Les albums

9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 12 mai 2009 | Supraphon

Distinctions Gramophone Award - Diapason d'or / Arte - Diamant d'Opéra
Magdalena Kožená (Juliette), Steve Davislim (Michel), Frédéric Goncalves, Michéle Lagrange, Nicolas Testé - Orchestre Philharmonique Tchèque - Sir Charles Mackerras, direction Eh oui, ça existe encore, des premières discographiques mondiales majeures de Martinů ! Les Trois fragments de Juliette, d’après l’opéra Juliette, ont été assemblés par le compositeur en personne, mais avec de sérieuses modifications par rapport à l’ouvrage original. Ensuite, les Fragments furent oubliés au fond d’un tiroir, on les crut longtemps perdus, et retrouvés seulement en 2007 ! Superbe redécouverte d’un ouvrage majeur, indispensable complément de la discographie de tout martinůphile (parmi lesquels votre serviteur, mais dans mon cas on pourrait presque parler de martinůlâtre), sous la baguette du plus tchèque des chefs d’orchestres australo-états-uniens Charles Mackerras.     Petit cocorico, trois des cinq chanteurs de la distributions sont des Français bien d’chez nous – rien d’anormal, si l’on considère que l’ouvrage est chanté en français, la langue originale du livret – : Frédéric Goncalves, Nicolas Testé et Michèle Lagrange. Bon, le rôle-titre est tenu par une soprano tchèque Magdalena Kožená, petite révérence à la patrie du compositeur, du label et de la merveilleuse Philharmonie tchèque ; les puristes regretteront éventuellement son accent français quelque peu terne, mais la voix est d’une grande beauté. Enfin, le rôle de Michel a été confié au ténor australien Steve Davislim, révérence au chef d’orchestre, mais son français à lui n’a rien à envier à çui des chanteurs bien d’chez nous.     En première partie, la Suite symphonique d’après Juliette, assemblée en 1969, soit dix ans après la mort du compositeur, par Zbynek Wostřák, qui ne s’est naturellement autorisé aucune déviation par rapport au texte d’origine.
33,79 €

Musique de chambre - Paru le 5 novembre 2012 | Universal Music Division Classics Jazz

Distinctions Diapason d'or
12,99 €

Classique - Paru le 17 janvier 2011 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

Livrets Distinctions Diapason d'or
Superbe anthologie de chansons d’amours italiennes du XVIIe siècle, le nouvel album de la mezzo-soprano tchèque Magdalena Kozena illustre notamment les liens étroits entre musique dite savante et musique populaire. Les musiciens de l'ensemble Private Musicke infusent à ce répertoire méconnu - cet album comprend plusieurs raretés - une grande liberté d’interprétation, grâce à leur continuelle créativité, loin de tout dogmatisme.     C’est à Monteverdi que Magdalena Kožená a emprunté Lettere Amorose, le titre de son nouvel album, une magnifique anthologie de chansons d’amours italiennes du XVIIe siècle. Ces airs profanes, véritables raretés au disque, « datent d’une époque où il n’y avait pas de division entre musique classique et populaire : c’était simplement la musique que tout le monde entendait et chantait ».     Lettere Amorose se distingue donc des précédents enregistrements baroques de Magdalena Kožená, par son côté acoustique assorti d’une grande liberté d’interprétation : « ce répertoire repose sur le fait que tout le monde est libre de faire ses propres arrangements et décider quels instruments utiliser […] c’est une façon complètement différente de penser la musique ».     Les musiciens de l’ensemble Private Musicke, grâce à leur approche imaginative et non dogmatique, se révèlent des complices idéaux pour ce disque fascinant.
9,09 €

Cantates (profanes) - Paru le 25 juin 2001 | Archiv Produktion

12,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 4 juin 2012 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

Livret
La confrontation entre Schéhérazade de Ravel, les Rückert-Lieder de Mahler et les Chants bibliques (Op. 99) de Dvorak offre un somptueux panorama de la mélodie avec orchestre au tournant du XIXe siècle. Ne manque plus que les Sea Pictures d'Elgar ! Ces trois recueils bouleversants, subtils, intenses et expressifs, nécessitent une diction exemplaire, un art du chant et du phrasé vocal inouïes. Magdalena Kozená exploite ici les couleurs les plus mordorées de son timbre. A découvrir !
12,99 €

Classique - Paru le 5 novembre 2007 | Archiv Produktion

Extraits d'opéras et d'oratorios: Alcina, Hercules, Agrippina, Giulio Cesare in Egitto, Joshua, Ariodante, Théodora, Amadis de Gaule, etc. / Magdalena Kozená, mezzo-Soprano - Venice Baroque Orchestra - Andrea Marcon, direction
12,99 €

Classique - Paru le 3 janvier 2005 | Archiv Produktion

12,99 €

Classique - Paru le 30 juin 2003 | Archiv Produktion

12,99 €

Classique - Paru le 2 novembre 2009 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

12,99 €

Classique - Paru le 2 novembre 2009 | Archiv Produktion

Livret
Après une plongée dans l'univers de Haendel, la cantatrice tchèque Madgalena Kozena s'attaque désormais aux ouvrages oubliés, trop méconnus de Vivaldi. De la musique superbe servie par une musicienne intense et virtuose...     Vivaldi affirme avoir composé quatre-vingt quatorze opéras, mais seuls cinquante titres ont été formellement identifiés, et il ne nous est parvenu qu'une trentaine d'ouvrages plus ou moins intacts, dont sans doute des pasticcios, des opéras assemblées avec des pièces préexistantes (de lui-même ou d'autres compositeurs). Qui plus est, la postérité a mis une paire de siècles avant de reconnaître en Vivaldi un compositeur d'opéras à part entière, trop coincé qu'il était dans sa niche des Quatre saisons et de quelques concertos épars. Et pourtant . on y trouve le meilleur comme l'encore meilleur, ainsi qu'en témoigne ce choix d'arias extraites d'ouvres lyriques plutôt rares.     Le meilleur, ce sont ses morceaux virtuoses, d'une difficulté diabolique, extraordinairement inventifs du point de vue harmonique et mélodique, sans même parler de l'écriture orchestrale, toujours tendue et dense. L'encore meilleur, ce sont les airs plus lents, dont la texture harmonique s'avère certes assez modeste, mais la fantaisie d'écriture sans doute encore plus extravagante. L'auditeur qui s'arrêterait bêtement à l'aspect harmonique perdrait le bénéfice de l'atmosphère que sait créer Vivaldi, une sorte d'"impressionnisme" baroque.     Viennent ensuite les perles parmi les perles, comme par exemple « Gelido in ogni vena » de l'opéra Farnace (1727), transcendé il y a quelques années par la grande Cecilia Bartoli dans son fameux The Vivaldi Album, écrit peu après Les Quatre saisons : on y retrouve la texture diaphane et angoissante de L'Hiver, avec ses trémolos mordants et ses dissonances glaciales. A ne pas rater, non plus, le nocturne « Sol da te » de Orlando Furioso (également 1727) et son lunaire solo de flûte, véritable duo précurseur de « L'Air de la folie » dans Lucia de Donizetti, même si le registre vocal n'est naturellement pas le même.     Le registre vocal, justement, parlons-en : c'est celui de la mezzo tchèque Magdalena Kozená, dont certaines fort mauvaises langues ont affirmé que sa carrière devait beaucoup au fait qu'à la ville, elle soit Madame Simon Rattle. Imbécillité : Kozená signa avec la DGG dès l'âge de 23 ans, et avait déjà à son actif une impressionnante carrière internationale avant même de rencontrer Rattle. Une carrière qui l'avait menée aux festivals de Salzbourg, Glyndebourne, Aix-en-Provence ou Edimbourg, ainsi que sur les plus prestigieuses scènes de la planète à partir du milieu des années 1990. La beauté de sa voix, emplie d'émotion, fait merveille dans ce répertoire baroque le plus tendre, et l'accompagnement frémissant du Venice Baroque Orchestre, sous la direction d'Andrea Marcon, rend pleinement justice au plus vénitien des compositeurs.
15,59 €

Classique - Paru le 15 avril 2013 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

Livret
12,99 €

Classique - Paru le 5 janvier 2009 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

12,99 €

Classique - Paru le 15 juin 2012 | Universal Music

Livret
12,99 €

Classique - Paru le 8 septembre 2008 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

Chansons populaires tchèques de Janáček, Dvořák, Erwin Schulhoff, Petr Eben, Jan Josef Rösler, Vítězslav Novák & Martinů / Magdalena Kožená, mezzo-soprano - Dorothea Röschmann, soprano - Malcolm Martineau, piano - Michael Freimuth, guitare
12,99 €

Classique - Paru le 2 juin 2004 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

Livret

L'interprète

Magdalena Kozená dans le magazine
  • Magdalena Kozená, une rencontre-podcast
    Magdalena Kozená, une rencontre-podcast Rencontre avec la mezzo-soprano tchèque Magdalena Kozená à l’occasion de la parution de son nouvel album Love And Longing consacré à Dvorák, Ravel et Mahler.
  • Émotion, rêve, poésie...
    Émotion, rêve, poésie... Le nouvel album de la grande Magdalena Kožená...
  • Sortilèges français
    Sortilèges français La crème du chant français, et Rattle dans un long mouvement de swing entraînant… C’est ce que propose cette nouvelle version de L’enfant et les sortilèges de Maurice Ravel…