters Garantie - Sélection JAZZ NEWS
Après deux albums avec son groupe Triphase et plusieurs récompenses (Victoire du Jazz, Django d'Or...), Anne Paceo revient chez Laborie Jazz ! Nourrie de cultures diverses, forte de ses récents voyages (Birmanie, Scandinavie, Canada...), elle a su concilier et approfondir son talent et son style, pour créer un environnement musical original, subtil et délicat. Yokaï, album inspiré et virevoltant, en est le plus bel exemple. Anne Paceo, batterie & chant - Antonin-Tri Hoang, saxophone alto & clarinette basse - Pierre Perchaud, guitare - Leonardo Montana, piano - Stéphane Kerecki, contrebasse Après deux albums avec son groupe Triphase et plusieurs récompenses (Victoire du Jazz, Django d'Or...), Anne Paceo revient chez Laborie Jazz ! Nourrie de cultures diverses, forte de ses récents voyages (Birmanie, Scandinavie, Canada...), elle a su concilier et approfondir son talent et son style, pour créer un environnement musical original, subtil et délicat. Yokaï, album inspiré et virevoltant, en est le plus bel exemple.
13,49 €
11,00 €

Jazz - Paru le 21 mai 2012 | Parlophone France

Studio Masters Distinctions 4F de Télérama - Qualité Studio Masters Garantie
A deux c’est mieux dit le proverbe. Pour son nouvel album, Avishai Cohen opte donc pour un duo. Un disque intitulé Duende, l'âme en espagnol. « Le mot en lui-même sonne merveilleusement, précise le contrebassiste. C'est un feeling essentiel qui éclaire la musique ! ». Ce dialogue quasi-télépathique entre deux complices, il l’entreprend avec Nitai Hershkovits, tout jeune pianiste. Quelques standards revisités, quelques anciens thèmes à lui transfigurés et quatre nouvelles compositions inspirées. Surtout, un disque parfaitement maîtrisé.
9,99 €

Jazz - Paru le 19 novembre 2012 | Bonsaï Music

Distinctions Sélection FIP - Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence - Sélection JAZZ NEWS
9,99 €

Jazz - Paru le 25 septembre 2012 | JUST LOOKING PRODUCTIONS

Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Découverte JAZZ NEWS
14,99 €

Jazz - Paru le 18 septembre 2012 | Nonesuch

Livret Distinctions 4F de Télérama - Sélection JAZZ NEWS
Le Brad Mehldau Trio revient avec son nouvel album Where Do You Start, considéré comme la suite de son précédent opus Ode. Alors que ce dernier comprenait onze compositions inédites de Brad Mehldau, le trio présente ici dix ré-interprétations de chansons d’autres compositeurs tels que Chico Buarque, Nick Drake, Elvis Costello ou encore Sufjan Stevens, ainsi qu'une composition originale de Brad Mehldau (Jam).
12,99 €

Jazz - Paru le 19 mars 2012 | Chick Corea Productions, Inc. & Gary Burton, Inc.

Distinctions 4 étoiles Classica - The Absolute Sound: Best New Releases Of The Year
Le pianiste Chick Corea et le vibraphoniste Gary Burton, aussi créatifs que prolifiques, célèbrent avec ce nouvel opus, "Hot House" leur 40ème anniversaire en tant que duettistes - leur première rencontre musicale date de 1972 en Allemagne. Voici dix titres choisis dans l'oeuvre de leurs compositeurs et parfois mentors préférés, des années 40 jusqu'aux sixties. D'Antonio Carlos Jobim à Dave Brubeck, en passant par Thelonious Monk ou Paul McCartney, c'est un voyage riche en (re)découvertes que nous propose ces deux musiciens exceptionnels. Le pianiste Chick Corea et le vibraphoniste Gary Burton, aussi créatifs que prolifiques, célèbrent leur 40ème anniversaire en tant que duettistes - leur première rencontre musicale date de 1972 en Allemagne - avec la publication de Hot House sur le label Concord Jazz. Hot House propose dix titres choisis parmi les œuvres de leurs compositeurs préférés, des années 40 jusqu'aux Sixties. L'album commence avec Can’t We Be Friends, un titre enjoué que Burton qualifie d'un “standard plutôt obscur enregistré d'abord par Art Tatum". Le duo change de ton ensuite avec Paul McCartney et Eleanor Rigby, décidément plus sobre, dans une reprise up-tempo qui rajoute un aspect urgent à l'original. La mélodie luxuriante de Chega de Saudade est le premier des deux morceaux signés Antonio Carlos Jobim ici ; c'est une chanson que les deux musiciens avaient apprise durant leurs séjours respectifs chez Stan Getz dans les années 60. Ils revisitent le catalogue Jobim plus tard dans cette séance, avec une reprise du morceau tout aussi florissant, Once I Loved. A noter également : une interprétation tout aussi changeante du titre de Bill Evans, Time Remembered, et une nouvelle lecture joueuse de Strange Meadow Lark, l'un des titres moins bien connus figurant dans l'album mythique Time Out enregistré par Dave Brubeck en 1959. Le titre éponyme de l'album Hot House est un morceau composé par le pianiste Tadd Dameron et fondée sur la progression harmonique de la chanson de Cole Porter “What Is This Thing Called Love?” Hot House contient également le titre court – et peu connu – de Thelonious Monk, Light Blue, auquel Corea ajoute un deuxième refrain tout à fait dans l'esprit de Monk. L'album se termine avec Mozart Goes Dancing, une composition originale de Chick Corea – un titre complexe et engageant – enregistrée avec le Harlem String Quartet. A l'origine, ce titre devait faire partie du futur projet du duo – une reprise avec un quatuor à cordes du travail effectué dans les années 80 en tournée et en studio, plus quelques nouvelles compositions de Chick – mais, comme le dit Gary Burton, “Le résultat est tellement spectaculaire que nous avons décidé de rajouter celui-ci à "Hot House", comme un aperçu de ce que nous ferons en duo l'année prochaine”.
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 28 août 2012 | Laborie Jazz

Studio Masters Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc Jazzman - Choc Jazzman de l'année - Qualité Studio Masters Garantie - Sélection JAZZ NEWS
Daniel Humair (néé en 1938), conisdéré comme l'un des meilleurs batteurs du monde, a joué avec les plus grands (Chet Baker, Eric Dolphy, Martial Solal, Stéphane Grappelli, Lee Konitz...). Nom de légende dans l’histoire du Jazz, il nous livre à 74 ans l’une de ses plus belles rencontres au sommet, avec un quartet composé de Emile Parisien (sax), Jérôme Regard (cb) et Vincent Peirani à l'accordéon. Un échange magique entre les musiciens, et une joie de transmettre simple et évidente pour plaisir d'écoute inégalé. « …J’ai, à chaque prestation de ce nouveau groupe, une sensation de bien être, de jubilation, de complicité, l’impression d’avoir fait un pas en avant et je n’ai qu’une envie : vite recommencer et me remettre encore en question. » Daniel Humair Daniel Humair, batterie - Emile Parisien, saxophones - Vincent Peirani, accordéon - Jérôme Regard, contrebasse Daniel Humair (né en 1938), considéré comme l'un des meilleurs batteurs du monde, a joué avec les plus grands (Chet Baker, Eric Dolphy, Martial Solal, Stéphane Grappelli, Lee Konitz...). Nom de légende dans l’histoire du Jazz, il nous livre à 74 ans l’une de ses plus belles rencontres au sommet, avec un quartet composé de Emile Parisien (sax), Jérôme Regard (cb) et Vincent Peirani à l'accordéon. Un échange magique entre les musiciens, et une joie de transmettre simple et évidente pour plaisir d'écoute inégalé. « …J’ai, à chaque prestation de ce nouveau groupe, une sensation de bien être, de jubilation, de complicité, l’impression d’avoir fait un pas en avant et je n’ai qu’une envie: vite recommencer et me remettre encore en question. » Daniel Humair
17,48 €
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 octobre 2012 | Verve

Studio Masters Distinctions Qualité Studio Masters Garantie - Sélection JAZZ NEWS
Exploration grisante et audacieuse de sons nouveaux, Glad Rag Doll est le fruit d'une aventure menée avec de nouveaux musiciens, et avec une instrumentation inhabituelle. Pour Diana Krall, musicienne douée qui joue ici sur un Steinway de 1890, c'est à la fois un nouveau départ important et une évolution naturelle. Des chansons que la dame médite depuis toute une vie. Si d'aucuns peuvent s'identifier comme « musiques des années 20 ou 30 », c'est qu'il s'agit de chansons des années 20 ou 30 telles que la Canadienne les imagine pour le XXIe siècle. En collaborant pour la première fois avec le célèbre producteur T-Bone Burnett et l'ingénieur du son Mike Piersante, elle se délecte d'un nouveau terrain de jeu sonore.
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 25 septembre 2012 | MELISSE

Studio Masters Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Elu par Citizen Jazz - Qobuzissime - Qobuz Référence - Qualité Studio Masters Garantie - Sélection JAZZ NEWS
Jouer Bach et jouer avec Bach sont deux choses bien distinctes. Avec Think Bach, Edouard Ferlet opte pour la seconde proposition. De variations en jeux de miroirs, le pianiste balaie d’un revers de main l’exercice de style sur lequel certains de ses confrères se sont cassés les dents pour construire au final un passionnant labyrinthe parfois ludique, souvent poétique. Edouard Ferlet, piano et compositions
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 24 avril 2012 | Laborie Jazz

Studio Masters Livret Distinctions Elu par Citizen Jazz - CHOC de JAZZmagazine-jazzman - Qualité Studio Masters Garantie - Sélection JAZZ NEWS
Après avoir reçu la Victoire du Jazz en 2009, la quartet d'Emile Parisien revient chez laborie Jazz, avec un nouvel album intitulé Chien-Guêpe. Chien-guêpe marque une étape importante de cet horizon musical vers lequel le quartet se dirige : celui d’une musique où l’énergie, la conviction sublime la technique et l’utilisation savante des procédés et les mélanges de genres, pour parvenir à l'évidence et la limpidité. C’est grâce à cette sincérité que le groupe a toujours su capter l’attention d’un public de plus en plus large, pour faire sauter de nouvelles barrières et franchir de nouvelles frontières. Dieu, s’il existe, a bien brossé ces quatre là… attention talent ! Emile Parisien Quartet Après avoir reçu la Victoire du Jazz en 2009, la quartet d'Emile Parisien revient chez laborie Jazz, avec un nouvel album intitulé Chien-Guêpe. Chien-guêpe marque une étape importante de cet horizon musical vers lequel le quartet se dirige : celui d’une musique où l’énergie, la conviction sublime la technique et l’utilisation savante des procédés et les mélanges de genres, pour parvenir à l'évidence et la limpidité. C’est grâce à cette sincérité que le groupe a toujours su capter l’attention d’un public de plus en plus large, pour faire sauter de nouvelles barrières et franchir de nouvelles frontières. Dieu, s’il existe, a bien brossé ces quatre là… attention talent !
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 3 septembre 2012 | ECM

Studio Masters Livret Distinctions Choc de Classica - Qualité Studio Masters Garantie
C’est après la mort de Michael Jackson que le trompettiste italien Enrico Rava a réalisé qu’il était passé, -selon ses termes-, „à côté de l‘un des grands Protagonistes de la musique et de la danse du 20ème siècle, d‘un artiste total et d‘ un génie… Ressentant le besoin d’explorer l’univers de cet artiste, il a donc élaboré ce projet d’un répertoire de Michael Jackson pour grand ensemble, en collaboration avec l’Auditorium et le Parco Della Musica Jazz Lab de Rome. Ce disque est publié à l’occasion des concerts prévus pour les festivals italiens. Les arrangements sont de Mauro Ottolini. Ce disque particulier dans la discographie de Rava vous donnera l’occasion d’entendre le trompettiste un peu plus extraverti qu’à son habitude , sur un répertoire de chansons pops !     Avec cet album live Enrico Rava rompt avec ses propres traditions. Depuis son premier disque pour ECM, “The Pilgrim And The Stars”, enregistré en 1974, Rava avait en effet toujours profité du label pour mettre en avant ses propres compositions. Pas cette fois. Mais qu’on ne s’attende pas pour autant à entendre ici un hommage à l’un des styles qui ont faits l’histoire du jazz. Non. A l’occasion de “Rava on the Dance Floor” le grand trompettiste italien (né en 1939) a décidé de se consacrer exclusivement et avec enthousiasme à l’univers musical du regretté Michael Jackson. Soutenu par l’énergie du groupe Parco della Musica Jazz Lab, Rava nous livre dans ce contexte inattendu quelques unes des parties de trompettes les plus passionnées et extraverties de sa carrière.     S’il reconnaît avoir toujours prêté une grande attention à Michael Jackson durant le temps que le chanteur a passé en notre compagnie sur terre, ce n’est qu’à la suite de sa disparition en juin 2009, qu’effaré par l’intensité de la couverture médiatique de l’événement, Rava a véritablement commencé à écouter attentivement sa musique, et y trouver finalement de nombreux centres d’intérêts. « Ce qui a fini de me convaincre d’y consacrer un projet », explique-t-il, « c’est le riff contagieux de ‘Smooth Criminal’. Le fait est qu’à un certain moment Michael Jackson s’est tout simplement mis à envahir ma vie. Ma femme et moi avons acheté tous ses disques et toutes les vidéos que nous avons pu trouver. Du coup mes longs et ternes voyages en voiture se sont transformés en séances d’écoute enthousiastes. Il est devenu clair pour moi que pendant toutes ces années j’avais ignoré l’un des grands protagonistes de la musique et de la danse du 20e siècle. Un artiste total, un perfectionniste, un génie. J’ai été particulièrement impressionné par le film ‘This is it’, qui rend compte des répétitions de cet extraordinaire spectacle. C’est incroyable de voir ce Peter Pan de 50 ans, si fragile et vulnérable, se transformer soudain en une autorité à la fois bienveillante et absolue, dés qu’il investit la scène, contrôlant le moindre petit détail, corrigeant la lumière d’un projecteur, l’accent d’une note de basse, le pas d’un danseur ou la durée d’une pause musicale. »     A contre-courant des idées communément partagées dans le petit monde de la pop, Rava considère les derniers albums de Michael Jackson comme ses meilleurs, “History” et “Invincible” tout particulièrement. Il ne tarit pas d’éloge sur la structure en « appel et réponse » de “Stranger In Moscow” et sur la mélodie de “Speechless”, considère “Little Susie” comme un chef-d’œuvre et partage l’affection de Jackson pour la chanson de Charlie Chaplin “Smile.”     “J’ai ressenti la nécessité d’approfondir la musique de Jackson en apportant quelque chose de mon propre univers. J’ai trouvé en Mauro Ottolini le partenaire idéal pour les arrangements. Je n’ai pas imaginé d’autre groupe que le PMJL. Quant au lieu de création pour ce projet, il s’est imposé de lui-même : l’Auditorium Parco della Musica de Rome — l’endroit même où toute cette aventure a commencé.“ (C’est au terme d’un concert donné dans cet auditorium que Rava a appris la nouvelle de la mort de Michael Jackson).     Le PMJL (Parco della Musica Jazz Lab) est une formation fondée et financée par la Fondation Musica per Roma, dont le but est de promouvoir de jeunes talents du jazz. Tous ses projets ont à ce jour été dirigé par Enrico Rava. Sur “Rava On The Dance Floor” le pianiste Giovanni Guidi, membre du groupe régulier du trompettiste (écouter le tout récent album “Tribe”), vient renforcer la formation.     L’arrangeur Mauro Ottolini a réalisé un certain nombre d’albums en tant que leader, et a collaboré avec de nombreux musiciens d’envergure internationale comme Carla Bley, Bill Frisell ou Maria Schneider.     “Rava On The Dance Floor” a été enregistré live à l’Auditorium Parco della Musica de Rome les 20 mai et 30 novembre 2011 par Roberto Lioli, Massimiliano Cervini, Luca Padovano et mixé à Udine au studio Artesuono.     L’album sera d’abord publié en Italie en juillet pour accompagner la tournée d’été d’Enrico avec Jazz Lab. Des concerts sont prévus à Pérouse dans le cade du festival Umbria Jazz le 10 juillet à Saint Marin le 14 juillet, à Pescara le 15 juillet, à Sarzana le 24 juillet et à Lacco Ameno le 31 août 2012. La sortie internationale de l’album aura lieue fin août et au cours du mois de septembre.
8,09 €

Jazz - Paru le 20 janvier 2014 | Parlophone Label Group

Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Une fois de plus, Erik Truffaz propose de nouveaux impressionnants corps à corps entre trompette et voix. L’invitée du jour n’est autre que la chanteuse suisse qui monte, qui monte, qui monte, Anna Aaron, présente sur trois titres de ce Tiempo de la Revolucion. L’impressionnisme des solos du trompettiste touche au sublime et l’on se retrouve embarqué dans un jazz aux influences multiples (fusion, rock planant, new age, etc.). Le « son Truffaz » impose une fois de plus sa saveur unique.
9,99 €

Jazz - Paru le 21 février 2014 | Motema

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Le top 6 JAZZ NEWS
La voix dont le nom circule un peu plus chaque mois. Car Gregory Porter est avant tout « une voix ». Une vraie de vraie. Rien de factice ni de taxidermiste dans ce chant qui jongle brillamment avec le patrimoine soul et jazz. Be Good, impeccable deuxième album que publie ce Californien entré dans sa quatrième décennie, s’inscrit dans ce mouvement actuellement que vit la soul et le funk. Comme un retour aux vraies sources du genre. En cela, Porter ne s’embarrasse d’aucune enluminure jeuniste et n’enveloppe ses chansons que dans les simples et purs apparats d’une instrumentation raffinée. Comme ses maîtres Nat King Cole, Joe Williams ou bien encore Donny Hathaway.
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 17 février 2012 | Bee Jazz

Studio Masters Livret Distinctions Qualité Studio Masters Garantie
Guillaume de Chassy a collaboré avec le contrebassiste Daniel Yvinec (Chansons sous les bombes, Wonderful world, Songs from the last century). Son dernier album Pictorial music est sorti en 2010, après son album en trio Faraway so close. Silences marque un nouveau jalon dans cette recherche de l’épure. Pour en comprendre le titre il faut imaginer l’Abbaye de Noirlac dans le Cher qui a accueilli les trois musiciens. Son calme a été une source d’inspiration permettant au trio de mettre en avant un certain raffinement sonore, et une sobriété du geste. Le pianiste a réuni un trio à l’instrumentation rare, au service d’une conception chambriste et minimaliste de la musique improvisée, qui privilégie la limpidité des mélodies et l’art des nuances. Entouré du clarinettiste Thomas Savy et du contrebassiste Arnault Cuisinier, musiciens à la confluence des genres comme lui, Guillaume de Chassy explore sa propre écriture ou s’empare de thèmes empruntés à Poulenc, Prokofiev, Chostakovitch ou Schubert, ses compositeurs de prédilection. Guillaume de Chassy, piano - Thomas Savy, clarinettes - Arnault Cuisinier, contrebasse Guillaume de Chassy a collaboré avec le contrebassiste Daniel Yvinec (Chansons sous les bombes, Wonderful world, Songs from the last century). Son dernier album Pictorial music est sorti en 2010, après son album en trio Faraway so close. Silences marque un nouveau jalon dans cette recherche de l’épure. Pour en comprendre le titre il faut imaginer l’Abbaye de Noirlac dans le Cher qui a accueilli les trois musiciens. Son calme a été une source d’inspiration permettant au trio de mettre en avant un certain raffinement sonore, et une sobriété du geste. Le pianiste a réuni un trio à l’instrumentation rare, au service d’une conception chambriste et minimaliste de la musique improvisée, qui privilégie la limpidité des mélodies et l’art des nuances. Entouré du clarinettiste Thomas Savy et du contrebassiste Arnault Cuisinier, musiciens à la confluence des genres comme lui, Guillaume de Chassy explore sa propre écriture ou s’empare de thèmes empruntés à Poulenc, Prokofiev, Chostakovitch ou Schubert, ses compositeurs de prédilection.
12,99 €

Jazz contemporain - Paru le 27 août 2012 | Emarcy

Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence - Sélection JAZZ NEWS
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 9 octobre 2012 | Bee Jazz

Studio Masters Livret Distinctions CHOC de JAZZmagazine-jazzman - Qobuzissime - Qobuz Référence - Qualité Studio Masters Garantie - Sélection JAZZ NEWS
Jean-Marie Machado, piano, arrangements & compositions - André Minvielle, voix - Jean-Charles Richard, saxophones - Gueorgui Kornazov, trombone - Joce Mienniel, flûte - François Thuillier, tuba - Didier Ithursarry, accordéon - François Merville, batterie & percussions - Jean-Marc Quillet, vibraphone & percussions. Boby Lapointe nous a quittés il y a 40 ans ! À cette occasion, Jean-Marie Machado & Danzas invitent le chanteur André Minvielle pour un hommage à ce magicien des mots, chanteur loufoque et singulier. Dans cet album intitulé avec tendresse "La Fête à Boby", les plus grands succès de Boby Lapointe subtilement arrangés se mêlent à une série de compositions originales inspirées par son univers. L'esprit de Boby Lapointe souffle toujours ! Jean-Marie Machado & Danzas invitent André Minvielle pour un hommage à Boby Lapointe. Boby Lapointe, magicien des mots, chanteur loufoque d’après-guerre, scande un flot chaotique, monocorde et singulier. Dans cet album intitulé avec tendresse La Fête à Boby, le pianiste Jean-Marie Machado rend hommage à « la petite musique » de ce poète à la fois drôlatique et profond. De grands succès de Boby Lapointe, subtilement réarrangés, se mêlent à une série de compositions originales inspirées par son univers. Passé maître dans ces projets hybrides, Jean Marie Machado a invité André Minvielle, chanteur, scatteur, slameur occitan, à se joindre à son grand orchestre Danzas. Machado et Minvielle inventent un « tour de chant » d’un genre nouveau théâtral et ludique, offrant une seconde jeunesse à l’oeuvre novatrice de Boby Lapointe, l‘un des auteurs interprètes les plus originaux de la chanson française. La fête à Boby avec: Jean-Marie Machado: Pianiste et compositeur d’origine portugaise et italo-espagnole, Jean-Marie Machado a passé son enfance au Maroc. Jeune adulte, il étudie la musique auprès de la concertiste classique Catherine Collard et s’initie en autodidacte à la musique pop et au jazz. Depuis la fin des années 80 il se plaît à provoquer des rencontres originales. Après le succès du Trio Machado, il compose quelques incontournables de la scène française actuelle : Lyrisme (4tet), Andaloucia (6tet), Vibracordes (7tuor), La Main des Saisons (avec les choeurs & solistes de Lyon Bernard Tétu), Trio Time, Caminando & Eternal Moments (duos avec Dave Liebman). Il collabore régulièrement avec des artistes au parcours connu et reconnu de tous parmi lesquels: Paolo Frésu, Ricardo del Fra, Jacques Mahieux, Gary Valente, Nana Vasconcelos, Andy Sheppard, Dave Liebman, Jean-Marc Padovani, Antonio Placer, Martial Solal, Glenn Ferris, Laurent Dehors, Ramon Lopez, les frères Moutin, Jean-Philippe Viret, Paul Motian, Jean-François Jenny-Clark… En 2008, il réunit plusieurs solistes de jazz et crée un nouvel ensemble, Danzas. Le 1er album, Fiesta Nocturna, sort en 2010 chez Bee Jazz ; pour le 2ème programme de l’orchestre Jean-Marie Machado invite André Minvielle pour un bel hommage au célèbre chanteur Boby Lapointe ; La fête à Boby sortira sur le label Bee Jazz en octobre 2012. Fort de cette expérience en grand orchestre, Jean-Marie a crée en mars 2012 un 3ème programme, Lagrima Latina, autour de trois voix de femmes qui nous emporte entre saudade et alegria. André Minvielle:: Batteur, scatteur, rappeur, rime-ailleurs qui bouscule les mots et les conventions, André Minvielle est sans doute une des plus jolies surprises de la scène française ces dernières années. Déjà dans le premier album de Paris Musette, son interprétation de la Flambée Montalbanaise de Gus Viseur avait intrigué les amateurs du genre. Quelque chose de saisissant se passe par Ià, indéniablement. Du jamais entendu, du tout sauf banal, qui allume le sourire et fait circuler les frissons. De jazz en java, de mémoire gasconne en musiques pygmées, ce grand pourfendeur de mots saisit l’air du temps avec un incomparable sens de la langue et de l’improvisation. C’est à tout cela qu’André Minvielle vous convie : une fête du chant dans tous ses éclats. L’enfance de l’art et l’art de l’enfance en même temps, sur tous les tempos. Avec ce troubadour « vocalchimiste », le jazz cogne, valse, virevolte, chaloupe et s’encanaille. Une grande leçon de vie, indispensable. Danzas: Danzas La grande formation du pianiste et compositeur Jean-Marie Machado, Danzas réunit la fine fleur des solistes de jazz pour explorer divers univers musicaux, qui naviguent entre le monde classique et jazz, tout en ouvrant vers les musiques populaires. Aujourd’hui L’ensemble Danzas compte trois programmes différents mais complémentaires, ce qui permet d’évoquer la notion de trilogie : 1/ Fiesta Nocturna 2/ La fête à Boby 3/ Lagrima Latina (création mars 2012)
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 15 octobre 2012 | Outnote Records

Studio Masters Livret Distinctions 4F de Télérama - Le top 6 JAZZ NEWS - Qualité Studio Masters Garantie
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 10 avril 2012 | Bee Jazz

Studio Masters Livret Distinctions TSF - CHOC de JAZZmagazine-jazzman - Qualité Studio Masters Garantie - Sélection JAZZ NEWS
Le projet Plugged In (branché) est à l’initiative de Jérôme Sabbagh qui à l’écoute du son unique du clavier de Jozef Dumoulin su qu’ils devaient travailler ensemble. Ils ont composé chacun de leur côté la moitié du répertoire de l’album sans avoir la moindre idée du travail de l’autre. L'intérêt de cette méthode est la confrontation des compositions des deux artistes. Le résultat en est un amalgame de connections électrisantes entre le saxophone de Sabbagh et les claviers de Dumoulin, avec la basse de Patrice Blanchard (David Fiuczynski, DJ Logic, Steve Coleman, Josh Roseman, Amy Winehouse) et la batterie de Rudy Royston (Bill Frisell, J.D. Allen, Steve Cardenas, David Gilmore). Les oeuvres choisies par le groupe réconcilient le style très pop de Sabbagh et le style schizophrénique de Dumoulin à merveille. Ce « branchement » entre les deux artistes nous offre un album fort et puissant, une rencontre entre deux esprits. On peut différencier à l’oreille leurs deux univers mais ils se mêlent parfaitement pour nous donner un album unique. Jérôme Sabbagh, saxophone - Jozef Dumoulin, piano – Patrice Blanchard, basse électrique - Rudy Royston, batterie Pour son cinquième album en tant que leader, Jérôme Sabbagh rencontre Jozef Dumoulin. "Plugged in" signifie "branché", "connecté". Il est en effet à la fois question d’une rencontre entre deux musiciens qui possèdent un univers musical personnel et fort, et aussi de beaucoup de machines qui se branchent sur le courant. Ce projet est à l’initiative de Jérôme Sabbagh qui, à l’écoute du son unique des claviers de Jozef Dumoulin, a immédiatement eu envie de travailler avec lui. Séduit par l'originalité de la voix de Dumoulin, dont la large palette d’effets sonores est toujours au service d'un style lyrique et organique, Sabbagh lui propose de collaborer à la création de ce disque. 
Sabbagh et Dumoulin ont composé chacun de leur côté la moitié du répertoire de l’album, en gardant la personnalité musicale de leurs partenaires en tête. Ils ont cherché à mettre en valeur la diversité de leurs styles d'écriture tout en cherchant des points communs sur lesquels le groupe pourrait s'appuyer. Le fruit de cette rencontre de haut vol est un disque tout à la fois varié et homogène, forgé de connections électrisantes entre le saxophone de Jérôme Sabbagh et les claviers de Jozef Dumoulin, ancr_é par le groove de la basse de Patrice Blanchard (David Fiuczynski, DJ Logic, Steve Coleman, Josh Roseman, Amy Winehouse) et la batterie de Rudy Royston (Bill Frisell, J.D. Allen, Steve Cardenas, David Gilmore). Les morceaux du disque réconcilient à merveille la tendance mélodieuse et pop de Sabbagh et le style plus résolument aventureux de Dumoulin. « La voix humaine est une inspiration pour moi » dit Sabbagh, et cela se ressent. Les claviers électroniques de Jozef Dumoulin et la pureté du son du saxophoniste s'allient pour nous offrir une musique inédite, moderne et profondément humaine, issue d'une rencontre entre deux esprits: une musique qui respire avec nous, qui nous fait voyager et semble nous comprendre de manière intime. Le "branchement" entre deux artistes importants dans le jazz d'aujourd'hui a produit un album fort et séduisant.
29,73 €
22,09 €

Jazz - Paru le 16 juillet 2012 | ECM

Studio Masters Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS - Qualité Studio Masters Garantie - Stereophile: Recording of the Month
Archive inédite, ce double album est un véritable document historique présentant le concert complet et jamais publié du quartet de Keith Jarrett, plus connu sous le nom de Quartet Européen ou Belonging, enregistré en concert en avril 1979 au Nakano Sun Plaza de Tokyo. Les thèmes présentés ce soir là : Personal Mountains, Innocence, So Tender, Oasis, Chant of the Soil, Prism et New Dance sont des compositions de Jarrett. Cet album à la beauté sauvage regorge de moments d’improvisation exceptionnels, de vagues soudaines d’énergie et de passages très lyriques. Les échanges entre Jan Garbarek et Keith Jarrett sont de haut vol et la rythmique composée par Palle Danielsson et Jon Christensen puissante et enchanteresse. Sleeper, nouvellement mixé à Oslo (24 bit/96 kHz), sort de son sommeil auréolé de toute sa gloire !