Les albums

84 albums triés par Date: Plus récent et filtrés par Musique vocale profane
17,48 €
12,99 €

Musique vocale profane - Paru le 24 février 2014 | ECM

Studio Masters Livret Distinctions 5 de Diapason
9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 23 février 2014 | Arion

7,99 €

Musique vocale profane - Paru le 2 décembre 2013 | harmonia mundi

Distinctions Choc de Classica
5,99 €

Musique vocale profane - Paru le 7 novembre 2013 | Ina Archives

À force de cantonner - que dis-je, de reléguer ! - Roussel aux deux Suites de Bacchus et Ariane, à quelques fils de la toile d'araignée du Festin du même nom, et plus chichement l'une ou l'autre de ses symphonies, on en oublie complètement qu'il a écrit bien d'autres oeuvres tout aussi importantes, voire plus encore. Tel est le cas d'Evocations, un rare et somptueux triptyque pour orchestre, choeur et solistes vocaux de la première maturité de Roussel, écrit à l'époque du Festin de l'araignée, les années 1910-11. Le présent enregistrement radiophonique, réalisé en novembre 1962, suit d'à peine trois ans la précédente interprétation de la même oeuvre par les mêmes exécutants (Orchestre National & Rosenthal), preuve qu'à l'époque elle bénéficiait encore d'une solide reconnaissance y compris dans les plus hautes sphères musicales du pays. Puis. le néant ; les Evocations sont à peine jouées, à peine enregistrées - une seule version discographique semble disponible, réalisée en 1978 par Zdenek Kosler avec la Philharmonie tchèque ! -, une véritable descente aux enfers. Mais dorénavant l'aimable qobuzonaute disposera de deux autres versions, toutes deux signées Manuel Rosenthal, la présente de 1962 et, bientôt, la seconde évoquée plus haut, mêmes artistes trois ans plus tard. Que demande le peuple ? Mais en fait, qu'évoque donc le compositeur avec tant de bonheur ? Tout simplement la Cochinchine, où il a longuement séjourné en tant qu'officier de marine dans les années 1890. Oh, on cherchera vainement des transcriptions même approximatives de mélismes ou de rythmes orientaux : Roussel préfère se laisser inspirer par des réminiscences bel et bien françaises, et les quelques allusions orientalisantes restent tout à fait discrètes. On est loin de la carte postale à la Puccini, ou même de L'Impératrice des pagodes de Ravel. Des évocations, ce ne sont pas des souvenirs directs, ce sont des souvenirs de souvenirs, des ombres d'ombres. Roussel s'y entend à merveille, en tous les cas, pour développer une somptueuse sonorité d'orchestre qui réserve quelques clins d'oeil à Ravel, à Rachmaninov même par moments, à d'Indy sans doute, mais dans un langage déjà puissamment rousselien qui, s'il ne présente pas encore cette « angularité » des deux dernières symphonies, s'oriente déjà résolument vers un langage entièrement personnel. La seconde partie du concert est, elle-même, un morceau de choix, puisqu'il s'agit de L'Enfant et les sortilèges - fort judicieux couplage d'ailleurs entre les deux ouvrages. Autour de Manuel Rosenthal, on retrouve la fine fleur lyrique de l'époque ; et si l'on rappelle que le chef a travaillé avec Ravel pendant plusieurs années, on imagine bien que cette interprétation représente la parole même du maître. Une lecture hautement poétique, dénuée de tout effet gratuit tel qu'on le retrouve trop souvent dans les enregistrements plus récents très - trop - « flashy » et hyper philharmoniques. Les voix, déclamant à la française, permettent de suivre le texte mot à mot avec une caractérisation de chaque personnage de la plus exquise finesse.
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 27 août 2013 | CPO

Distinctions 5 de Diapason
14,99 €
9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 25 juin 2013 | BIS

Studio Masters Livret
Nouvelle livraison de l'intégrale des Cantates de Bach par le Bach Collegium du Japon et son chef Masaaki Suzuki dont chaque parution est très attendue. On y trouve trois "Cantates profanes", dont la belle cantate de mariage "Weichet nur, betrübte Schatten" et une cantate festive destinée à la gloire du Prince de Köthen, un des principaux protecteurs de Bach. On découvrira aussi un savoureux Quodlibet, sorte de farce musicale mêlant la musique de divers compositeurs. Tout cela est enlevé avec joie et ferveur. SH
19,49 €
16,89 €

Oratorios profanes - Paru le 26 avril 2013 | Sony Classical

Studio Masters Livret Distinctions Gramophone Record of the Month - Qualité Studio Masters Garantie
C'est en 1790 que Mozart reçoit la demande (une commande très mal rémunérée) de réorchestrer au goût du jour l'oratorio "Le Festin d'Alexandre ou le Pouvoir de la musique" (Alexander's feast) de Haendel, lequel voulait par cette œuvre démontrer la suprématie de la musique sur toute autre forme d’art, elle seule étant capable de susciter les sentiments les plus divers et les plus profonds, et dont Sainte Cécile est l’allégorie idéale. C'est sous le titre allemand de "Thimotheus ou le Pouvoir de la musique" que cette nouvelle mouture sera présentée à Vienne, en 1812, lors d'un grand concert patriotique destiné à fêter la déroute de Napoléon et de la Grande Armée lors de la campagne de Russie. On doit cette résurrection à Nikolaus Harnoncourt qui a dirigé cette œuvre 200 ans jour pour jour après sa création. Lors de cette captation en public, Harnoncourt fait tonner la grosse caisse dans les scènes de guerre et enflamme les solistes et les chœurs dans les pages jubilatoires. FH
22,49 €
14,99 €

Oratorios profanes - Paru le 8 avril 2013 | Ediciones Singulares

Studio Masters Livret Distinctions Qualité Studio Masters Garantie
C'est en pleine querelle artistique entre style germanique et italien, alors que le Siècle des Lumières épanouit ses derniers feux sous le règne de Louis XVI et Marie-Antoinette, que Johann Christian Bach (le plus jeune des fils du grand Jean Sébastien) présente à Paris son Amadis de Gaule. « Retaillé » d'après un livret de Quinault pour Lully, l'ouvrage est parcouru de bout en bout par les premiers frissons du romantisme naissant. Confié à Didier Talpain, un chef spécialiste de ce répertoire, exécuté sur instruments historiques, Amadis de Gaule nécessitait une distribution de solistes aguerris à l'héroïsme des tragédies lyriques gluckistes. L'oeuvre trouve en Pierre‐Yves Pruvot, Hjördis Thébault, Philippe Do et Katia Vellétaz un quatuor remarquable de couleurs et d'équilibre, tous possédant une diction exemplaire et un sens du drame poignant et véhément. Philippe Do (Amadis) - Katia Velletaz (Oriane) - Pierre-Yves Pruvot (Arcalaüs) - Hjördis Thébault (Arcabonne)... - Ensemble vocal Musica Florea - Solamente Naturali Bratislava - Musica Florea Prague - Didier Talpain, direction C'est en pleine querelle artistique entre style germanique et italien, alors que le Siècle des Lumières épanouit ses derniers feux sous le règne de Louis XVI et Marie-Antoinette, que Johann Christian Bach (le plus jeune des fils du grand Jean Sébastien) présente à Paris son Amadis de Gaule. « Retaillé » d'après un livret de Quinault pour Lully, l'ouvrage est parcouru de bout en bout par les premiers frissons du romantisme naissant. Confié à Didier Talpain, un chef spécialiste de ce répertoire, exécuté sur instruments historiques, Amadis de Gaule nécessitait une distribution de solistes aguerris à l'héroïsme des tragédies lyriques gluckistes. L'oeuvre trouve en Pierre‐Yves Pruvot, Hjördis Thébault, Philippe Do et Katia Vellétaz un quatuor remarquable de couleurs et d'équilibre, tous possédant une diction exemplaire et un sens du drame poignant et véhément.
9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 12 mars 2013 | Analekta

9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 5 février 2013 | Rondeau Production

Livret
Jean-Sébastien Bach a écrit les deux cantates BWV66a et 36a à la cour d'Anhalt-Köthen, la première "Der Himmel dacht auf Anhalts Ruhm und Glück" en 1718 pour l'anniversaire du prince Léopold, la seconde "Steigt freudig in die Luft" en 1726 pour l'anniversaire de la princesse Charlotte Amalie Friederike de Nassau-Siegen, seconde épouse du prince. La 36a est identique que la BWV36, seul le texte est différent, et la 66a est partiellement identique à la cantate BWV66 avec quelques passages reconstruits pour cet album. Ces oeuvres étaient présentées pour la première fois par Alexandre Ferdinand Grychtolik au festival Köthener Bachfesttage 2012, sur instruments anciens. 300 ans après, ces cantates résonnent dans toute leur force ! Steigt freudig in die Luft, BWV36a - Der Himmel dacht’ auf Anhalts Ruhm und Glück, BWV66a / Gudrun Sidonie Otto, soprano - Wiebke Lehmkuhl, alto - Hans Jörg Mammel, ténor - Carsten Krüger, basse - Mitteldeutsche Hofmusik - Alexander Grychtolik, direction Jean-Sébastien Bach a écrit les deux cantates BWV66a et 36a à la cour d'Anhalt-Köthen, la première "Der Himmel dacht auf Anhalts Ruhm und Glück" en 1718 pour l'anniversaire du prince Léopold, la seconde "Steigt freudig in die Luft" en 1726 pour l'anniversaire de la princesse Charlotte Amalie Friederike de Nassau-Siegen, seconde épouse du prince. La 36a est identique que la BWV36, seul le texte est différent, et la 66a est partiellement identique à la cantate BWV66 avec quelques passages reconstruits pour cet album. Ces oeuvres étaient présentées pour la première fois par Alexandre Ferdinand Grychtolik au festival Köthener Bachfesttage 2012, sur instruments anciens. 300 ans après, ces cantates résonnent dans toute leur force !
11,99 €
7,99 €

Oratorios profanes - Paru le 29 novembre 2012 | Hyperion

Studio Masters Livret Distinctions 5 de Diapason - Qualité Studio Masters Garantie
Le grand baryton-basse Christopher Purves présente un récital d'airs pour basse de Haendel, chez Hyperion ! Ce programme démontre l'étendue et la brillance de l'écriture de Haendel pour cette voix, avec une sélection d'airs d'opéra anglais et italiens, oratorios bibliques... Purves fait entendre une imagination et une maîtrise extraordinaires, de l'air de Polyphème extrait d'Acis et Galatée, à celui d'Abinoam de l'oratorio Deborah. Un must ! Extraits de Rinaldo, Acis and Galatea, L’Allegro, il Penseroso ed il Moderato, La Resurrezione, Deborah, Belshazzar, Orlando... / Christopher Purves, basse - Arcangelo - Jonathan Cohen, direction Le grand baryton-basse Christopher Purves présente un récital d'airs pour basse de Haendel, chez Hyperion ! Ce programme démontre l'étendue et la brillance de l'écriture de Haendel pour cette voix, avec une sélection d'airs d'opéra anglais et italiens, oratorios bibliques... Purves fait entendre une imagination et une maîtrise extraordinaires, de l'air de Polyphème extrait d'Acis et Galatée, à celui d'Abinoam de l'oratorio Deborah. Un must !
19,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 6 novembre 2012 | Capriccio

Livret
Capriccio présente un portrait du contre-ténor star Max-Emanuel Cencic, en 3 CD + DVD ! Au programme les Cantates de Vivaldi, Scarlatti et Caldara enregistrées précédemment pour Capriccio, et en bonus le DVD montre le chanteur dans une atmosphère privée, en interview et en vidéo-clip. Oeuvres de Vivaldi, Scarlatti & Caldara / Max Emanuel Cencic, contreténor - Ornamente 99 - Karsten Erik Ose, direction Capriccio présente un portrait du contre-ténor star Max-Emanuel Cencic, en 3 CD + DVD ! Au programme les Cantates de Vivaldi, Scarlatti et Caldara enregistrées précédemment pour Capriccio, et en bonus le DVD montre le chanteur dans une atmosphère privée, en interview et en vidéo-clip.
11,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 5 juin 2012 | CPO

8,99 €
5,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 1 mai 2012 | Naxos

Studio Masters Livret Distinctions Qualité Studio Masters Garantie
Der glorreiche Augenblick, op.136 - Fantaisie pour piano, choeur & orchestre, op.80 / City of London Choir - Royal Philharmonic Orchestra - Hilary Davan Wetton, direction. Très peu jouée et enregistrée, la cantate "Der Glorreiche Augenblick" (Le glorieux moment) de Beethoven fut écrite pour célébrer l'ouverture du Congrès de Vienne en 1814. Quant à la "Choral-Fantaisie", elle fait entendre le thème de l'Ode à la Joie repris plus tard dans la Symphonie n°9. Le couplage de ces deux œuvres chorales par le chef de chœur Hilary Davan Wetton, en compagnie de solistes de renom comme Claire Rutter et Peter Hoare, permet d'entendre un Beethoven assez rare et palpitant. A découvrir ! Très peu jouée et enregistrée, la cantate "Der Glorreiche Augenblick" (Le glorieux moment) de Beethoven fut écrite pour célébrer l'ouverture du Congrès de Vienne en 1814. Quant à la "Choral-Fantaisie", elle fait entendre le thème de l'Ode à la Joie repris plus tard dans la Symphonie n°9. Le couplage de ces deux œuvres chorales par le chef de chœur Hilary Davan Wetton, en compagnie de solistes de renom comme Claire Rutter et Peter Hoare, permet d'entendre un Beethoven assez rare et palpitant. A découvrir !
9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 7 février 2012 | Oehms Classics

Livret
Dans ce programme original autour de la personnalité de Johann Adolf Hasse - compositeur célèbre de la cour de Dresde au milieu du XVIIIe siècle et sérieux concurrent de Haendel sur la scène londonienne, et dont la musique vocale virtuose se compare par exemple à celle des volutes vivaldiennes au violon -, Valer Barna-Sabadus, né en Roumanie en 1986, déploie un timbre d'une élégance séduisante. Sens de la ligne, couleurs mordorées, expressivité à fleur de peau - une belle découverte ! Dans ce programme original autour de la personnalité de Johann Adolf Hasse - compositeur célèbre de la cour de Dresde au milieu du XVIIIe siècle et sérieux concurrent de Haendel sur la scène londonienne, et dont la musique vocale virtuose se compare par exemple à celle des volutes vivaldiennes au violon, Valer Barna-Sabadus, né en Roumanie en 1986, déploie un timbre d'une élégance séduisante. Sens de la ligne, couleurs mordorées, expressivité à fleur de peau - une belle découverte !