Artistes similaires

Les albums

9,99 €

Musique concertante - Paru le 1 janvier 2005 | Accent

Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles du Monde de la Musique - 9 de Classica-Répertoire
Bach : Concertos pour hautbois BWV 1053a, BWV 1060a, BWV 1055a, BWV 1059R - G. Mahler : "Ich bin der Welt abhanden gekommen" (Arrgt pour hautbois d'amour, cordes & clavecin par M. Ponseele / Marcel Ponseele, hautbois - Il Gardellino On peut légitimement estimer que, puisque la majorité des premières sources sont perdues, les concertos de Bach peuvent vraiment se jouer sur n’importe quel instrument ; le hautbois fut, à l’époque, l’un des instruments solistes les plus répandus, également dans la musique de Bach – on pense aux sinfonias des cantates, naturellement –. Il convient seulement d’opérer des reconstructions convaincantes, ce qui a été fait depuis des lustres sous d’innombrables formes instrumentales.     Pour ceux d’entre vous qui connaissent les versions les plus “habituelles” de ces concertos, que ce soit pour clavier ou autre, voici une nouvelle mise en lumière tout à fait réussie qui témoigne combien cette musique est, dans son essence même, incroyablement pure et transparente.     En bis, un curieux et attachant arrangement de Ich bin der Welt abhanden gekommen de Gustav Mahler pour oboe da caccia (hautbois de chasse), cordes et clavecin, réalisé par Marcel Ponseele. Retrouvez Il Gardellino chez Accent
9,99 €

Classique - Paru le 28 septembre 2006 | Accent

Distinctions 4 étoiles du Monde de la Musique
Concertos des Frères Graun : Concerto en la pour viole de gambe, cordes, basse continue - Concerto en ré pour hautb., cordes, b. c. - Concerto en mi pour flûte, cordes & b. c. / Il Gardellino, dir. Marcel Ponseele Graun composèrent quelques 160 concertos divers et variés, d’une grande virtuosité. Non, ce n’est pas une erreur de grammaire (ou si peu) : les frères Graun, aussi indissociables que les Grimm ou que Jacob et Delafon, ne semblent pas toujours avoir signé leurs œuvres de leur prénom, d’où une certaine difficulté d’attribution. On peut imaginer que la majorité des concertos pour viole de gambe soient le travail de Johann Gottfried, violoniste de son état ; on peut également supposer qu’il les écrivit non pas pour les amateurs éclairés de l’époque – trop exigeants instrumentalement – mais pour le gambiste alors célèbre Ludwig Christian Hesse, élève de Marin Marais et Forqueray.     Aux confluents du style baroque et du langage Sturm und Drang, il s’agit d’une musique complexe et foisonnante. Les œuvres sont exigeantes, destinées à de vrais grands solistes et certes pas au simple amateur éclairé de l’époque. Une curiosité très notable dans le Concerto grosso pour flûte, violon, viole de gambe, violoncelle, cordes et basse continue : les solistes sont divisés en deux groupes – flûte et violon d’un côté, gambe et violoncelle de l’autre –, et chaque groupe se singularisant tour à tour avec l’orchestre. Afin de bien caractériser les sonorités, l’ensemble Il Giardellino a choisi d’attribuer deux basses continues distinctes, l’une au clavecin, l’autre au forte-piano ! Mélange de sonorités, mélange de genres, mélange d’humeurs musicales, voilà un ouvrage vraiment étonnant. Retrouvez Il Gardellino chez Accent
9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2004 | Accent

Distinctions 5 de Diapason
Œuvres de J.G. Janitsch, Ch. Schaffrath, J.G. Graun / Ensemble Il Gardellino, dir. Marcel Ponseele Bien que traitant de la vie musicale berlinoise au 18ème siècle, l’éditeur — Accent — a soigneusement évité trois poncifs : la reproduction du tableau « Concert à Sanssouci » en couverture, les concerti pour flûte de Quantz, et une quelconque pièce de Frédéric II comme cerise sur le gâteau. Excellente initiative : il nous est permis de découvrir des œuvres de trois compositeurs moins connus, voire carrément méconnus, de l’époque du règne du royal flûtiste despotique éclairé musico-militaro-philosophe voltairophile. Le langage très contrapuntique de ces pièces reflète le soin avec lequel elles furent composées, et témoigne de la virtuosité que l’on pouvait exiger des solistes de l’époque : ne disait-on pas, d’ailleurs, que l’orchestre de la cour de Berlin était alors le meilleur au monde ? Retrouvez Il Gardellino chez Accent
6,99 €

Classique - Paru le 21 mars 2011 | Accent

Livret
Marcel Ponseele & Ann Vanlancker, hautbois - Ewald Demeyere, clavecin - Richte Van Der Meer, violoncelle Les éditeurs musicaux du XVIIIe siècle n’étaient pas toujours très corrects et honnêtes envers les compositeurs dont ils publiaient les œuvres. Il n’existait alors ni droits d’auteurs, ni accords internationaux. Plus un compositeur jouissait d’une grande renommée, plus il était victime d’être trompé, plagié ou publié à son insu. On utilisait aussi parfois son nom pour mieux vendre les œuvres de compositeurs moins fameux. En ce qui concerne ses sonates pour hautbois, on est aujourd’hui convaincu que Haendel n’en avait prévu à l’origine que trois. Il aura fallu, pour en arriver à cette conclusion, se livrer à une enquête musicologique dont ce disque rend compte, en proposant les Trois sonates authentiques. Le style de celles-ci est très italien, bien que la forte personnalité du compositeur ne permette pas qu’on les confonde avec, par exemple, celles de Vivaldi présentes dans ce disque. Le label Accent n’est jamais aussi heureux que lorsqu’il s’attache à enregistrer de la musique de chambre baroque : son catalogue recèle à cet égard des trésors inestimables que les années n’atteignent pas et qui rendent la marque irremplaçable. Les lecteurs fidèles de Abeille Musique Magazine savent que son fondateur, Andreas Glatt, est lui-même luthier, facteur de hautbois. Marcel Ponseele, qui tient la vedette dans cet enregistrement, est l’un des plus grands hautboïstes actuels. Soliste indispensable de la plupart des grands ensembles sur instruments d’époque, il est aussi, avec son frère, un facteur d’instruments recherché. Pour le présent enregistrement, les instrumentistes jouent des copies d’instruments de Thomas Stanesby Jr, les facteurs les plus renommés à Londres à l’époque, dont Haendel connaissait et appréciait les travaux. Retrouvez Ewald Demeyere chez Accent
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 1995 | Accent

Sonates, Sonate en trio, Partita / Marcel Ponseele, Taka Kitazato, hautbois - P. O. Lindeke, trompette - R. van der Meere, violoncelle - F. Jakobs, théorbe - Pierre Hantaï, clavecin