Orchestre National de France - Jonathan Stockhammer Pécou : Orquoy - Changó - Marcha de la Humanidad

Pécou : Orquoy - Changó - Marcha de la Humanidad

Orchestre National de France - Jonathan Stockhammer

Paru le 9 septembre 2016 chez Wergo

Artiste principal : Jonathan Stockhammer

Genre : Classique

Distinctions : Diapason d'or (janvier 2017) - Le Choix de France Musique (janvier 2017)

Choisissez votre téléchargement
Ajouter au panier
Améliorer cette page album

Qualité d'écoute

MP3 (CBR 320 kbps)

FLAC (16 bits - 44.1 kHz)

1.45

Web Player
Des problèmes d'écoute avec le Player HI-FI HTML ? Cliquez-ici pour utiliser notre Player Flash (MP3 seulement)
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 4 pistes Durée totale : 01:05:45

    Orquoy (Thierry Pécou)
  1. 1 Orquoy

    Orchestre National de France - Jonathan Stockhammer, Conductor - Thierry Pecou, Composer Copyright : 2016 wergo

  2. Changó: I. Rezó a Elegua
  3. 2 I. Rezó a Elegua

    Orchestre National de France - Jonathan Stockhammer, Conductor - Thierry Pecou, Composer Copyright : 2016 wergo

  4. Changó: II. Cantó a Changó
  5. 3 II. Cantó a Changó

    Orchestre National de France - Jonathan Stockhammer, Conductor - Thierry Pecou, Composer Copyright : 2016 wergo

  6. Marcha de la Humanidad
  7. 4 Marcha de la Humanidad

    Orchestre National de France - Jonathan Stockhammer, Conductor - Thierry Pecou, Composer Copyright : 2016 wergo

À propos

Grand voyageur musical, le compositeur français Thierry Pécou (né en France en 1965, de racine caribéenne), formé au Conservatoire de Paris, a toujours intégré, dans ses œuvres, les influences rassemblées aux quatre coins de la planète et aux quatre coins de l’Histoire. Orquoy (2012) évoque une fête andine précolombienne, Changó pour 3 flûtes et orchestre (1993) reflète un voyage à Cuba et s’inspire d’un rituel afro-cubain auquel le compositeur a lui-même assisté et qu’il a retranscrit – sans que cela ne soit jamais une simple carte postale sonore : il y développe son propre langage dans un cadre harmonique et thématique qui tient lieu de cahier des charges. Enfin, l’album, dont on précise qu’il ne propose que des premières discographiques mondiales, se referme avec Marcha de la Humanidad écrit entre 1997 et 2003, née lors d’un voyage au Mexique ; la partition est, comme son titre l’indique, une marche, mais surtout pas une marche militaire (même si le belliqueux y joue un rôle prépondérant), ni d’ailleurs une marche funèbre : c’est une marche du temps, des civilisations… Andes, Cuba, Mexique, l’objectif est clairement américain – dans le sens large du terme, bien sûr, mais non pas « latino-américain » car l’élément « latino » reste mineur (voire inexistant) par rapport aux influences natives précolombiennes. © SM/Qobuz

« L'exotisme bien compris, au sens large de ce qui n’appartient pas à la souche savante européenne, a toujours été une source féconde d’élargissement du langage. [...] Thierry Pécou a très tôt trouvé sa voie en allant chercher l’inspiration au-delà des mers. [...] il connaît la vertu des métissages. En cela il est proche de Mauricio Kagel, et l’âpreté ludique du début d’Orquoy pour grand orchestre (2012) peut y faire penser. [...] L’univers poétique de Thierry Pécou emmène si loin qu’on s’étonne presque de trouver sur la pochette les noms de l’orchestre, du chef et des ingénieurs du son. On avait failli oublier, mais le National et ses trois flûtistes anonymes sont dans leurs grands jours sous la direction de Jonathan Stockhammer, toujours stimulé par le mélange des genres et des cultures, attentif à laisser se déployer les efflorescences les plus inextricables. Un beau programme festif et généreux. » (Diapason, janvier 2017 / Gérard Condé)

À découvrir

Dans la même thématique

Le compositeur principal

Thierry Pécou dans le magazine

Plus d'articles

L'époque

Compositeurs nés après 1958 dans le magazine

Plus d'articles

Le genre

Classique dans le magazine

Plus d'articles

Actualités

Plus d'articles