Les albums événements de l'année 2010 : le jazz

Résultats 1 à 16 sur un total de 16
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 3 mai 2010 | ECM

Studio Masters Livret Distinctions Choc de Classica - Qualité Studio Masters Garantie - Stereophile: Record To Die For
En 2007, le documentaire Rambling Boy sur Charlie Haden réunissait à nouveau ces deux géants du jazz. Quelque temps plus tard, ils enregistrent chez Keith Jarrett ces standards à l’ambiance intime et sensuelle. Magique. Keith Jarrett, piano - Charlie Haden, basse C’est dans un registre nostalgique et élégiaque que Keith Jarrett fait aujourd’hui événement avec son nouveau CD Jasmine. Retrouvant pour l’occasion son vieux complice, le contrebassiste Charlie Haden, avec qui il n’avait plus enregistré depuis le milieu des années 70, Jarrett, renouant avec la simplicité bouleversante de son disque "The Melody At Night With You" (1998), y interprète avec un sens de la mélodie à fleur de peau, une série de chansons et de standards (Body and Soul, For All We Know, Where Can I Go Without You, Don’t Ever Leave Me, ainsi qu’une rare reprise d’une chanson de Joe Sample, One Day I’ll Fly Away). Pas d’esbroufe ni de virtuosité vaine, aucune friction d’ego : deux hommes, deux immenses musiciens, renouant après des années d’interruption une conversation musicale bouleversante d’intensité émotionnelle et étonnante de fraîcheur dans sa façon de prendre acte du temps passé. Entre mémoires vives partagées et immersion totale dans l’instant du jeu : du grand art vivant.
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 28 septembre 2010 | Bee Jazz

Studio Masters Livret Distinctions 3F de Télérama - Choc Jazzman - Le Choix de France Musique - So Jazz - Elu par Citizen Jazz
Après Around Robert Wyatt, Daniel Yvinec propose à son ONJ de se consacrer à… l’ONJ ! Avec Shut Up & Dance, double-album ambitieux et riche en textures, sur une musique du compositeur et chef d’orchestre américain John Hollenbeck, Yvinec entraine les solistes de l’ONJ dans les contrées d’un jazz pluriel aussi bien hérité d’Ellington que de Weather Report ou de la musique répétitive. Et bien plus encore… Un album à écouter et réécouter pour en savourer l’incroyable densité. Orchestre National de Jazz - Daniel Yvinec, direction artistique - Musique de John Hollenbeck Créé quelque part entre New York, Paris, Berlin et Saint-Rémy-de-Provence, Shut Up And Dance s'intéresse à la relation entre la musique et le mouvement. Le rythme y est exploré dans toutes ses nuances d’expression, parfois même là où on ne l’attend pas : une balle de ping pong qui rebondit dans les cordes d'un piano, divers objets maltraités par des logiciels informatiques, des clés d'instruments, des mains frottées, des tubes de PVC qui délivrent des mélodies... Tout devient percussion, véritable trame d'une écriture mélodique puissante où se rencontrent les couleurs de la musique répétitive, la musique pygmée, la musique savante, la musique électronique, la transe des Gnawas, le swing de Duke Ellington. Les compositions de John Hollenbeck, imaginées tout spécialement pour ce programme et issues d'une riche collaboration avec Daniel Yvinec, évoquent également le foisonnement et la densité de l'écriture classique, en une série de dix mini concertos dédiés à chacun des musiciens de l’orchestre en fonction de leur personnalité et de leur langage. Bouleversant sans vergogne les fonctions instrumentales, les vents prennent le rôle moteur de la batterie, le piano préparé rejoint le camp des percussions… Tout gravite autour de l'idée de mouvement, le mouvement dans ces rythmes enivrants qui, pour mieux nous perdre, s'entrecroisent toujours et encore.
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 23 août 2010 | Plus Loin Music

Studio Masters Livret Distinctions Qualité Studio Masters Garantie
Vingt ans après leur première rencontre discographique, Cesarius Alvim et Eddie Gomez se retrouvent en janvier 2010 afin d'écrire une nouvelle page de leur histoire, cette fois en duo, formation si délicate que seuls les géants du Jazz sont en mesure d'appréhender. Les deux artistes, amis et complices de longue date, ont définit pour l'occasion un répertoire constitué essentiellement de compositions originales du pianiste, laissant la part belle à l'émotion et à la liberté d'expression. Développée autour de structures harmoniques très riches, de mélodies subtiles, simples et toujours délicates, laissant aux instruments une immense liberté d'improvisation, l'écriture très raffinée de Cesarius Alvim nous rappelle qu'il est aussi grand compositeur que pianiste virtuose. Ce duo de « chambristes » jazz et classique à la fois, nous offre un moment de musique rare.
6,49 €

Jazz - Paru le 25 octobre 2010 | Emarcy

Distinctions 4F de Télérama
Réuni autour de son fidèle Quartet West, le contrebassiste Charlie Haden s’est également entouré pour ce nouvel album de grandes chanteuses de jazz, telles que Norah Jones, Melody Gardot, Diana Krall ou Cassandra Wilson. Dans ce projet inattendu qui se transforme en un cocktail des plus emballants alternent morceaux purement instrumentaux et plages avec voix. Charlie Haden Quartet West (Charlie Haden, contrebasse - Ernie Watts, saxophone - Alan Broadbent, piano - Rodney Green, batterie) - Norah Jones, Melody Gardot, Diana Krall, Cassandra Wilson, Renée Fleming, Ruth Cameron, voix
9,99 €

Jazz - Paru le 26 octobre 2010 | Bee Jazz

Livret Distinctions Choc Jazzman - Qualité Studio Masters Garantie
Digne héritier de Bill Frisell ou Jimi Hendrix, Manu Codjia a décidé pour son troisième album de reprendre des chansons allant du répertoire de la pop (Michael Jackson), du rock (Leonard Cohen) et du reggae (Bob Marley). Le guitariste qui ensorcelle tous ceux qui louent ses services, qu’ils se nomment Daniel Humair, Henri Texier ou Erik Truffaz, enrichit chaque jour son univers musical et les passionnantes relectures de Covers vont clairement dans ce sens. Manu Codjia, guitare - Jérôme Regard, contrebasse - Philippe Garcia, batterie Après un premier album en trio Songlines avec Daniel Humair et François Moutin publié en 2007 et un deuxième en quintet en mars 2009, le guitariste Manu Codjia publie toujours pour le compte du label BEE JAZZ un troisième album en trio accompagné par le bassiste Jérôme Regard et le batteur Philippe Garcia. Codjia a décidé pour son troisième album de reprendre des chansons allant du répertoire de la pop comme Beat It de Michael Jackson, du rock comme Hallelujah de Leonard Cohen et du reggae comme Natural Mystic de Bob Marley. Ce digne héritier de Bill Frisell ou Jimi Hendrix qui ensorcelle tous ceux qui louent ses services, qu’ils se nomment Daniel Humair, Henri Texier ou Erik Truffaz, enrichit chaque jour son univers musical. Un Power trio à ne pas rater sur scène !
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 7 septembre 2010 | Songlines

Studio Masters Livret Distinctions Choc Jazzman - Choc Jazzman de l'année - Grand Prix de l'Académie Charles Cros - So Jazz - Elu par Citizen Jazz - CHOC de JAZZmagazine-jazzman - Qualité Studio Masters Garantie
Benoît Delbecq, piano - Jean-Jacques Avenel, contrebasse - Emile Biayenda, batterie & percussions Le pianiste Français Benoît Delbecq, universellement considéré comme un musicien réellement unique et pensant de l'avant, sort son premier enregistrement en trio en compagnie de deux collaborateurs de longue date. Jean-Jacques Avenel, bassiste de Steve Lacy, et Emile Biayenda, maître-batteur congolais qui a sa propre approche du jazz et du son, apportent un élan intense mais souple à l'interaction polyrythmique du groupe. Les premières éloges venues de France suggèrent que ce disque sera considéré comme un chef-d'œuvre d'un artiste au sommet de sa carrière. Tony Reif, Songlines Recordings
12,99 €

Jazz - Paru le 18 juin 2010 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Le pianiste Jason Moran, fer de lance de la scène jazz contemporaine nous revient avec TEN, nouvel album célébrant ses dix ans au sein du trio Bandwagon (avec Tarus Mateen, Nasheet Waits). Il y apparait toujours aussi complet, joueur et élégant.
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 5 avril 2010 | Dreyfus Jazz

Distinctions Choc Jazzman de l'année
Rejoint par la chanteuse Stéphanie McKay, le saxophoniste nous propose une nouvelle expérience dans son univers jazz-ka, fusion entre jazz et percussions du gwoka guadeloupéen. Rayonnant !
11,00 €

Jazz - Paru le 29 octobre 2010 | Parlophone Label Group

Distinctions 4F de Télérama - Choc Jazzman
Parfait mix entre les passages brumeux et world de "Mexico", le nu-jazz et l’électro-jazz dont le trompettiste est friand, In Between lorgne aussi du côté de la pop-lounge, classe et élégante. De quoi ravir les fidèles aficionados du génial Truffaz.
12,99 €

Jazz - Paru le 8 novembre 2010 | Emarcy

Livret Distinctions Elu par Citizen Jazz
La musique de Baïlador est foisonnante, torrentueuse, brillante, sophistiquée. Tout Portal est là : la rigueur et le fun, le savoir et la générosité, la technique éblouissante et la profusion de plaisir, la précision et le jeté. Comme l’autoportrait d’un musicien d’aujourd’hui, enraciné dans une connaissance intime de tout le jazz – de tous les jazz, même. Au-delà des habituels débats sur l’avant-garde, le classicisme ou le métissage en jazz, Michel Portal fait entendre sa musique, une musique gourmande, virtuose, lumineuse, perpétuellement nouvelle.
10,39 €

Jazz vocal - Paru le 5 novembre 2010 | Blue Note Records

Distinctions 4F de Télérama
Dotée d'une voix puissante hors du commun et d'une technique sans pareil, Cassandra Wilson revient avec Silver Pony, son 21e album. Un petit bijou de jazz vocal paru comme à son habitude chez le célèbre label Blue Note.
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 22 février 2010 | DDB Records

Dans ce nouvel album, la chanteuse Dee Dee Bridgewater rend un hommage ému à sa grande devancière, Billie Holiday. Un hommage joyeux avant tout. A bas la nostalgie. "Je voulais qu’Eleanora Fagan soit un album différent, plus moderne et réjouissant, pas un enregistrement sombre, maussade et larmoyant" (Dee Dee Bridgewater)     Au cours d’une carrière éclectique longue de quatre décennies, Dee Dee Bridgewater s’est hissée au premier rang des chanteuses de jazz, en apportant sa touche personnelle à des standards et en réinventant des classiques du jazz. Avec son dernier enregistrement, Eleanora Fagan (1915-1959): To Billie With Love From Dee Dee, Dee Dee Bridgewater honore une véritable icône du jazz, Billie Holiday, morte tragiquement à l’âge de quarante-quatre ans, il y a un demi siècle. « Cet album, c’est ma manière de rendre hommage à une artiste qui a offert à des chanteuses telles que moi la possibilité de construire leur propre carrière » déclare Dee Dee qui a interprété le rôle de Billie Holiday dans la production théâtrale à succès « Lady Day » - basée sur l’autobiographie de la chanteuse, « Lady Sings The Blues » - montée à Paris et à Londres en 1986 et 1987.     « Je voulais qu’ Eleanora Fagan soit un album différent, plus moderne et réjouissant, pas un enregistrement sombre, maussade et larmoyant. Je voulais que le disque soit joyeux. » Elle ajoute qu‘Eleanora Fagan est bien plus qu’un simple album hommage à Billie Holiday : « Billie mérite que l’on écoute sa musique d’une manière différente et je n’ai définitivement pas cherché à l’imiter. » Le pianiste Edsel Gomez, accompagnateur de longue date de Dee Dee Bridgewater, a joué un rôle clef dans le succès de cette nouvelle approche. Il a en effet écrit de nouveaux arrangements pour les douze chansons que contient l’album, notamment pour une interprétation africaine et polyrythmique de Lady Sings The Blues, pour une version ré-harmonisée de All of Me et pour un God Bless The Child aux sonorités gospel.     « Edsel est un arrangeur extrêmement doué et talentueux aux idées très modernes. Il possède la capacité d’être à la fois moderne et élégant dans son travail. » confie Dee Dee. Edsel Gomez a relevé avec enthousiasme le défi intimidant qui consistait à insuffler une nouvelle vie à cette musique. « J’écoutais tout ce qu’avait pu enregistrer Billie Holiday », indique-t-il. Il garda également à l’esprit la personnalité des différents musiciens composant le groupe de premier plan qu’avait constitué Dee Dee en vue de l’enregistrement : le saxophoniste James Carter, le bassiste Christian McBride et le batteur Lewis Nash. « C’était le groupe de mes rêves », déclare Dee Dee.     Loin d’opter pour la facilité et de renouveler la prestation qu’elle donnait dans Lady Day, avec Eleonora Fagan, To Billie with Love from Dee Dee, Dee Dee Bridgewater rentre dans l’intimité de Billie Holiday d‘une autre manière, projetant une lumière nouvelle sur cette icône si souvent incomprise du jazz. « Je souhaitais que ce soit un album différent de la musique du spectacle », précise-t-elle. Cette philosophie cadre parfaitement avec son approche de tous ses projets. « Je veux aller de l’avant, tout comme je l’ai toujours fait avec chacun de mes albums. Ne pas reculer mais progresser. Constamment. »
12,99 €

Jazz - Paru le 8 mars 2010 | Emarcy

Livret Distinctions 4F de Télérama
Le trompettiste martiniquais Jacques Coursil invoque dans ce nouvel album les fondements de l'histoire afro-américaine dont le jazz représente l'une des plus intenses expressions. Soufflant !
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 7 septembre 2010 | Songlines

Studio Masters Livret Distinctions Choc Jazzman - Grand Prix de l'Académie Charles Cros - So Jazz - Elu par Citizen Jazz - CHOC de JAZZmagazine-jazzman - Qualité Studio Masters Garantie
Benoît Delbecq, piano solo Le deuxième enregistrement solo de Delbecq sur Songlines, qui présente la brillance du musicien à son niveau le plus concentré, est un compagnon essentiel au disque en trio. Le style de Delbecq vient élargir les ressources du piano au moyen d'un ensemble de préparations qu'il incorpore dans le piano. D'une façon homogène, Delbecq en fait usage en improvisant des ritournelles et lignes mélodiques qui s'enchevêtrent entre elles: il en découle une musique qui semble émaner de plusieurs instruments. Son langage mélodico/harmonique où "l'horizontal rencontre le vertical, nouvellement façonné par le rythme" (Steve Lacy, 1995), est une combinaison toute personnelle de tons et tensions qui attirent autant les aficionados de jazz, de musique classique contemporaine, que de musique nouvelle. Enregistrement haute résolution impeccable. Tony Reif, Songlines Recordings
17,48 €
12,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2010 | ECM New Series

Studio Masters Livrets Distinctions Qualité Studio Masters Garantie
Depuis 1993, année de parution de l’album Officium, l’association de Jan Garbarek avec l’Hilliard Ensemble a donné naissance à des projets novateurs, le saxophone du Norvégien étant utilisé comme une cinquième voix totalement libre aux côtés des quatre voix de l’ensemble «classique» britannique. Avec ce nouvel album, les voix de l’homme et du saxophone improvisent ici une musique ni ancienne ni moderne mais nouvelle, et d’une incroyable puissance émotionnelle. Depuis 1993, année de parution de l’album Officium, l’association de Jan Garbarek avec l’Hilliard Ensemble a donné naissance à des projets novateurs, le saxophone de Garbarek étant utilisé comme une cinquième voix totalement libre aux côtés des quatre voix de l’Ensemble «classique». C’est sur la musique arménienne que se sont plus particulièrement concentrés ici les musiciens, travaillant à partir d’adaptations d’un ensemble de pièces regroupant des œuvres médiévales de musique sacrée et d’autres appartenant à la tradition des bardes du Caucase. Jan Garbarek a trouvé dans le système modal qui sert de structure à cette musique de quoi improviser quelques-unes des ses interventions les plus passionnées. À ce répertoire s’ajoutent une version a cappella de Most Holy Mother of God d’Arvo Pärt, un chant byzantin, deux morceaux de Garbarek parmi lesquels une nouvelle version de We Are The Stars, un thème espagnol Tres Morillas et une nouvelle version de la pièce de Perotin Alleluia Nativitas. Les voix de l’homme et du saxophone improvisent ici une musique ni ancienne ni moderne mais nouvelle, et d’une incroyable puissance émotionnelle.
12,99 €

Jazz - Paru le 18 octobre 2010 | Fantasy Records

Distinctions Qobuz Référence
Compositeur fétiche du cinéaste Belge Felix Van Groeningen, le pianiste Jef Neve a composé la bande sonore du film La merditude des choses en 2009. De la musique de chambre au jazz le plus libre, Jeff Neve transcende les genres, servi par un contrebassiste et un percussionniste hors pair. Un trio qui rappelle étrangement celui de Brad Mehldau…