Les albums

198 albums triés par Date: Plus récent et filtrés par Piano solo
12,99 €

Piano solo - Paru le 16 juin 2008 | ECM New Series

Sonates pour piano n°22 à 26 / András Schiff, piano     « Sa façon d’aborder ces œuvres défie toute tentative de définition. Sa préparation est faite d’un mélange raffiné d’intuition et d’analyse pour un résultat constamment surprenant. » (Anthony Tommasini dans le New York Times, à propos des récitals de Schiff au Carnegie Hall consacrés aux dernières Sonates de Beethoven, avril 2009.)     « C’est la personnalité artistique de Schiff, définitivement singulière, qui fait de ces enregistrements une expérience unique comparable aux plus grands cycles consacrés à la musique de Beethoven, en proposant une vision de l’œuvre authentiquement futuriste basée sur une recherche approfondie de son histoire. Schiff nous embarque avec lui dans ce voyage qui, s’il a été maintes fois engagé auparavant, nous offre une expérience renouvelée et rafraîchie de cette musique. » (Malcom Miller, dans International Piano, à l’occasion de sa critique des derniers volumes de l’intégrale des Sonates pour clavier de Beethoven parus sur ECM New Series à l’automne 2008.) András Schiff, né à Budapest en 1953, a fortement privilégié dans sa carrière l’interprétation des grands cycles pour clavier des principaux maîtres de la musique classique occidentale — de Bach à Bártok. On trouve dans ses disques enregistrés pour ECM un très large éventail de styles — les musiciens mis au programme allant de Janáček à Schubert en passant par Bach, Schumann, Mozart, et bien d’autres encore. Son projet le plus ambitieux à ce jour demeure son interprétation de l’intégrale des Sonates de Beethoven dans vingt lieux consacrés à la musique classique parmi les plus prestigieux de la planète puis l’enregistrement "live" par ECM de ces mêmes œuvres au Tonhalle de Zürich. Le cycle s’est clôturé en avril 2009 avec deux concerts triomphaux au Carnegie Hall de New York.
5,99 €

Piano solo - Paru le 27 mai 2008 | Naxos

Livret
Sonates pour piano op.59 n°1 à n°3 - Sonatines pour piano op.20 n°1 à n°3 / Jenö Jandó, piano Compositeur, pianiste et professeur, Kuhlau, Allemand d’origine, partit s’installer à Copenhague en 1910 pour éviter la conscription dans l’armée de Napoléon et finalement adopta la nationalité danoise. En Kuhlau, l’aficionado exigeant du piano classico-romantique trouvera toujours une douce consolation. Ces sonates (écrites en 1820 et 1824), conçues pour le marché des amateurs éclairés de l’époque, ne font pas d’ombre à celles de Beethoven, plus ou moins contemporaines, mais ce n’est pas leur propos : entre l’objectif purement didactique et la recherche d’un plaisir immédiat, il s’agit ici de ne pas brutaliser le consommateur, tout en le chatouillant de maintes trouvailles diablement bien ficelées.     Plus proche parfois de Weber et de sa joie communicative que de Beethoven que Kuhlau ne cherche absolument pas à copier –, ces petites perles fraîches, spontanées, pleines de charme et d’élégance, sauront d’autant plus vous divertir que le pianiste Jenö Jando s’en donne à cœur joie, et les égrène avec une gourmandise qui ne manque pas de kuhlau. Quant à ceux qui nous reprocheraient nos nullissimes jeux de mots sur le nom du bonhomme, nous les renvoyons à Beethoven qui écrivit un canon sur les mots Kühl, nicht lau : « Frais, pas tiède ». Et il trouvait ça drôle !
18,89 €

Piano solo - Paru le 18 février 2008 | Parlophone Label Group

Variations Goldberg, BWV 988 - Aria variata, BWV 989 - Concerto italien, BWV 971 - Ouverture dans le style français, BWV 831 / Rosalyn Tureck, piano
9,99 €

Piano solo - Paru le 6 décembre 2007 | BBC

Livret
Air avec 30 Variations des "Variations Goldberg" BWV988 - Partita n°5 BWV829 / Tatiana Nikolaïeva, piano La grande dame, l’immense dame, la falstaffienne dame du piano de l’ère soviétique, c’est naturellement Tatiana Nikolaïeva. Née en 1924, elle remporta en 1950 le premier Concours Bach de Leipzig ; au jury, Chostakovitch, qui lui écrivit par la suite ses 24 Préludes et Fugues. On peut l’entendre ici à la toute fin de sa carrière, enregistrée en concert public le 10 novembre 1986. Manifestement, notre grande dame n’a rien perdu de sa technique envoûtante, et sa vie passée à côtoyer Bach au jour le jour l’amène à distiller cette œuvre extraordinaire d’une manière tout aussi extraordinaire. Naturellement, les puristes estimeront que les Variations Goldberg au piano, c’est une hérésie. Nikolaïeva, elle, estimait le contraire, et elle étaye magistralement sa conviction. Force, puissance, conviction, voilà une lecture irrésistible. Retrouvez Tatiana Nikolaïeva chez Abeille Musique
12,99 €

Piano solo - Paru le 5 novembre 2007 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

20,79 €

Piano solo - Paru le 8 octobre 2007 | ECM New Series

Sonates pour piano n° 16, 17, 18, 21 - Andante Favori Woo 57 / András Schiff , piano     « Sa façon d’aborder ces œuvres défie toute tentative de définition. Sa préparation est faite d’un mélange raffiné d’intuition et d’analyse pour un résultat constamment surprenant. » (Anthony Tommasini dans le New York Times, à propos des récitals de Schiff au Carnegie Hall consacrés aux dernières Sonates de Beethoven, avril 2009.)     « C’est la personnalité artistique de Schiff, définitivement singulière, qui fait de ces enregistrements une expérience unique comparable aux plus grands cycles consacrés à la musique de Beethoven, en proposant une vision de l’œuvre authentiquement futuriste basée sur une recherche approfondie de son histoire. Schiff nous embarque avec lui dans ce voyage qui, s’il a été maintes fois engagé auparavant, nous offre une expérience renouvelée et rafraîchie de cette musique. » (Malcom Miller, dans International Piano, à l’occasion de sa critique des derniers volumes de l’intégrale des Sonates pour clavier de Beethoven parus sur ECM New Series à l’automne 2008.) András Schiff, né à Budapest en 1953, a fortement privilégié dans sa carrière l’interprétation des grands cycles pour clavier des principaux maîtres de la musique classique occidentale — de Bach à Bártok. On trouve dans ses disques enregistrés pour ECM un très large éventail de styles — les musiciens mis au programme allant de Janáček à Schubert en passant par Bach, Schumann, Mozart, et bien d’autres encore. Son projet le plus ambitieux à ce jour demeure son interprétation de l’intégrale des Sonates de Beethoven dans vingt lieux consacrés à la musique classique parmi les plus prestigieux de la planète puis l’enregistrement "live" par ECM de ces mêmes œuvres au Tonhalle de Zürich. Le cycle s’est clôturé en avril 2009 avec deux concerts triomphaux au Carnegie Hall de New York.
9,09 €

Piano solo - Paru le 17 septembre 2007 | Decca

12,99 €

Piano solo - Paru le 6 août 2007 | Philips

Sonate pour piano n° 28, op.101 - Sonate pour piano n° 29, op.106 "Hammerklavier" / Mitsuko Uchida, piano
9,09 €

Piano solo - Paru le 26 juin 2007 | Philips

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Inoubliable Alfred Brendel dans cet album, l'une des plus grandes réussites du pianiste autrichien, à côté de ses Liszt (Les Jeux d'eau à la Villa d'este, Concertos, Première année - Suisse, etc.). Le Concerto Italien est miraculeux d'équilibre, de sérénité et fascine par son élan poétique. Dans la lignée d'Edwin Fischer et Wilhelm Kempff (ses deux grandes influences), Brendel privilégie la clarté polyphonique, la fluidité et la vibration intérieure. Bouleversant ! Alfred Brendel, piano
20,79 €

Piano solo - Paru le 26 juin 2007 | Philips

Alfred Brendel, piano, enregistré dans les années 70
33,79 €

Piano solo - Paru le 26 juin 2007 | Philips

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
4 Ballades, op.10 - Variations & fugue sur un thème de Händel op.24 - Sonate pour piano n°2 en fa dièse mineur, op.2 - Concerto pour piano n°1 en ré mineur, op.15 - etc / Claudio Arrau, piano - Royal Concertgebouw Orchestra - Bernard Haitink, direction Au début des années 1960, le pianiste chilien Claudio Arrau signa un contrat en exclusivité avec la maison de disques néerlandaise Philips. Avec le recul, on se rend compte que seul ce label pouvait traduire fidèlement ses intentions. Seul Philips pouvait capter aussi naturellement et sans dureté une sonorité d'une telle plénitude sonore. Dès le début, Claudio Arrau grava ce qui était devenu le centre de son répertoire, la musique du XIXe siècle : Beethoven, Brahms, Liszt, et puis plus tard Debussy, Mozart, etc. Après une première intégrale Beethoven, réalisée entre 1962 et 1966 (contenant une étonnante Sonate « Hammerklavier »), il se consacre surtout aux grandes ouvres pour piano de Brahms et de Liszt, des enregistrements qui restent depuis leur parution au firmament de la discographie. Concernant Brahms, il commence en 1969 par les deux Concertos avec le Concertgebouw d'Amsterdam sous la direction de Bernard Haitink - existe une première version chez Emi avec Giulini et le Philharmonia Orchestra, de 1961. Haitink et Arrau offrent une version insurpassable du Premier Concerto, en particulier le Largo, d'une poésie crépusculaire inouïe. Ecoutez ces couleurs initiales de cordes, ces moirures, ne saisissent-elles pas au plus près le climat du mouvement ? Arrau, lui, atteint un prodige de clarté polyphonique et de pureté expressive (thème mélodique, marches harmoniques.). A notre connaissance, personne n'a reproduit ce miracle . comme aucun autre artiste n'a sans doute atteint son niveau dans les Variations sur un thème de Haendel ou les Ballades opus 10, où il déploie une palette de couleurs extrêmement diversifiée et un grand sens de la gradation architecturale. La fugue finale des Variations Haendel est vraiment une leçon de musique : c'est ici le toucher (le formidable équilibre entre poids de la main, attaque et qualité même de l'attaque) qui dicte les articulations de l'énoncé du thème, et permet le déploiement d'une longue ligne ininterrompue. Son mouvement lent de la Troisième Sonate est chez lui un chant d'amour, semblable au duo de l'Acte II de Tristan et Isolde.. Brahms, le Wagner du piano ? Peut-être...Le must. En toute objectivité, est-il possible de résister à ce piano infiniment expressif, tellement pétri dans le clavier qu'il s'apparente parfois à la pureté du marbre ? Il y a dans les Brahms d'Arrau une noblesse naturelle, une dignité qui impressionnent durablement.
9,09 €

Piano solo - Paru le 26 juin 2007 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

Sonates pour piano n°28, op.101 & n°29, op.106 "Hammerklavier" / Emil Guilels, piano
20,79 €

Piano solo - Paru le 25 juin 2007 | Philips

5,99 €

Piano solo - Paru le 29 mai 2007 | Naxos

Livret
Danza de la amapola - El album de Cecilia - Tres danzas de España - Sonatas de Castilla con toccata a modo de pregón - Suite para piano - Cancíon y danza - Preludio al gallo mañanero - Tres Evocaciones / Artur Pizarro, piano Le pianiste espagnol Artur Pizarro poursuit son intégrale du piano de Rodrigo, une magnifique entreprise. Qui donc connaît ces délicieuses pièces pour piano, dont l’Album de Cecilia dédié aux petites menottes de sa fille Cécilia en 1948, ou Danza de la amapola dédiée en 1972 à sa petite-fille Cecilita. Car Rodrigo semble toujours avoir trouvé plaisir à se laisser inspirer par le doux babil des enfants, « la plus belle des musiques » selon ses propres propos. Ce qui ne l’empêche certes pas d’aborder des genres plus consistants avec ses Sonates de Castilla de 1950/51, d’admirables miniatures dans le style de Scarlatti ou de la Renaissance revisité quelques siècles plus tard, avec force dissonances et multi-tonalités !     Quant à Preludio al gallo mañanero (« Prélude au coq matinal »), Rodrigo le joua en mars 1928 devant une salle pleine à craquer à l’occasion de la remise de la Légion d’Honneur à Manuel de Falla ; de la sorte, le jeune compositeur sut se présenter musicalement au plus grand maître de la composition espagnole de son temps, et lancer son éblouissante carrière.     Voilà des œuvres à ne pas laisser passer…
9,09 €

Piano solo - Paru le 5 mars 2007 | Universal International Music B.V.