Les albums

198 albums triés par Prix: Moins cher et filtrés par Piano solo
5,99 €

Piano solo - Paru le 10 juin 1998 | Naxos

5,99 €

Piano solo - Paru le 2 février 1995 | Naxos

5,99 €

Piano solo - Paru le 28 mars 1996 | Naxos

Livret
5,99 €

Piano solo - Paru le 4 février 2014 | Naxos

Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
5,99 €

Piano solo - Paru le 1 août 2006 | Naxos

5,99 €

Piano solo - Paru le 8 décembre 2004 | Naxos

Livret
5,99 €

Piano solo - Paru le 21 janvier 2000 | Naxos

5,99 €

Piano solo - Paru le 31 juillet 1998 | Naxos

5,99 €

Piano solo - Paru le 20 janvier 2002 | Naxos

5,99 €

Piano solo - Paru le 6 mars 2012 | Naxos

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
En parallèle de son intégrale Turina, Jordi Maso poursuit avec ce volume 2 son intégrale de la musique pour piano de Déodat de Séverac. Déodat de Séverac puisait son inspiration dans la Catalogne et la Provence, et la chaleur géniale de son oeuvre se reflète dans l'imagerie radieuse de ses Baigneuses au Soleil, recueil de pièce pour piano seul dédié à Alfred Cortot. Jordi Maso n'a pas son pareil pour dévoiler les subtiles couleurs de cette musique superbe. Baigneuses au soleil - Les naïades et le faune indiscret - Sous les lauriers roses - En vacances / Jordi Masó, piano Tiens, Déodat de Séverac ! Ce n’est pas souvent que l’on a le plaisir de retrouver les grandes petites perles de ce grand petit maître bien trop négligé par les pianistes, grands et petits. Ne lui pardonnerait-on pas son esprit résolument tourné vers les idiomes provençaux et catalans ? Pourtant, personne ne reproche à Albéniz, chez qui Séverac puisa bien des inspirations, d’hispaniser, pas plus qu’à Bartók l’on ne reproche de magyariser, à Sibelius de finlandir ou à Enesco de roumaniâtrer… D’autant que les emprunts catalano-provençaux de Séverac font partie de ces fantômes soigneusement transcendés, ceux d’un folklore imaginaire ; il n’emprunte pas directement, il s’inspire de tournures, il évoque des couleurs, tandis que le langage est bien le sien propre, et celui d’aucun autre compositeur de son temps.     Il est donc plus que temps de rendre à Séverac sa place dans le panthéon des compositeurs français de ce début de XXe siècle ; Debussy disait de lui que « sa musique sent bon », compliment à double tranchant, car on pourrait imaginer qu’elle sent uniquement l’huile d’olive et la tapenade. Que nenni ! Venez humer les interprétations de Jordi Masó et vous découvrirez une intense palette de saveurs que Debussy lui-même ne répudierait pas.
5,99 €

Piano solo - Paru le 27 mai 2008 | Naxos

Livret
Sonates pour piano op.59 n°1 à n°3 - Sonatines pour piano op.20 n°1 à n°3 / Jenö Jandó, piano Compositeur, pianiste et professeur, Kuhlau, Allemand d’origine, partit s’installer à Copenhague en 1910 pour éviter la conscription dans l’armée de Napoléon et finalement adopta la nationalité danoise. En Kuhlau, l’aficionado exigeant du piano classico-romantique trouvera toujours une douce consolation. Ces sonates (écrites en 1820 et 1824), conçues pour le marché des amateurs éclairés de l’époque, ne font pas d’ombre à celles de Beethoven, plus ou moins contemporaines, mais ce n’est pas leur propos : entre l’objectif purement didactique et la recherche d’un plaisir immédiat, il s’agit ici de ne pas brutaliser le consommateur, tout en le chatouillant de maintes trouvailles diablement bien ficelées.     Plus proche parfois de Weber et de sa joie communicative que de Beethoven que Kuhlau ne cherche absolument pas à copier –, ces petites perles fraîches, spontanées, pleines de charme et d’élégance, sauront d’autant plus vous divertir que le pianiste Jenö Jando s’en donne à cœur joie, et les égrène avec une gourmandise qui ne manque pas de kuhlau. Quant à ceux qui nous reprocheraient nos nullissimes jeux de mots sur le nom du bonhomme, nous les renvoyons à Beethoven qui écrivit un canon sur les mots Kühl, nicht lau : « Frais, pas tiède ». Et il trouvait ça drôle !