ECM & ECM New Series


Résultats 1 à 20 sur un total de 119
16,00 €20,00 €
11,19 €13,99 €

Jazz contemporain - Paru le 29 janvier 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Depuis le temps qu’il est l’autre, Avishai Cohen s’est toujours dit que c’est en imposant son jeu, son style, ses disques, que le public saura qu’il existe aussi un Avishai Cohen trompettiste, sans aucun lien de parenté avec le populaire contrebassiste. A l’exubérance et au lyrisme de son compatriote ainé, il déroule depuis une quinzaine d’années un jeu feutré où le silence est roi. Un phrasé à l’économie dans la tradition de son idole Miles Davis qui est au cœur de ce premier album pour le compte d’ECM. Un label qui lui va divinement bien. C'est en entendant jouer Avishai Cohen lors des séances d'enregistrement de l’album Lathe Of Heaven de Mark Turner que Manfred Eicher, impressionné par sa contribution, a véritablement pris la mesure du talent du trompettiste né à Tel Aviv, et installé à New York depuis presque vingt ans, et l’a signé comme leader… Avec le bien nommé Into The Silence, enregistré au studio de la Buissonne durant l’été 2015, le trompettiste rend hommage à la mémoire de son défunt père. Les compositions originales aux mélodies profondément émouvantes évoquant les derniers jours de l'existence de son géniteur, et les magnifie par la sonorité si singulière et personnelle de son instrument, jouant avec virtuosité et profondeur des effets de sourdine. Pour l’aider dans cet exercice touchant et beau, Avishai Cohen est épaulé par le pianiste Yonathan Avishai, le contrebassiste Eric Revis, un fidèle du quartet de Branford Marsalis depuis vingt ans, le saxophoniste ténor Bill McHenry et le batteur Nasheet Waits, son complice batteur depuis plusieurs années. © MD/Qobuz
16,00 €20,00 €
11,19 €13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1984 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
16,00 €20,00 €
11,19 €13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1977 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il est bon de rappeler que Keith Jarrett eut une vie avant son indéboulonnable trio avec Jack DeJohnette et Gary Peacock et ses concerts et ses albums solos. Et oui… Chez Miles Davis, par exemple. Face à des claviers électriques, par exemple. Entouré de pleins de souffleurs, par exemple. Une richesse musicale bien renseignée discographiquement parlant mais qui semble être tombée dans les limbes de l’oubli tant les albums solos et ceux du trio cité se comptent désormais à la pelle. Au cœur de cette « première » vie jaillissent des pépites. Comme The Survivor’s Suite enregistré en avril 1976 pour le label ECM, une des dernières réalisations du quartet américain de Jarrett. Le sous-estimé Dewey Redman, père de Joshua, est au saxophone, Paul Motian tient les baguettes et Charlie Haden officie toujours aussi originalement à la contrebasse. Découpée en deux longues parties, Beginning et Conclusion, cette suite multicolore est une évolution permanente. Comme le jazz, finalement… On ne sait plus trop ce qui est free ou ne l’est pas (plus ?). On ne sait plus trop si l’unité de lieu est occidentale ou orientale. Les quatre hommes qui n’hésitent pas à user d’armes inhabituelles (Jarrett joue un peu de sax et du célesta, Redman des percus) construisent une ample cérémonie souvent sombre et austère, d’où surgissent des étincelles assez éblouissantes de clarté et de pureté. Les tentures projetées par les fûts de Paul Motian atteignent des sommets d’inventivité musicale rarissime. Dewey Redman alterne souffle ultime quasi-tribal et chuchotement de velours. Et le maître de cérémonie extrait de son piano tous les sons possibles et imaginables sans jamais donner l’impression de vouloir épater la galerie. Cette Survivor’s Suite a de magique son ambivalence. Son faux manichéisme. Cette capacité de passer avec une telle aisance de la tempête la plus tellurique au bien être le plus charnel. Un peu comme cette éclaircie, de toute beauté, à la quatrième minute et cinquantième seconde du second thème de l’album. Le pianiste d’Allenttown ouvre son âme dans un élan mélodique simple et majestueux. Avec le recul, ce disque de près de quarante ans n’est finalement pas si étranger au discours actuel de Keith Jarrett. Ses récentes prestations en solo renferment une sève, parfois même une sémantique, bien ancrées dans ces années passées. Comme tout grand disque The Survivor’s Suite est intemporel dans son fond comme dans sa forme. Il continue juste à bouger. A avancer. A évoluer avec le temps. © MZ/Qobuz
11,19 €13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1997 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Trompettiste, compositeur et producteur norvégien, Nils Petter Molvær est considéré comme un pionnier du "nu jazz" et en particulier de la fusion entre jazz et musique électronique, avec ce premier album sous son nom, Khmer, sorti en 1997 sur ECM. Ce superbe disque est un assemblage de jazz, de rock et de musique électronique qui tranchait avec le jazz feutré associé à l'image du label de Manfred Eicher. Molvaer utilise une sourdine Harmon, ce qui rappelle le son de Miles Davis mais sans en être une copie conforme. Il en est plutôt le prolongateur. Compte tenu du côté innovant de cet opus de fusion, et pour la première fois de son histoire, ECM réalisera un single issu de cet album : Song of Sand, comportant trois remixes. Ce qui n'empêchera pas Nils Petter Molvær de quitter de label munichois, un disque plus tard... © JMP/Qobuz
11,19 €13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2006 | ECM

Enregistré pour ECM en 2005, Nostalghia, Songs for Tarkovski est assurément l’œuvre la plus personnelle à ce jour de François Couturier. En compagnie de ses complices habituels, le saxophoniste Jean-Marc Larché et l’accordéoniste Jean-Louis Matinier, rejoints pour l’occasion par la violoncelliste allemande Anja Lechner, le pianiste, alternant, avec un grand sens de la « mise en scène », compositions originales à la beauté hallucinatoire, et emprunts choisis aux œuvres de Bach et Pergolèse, y invente une sorte de rêverie éveillée autour du cinéma du grand réalisateur russe Andreï Tarkovski. Une musique proprement inclassable (nouvelle ? néo-classique ?), d’une grande sérénité, profondément méditative, d’une richesse de timbres inouïe, s’élaborant aux confins du silence dans une esthétique de l’attente et du temps suspendu parfaitement évocatrice dans son statisme précieux de l’univers tout à la fois sensuel et éminemment spirituel de Tarkovski. Un grand disque de poésie sonore.
16,00 €20,00 €
11,19 €13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2004 | ECM

Hi-Res Livret
16,00 €20,00 €
11,19 €13,99 €

Classique - Paru le 30 septembre 2016 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
11,19 €13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2009 | ECM

Distinctions 3F de Télérama
16,00 €20,00 €
11,19 €13,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 1 janvier 1978 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L’année de ses 30 ans, Terje Rypdal publie ce magnifique disque, parfait reflet du style qu’il fait déjà évoluer depuis six albums. Enregistré dans sa ville natale d’Oslo, Waves déploie le langage électrique du guitariste norvégien jonglant avec ses différentes influences, qu’elles soient purement jazz mais aussi rock voire new age. Tel un chant de baleine envoûtant, sa guitare lâche de grands aplats de peinture sonore. Mais le jazz fusion de Rypdal s’inspire finalement assez peu de celui de ses confrères anglo-saxons. Conçu avec Palle Mikkelborg, Sveinung Hovensjø et Jon Christensen, il joue sur le sensoriel et le climatique. Voilà bien l’album incontournable d’un grand novateur de la guitare des années 70. © MD/Qobuz
24,00 €30,00 €
15,59 €19,49 €

Classique - Paru le 27 mars 2015 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Month - Gramophone Editor's Choice
11,19 €13,99 €

Jazz contemporain - Paru le 1 janvier 1976 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Pour un début, c'est un coup de maître ! Sorti en 1976 sur le label ECM, ce Bright Size Life fut le premier disque de Pat Metheny en tant que leader. Le guitariste avait tout juste 21 ans ! Un album où le virtuose de la six-cordes fait preuve d'une réelle maturité en tant que compositeur, leader et interprète. Enregistré en trio avec Jaco Pastorius à la basse, un jeu tout en finesse, au lyrisme échevelé, et Bob Moses à la batterie, tout en souplesse et en dynamique, permettant au guitariste de développer ce qui sera sa marque de fabrique : jeu fluide, lyrique, presque liquide ; un must ! © CM/Qobuz
24,00 €30,00 €
15,59 €19,49 €

Piano solo - Paru le 1 janvier 2009 | ECM New Series

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Une vision admirable de l'écriture polyphonique et harmonique du Cantor de Leipzig. Engagées, d'une grande intelligence, ces Partitas par Andras Schiff sont une réussite totale et renouvellent la discographie du chef-d'oeuvre de Bach !
16,00 €20,00 €
11,19 €13,99 €

Quatuors - Paru le 15 avril 2016 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Entre Nørgård et Abrahamsen, la filiation est directe puisque le premier fut le mentor du second, dans le monde si particulier de la musique nordique du XXe siècle. Tous deux écrivirent leurs quatuors ici présentés au début de leur carrière, la vingtaine à peine entamée ; ouvrages de jeunesse donc, soumis encore à certaines influences. Le Quatuor de Nørgård date de 1952, Sibelius était encore en vie, tandis que des noms comme Boulez ou Cage n’avaient pas encore pénétré la sphère scandinave : on comprendra que ses modèles se trouvent plutôt du côté, par exemple, de Bartók. Abrahamsen, lui, connaît cette avant-garde mais ne semble pas trop s’en laisser conter ; il fait partie de cette tendance appelée « nouvelle simplicité », qui procède plutôt du minimalisme venu de la sphère anglo-saxonne – nord-américaine en majorité – auquel il superpose sa propre vision logique des choses. Les dix préludes qui forment le Premier Quatuor en procèdent. De son côté, Thomas Adès n’avait que 23 ans lorsqu’il écrivit son Arcadiana pour quatuor, sept mouvements faisant chacun référence à des thèmes, des compositeurs, des ouvrages existants : la barcarolle ou le tango, Schubert ou Mozart, Debussy ou Watteau. Le langage fluide et lyrique de ces morceaux ne manque pas de certains accents britteniens, mais lorsqu’Adès compose son ouvrage en 1994, l’immense lion britannique impose encore son ombre impériale sur bien des nouveaux venus. Quarante ans de quatuor contemporain, à découvrir sous les doigts de l’exemplaire Quatuor à cordes Danois. © SM/Qobuz « [...] Si le Danish String Quartet caractérise superbement les affects, il ne perd jamais le fil de la trajectoire formelle, évitant la fragmentation kaléidoscopique que suscitent souvent les pièces brèves. Leur jeu précis et puissamment dramatique (l’entame farouche du Prélude no 1) clarifie les textures polyphoniques, sculpte un espace sonore en trois dimensions sans oublier de respirer. Du rêve et de la poésie, mais pas d’alanguissement [...] » (Diapason, septembre 2016 / Hélène Cao)
11,19 €13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1979 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Enregistré en novembre 1978 à Oslo en Norvège, ce sommet de la dense discographie d’Egberto Gismonti parait alors que l’aura du guitariste brésilien s’amplifie bien au-delà de sa terre natale. Et le virtuose de la finesse a déjà à son actif des rencontres avec ses compatriotes Nana Vasconcelos, Airto Moreira et Flora Purim, mais aussi Cal Tjader, Herbie Hancock ou bien encore Jan Gabarek. Mais cette fois, comme l’indique le titre, Gismonti s’offre une parenthèse en solitaire, délaissant parfois son instrument de prédilection pour user du piano ou du surdo, cette percussion utilisé notamment dans la samba. Tantôt méditatif et introspectif, parfois plus virulent, le voyage qu’il propose ici est d’une rare beauté. Stylistiquement, il fait s’entrelacer des bribes de bossa et des progressions jazz, des accords presque classiques et des sons quasi-new age. La production de Manfred Eicher est une fois de plus un sans-faute et ce disque paru en 1979 s’écoute, se ré-écoute et se ré-ré-écoute sans fin. Un must. © MD/Qobuz
11,19 €13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2011 | ECM

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Le groupe singulier fondé par le pianiste François Couturier continue de puiser son inspiration principale dans les films d’Andrey Tarkovsky tout en s’ouvrant à d’autres influences ; pour ce nouvel album on trouve des allusions à Pergolèse, Bach et Chostakovitch ainsi que de magnifiques séquences d’improvisation du groupe.
11,19 €13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1990 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Paru en 1990, Road To Saint Ives est l’œuvre d’un homme, d’un seul : John Surman. Saxophone soprano ou baryton, clarinette basse, claviers et percussions, le Britannique pilote ici l’intégralité des instruments qu’il superpose en couches savamment dosées. Le résultat, magnifique, alterne entre voyage introspectif et amples paysages sonores. Lorsqu’il publie ce disque, Surman est déjà une figure majeure du jazz européen et un locataire de premier choix du label ECM pour lequel il a alors déjà signé plusieurs albums. Mais cette fois, ce périple solitaire donne à son univers musical une densité inédite. Une force intérieure et harmonique qui en fait l’un de ses plus beaux enregistrements. © MD/QObuz
20,00 €
13,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 27 mars 2015 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Qobuzissime - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Ah non, vraiment, on n’attendait pas le très avant-gardiste Wolfgang Rihm dans ce genre de langage. Imaginez un ensemble vocal venu du fin fond de la Renaissance, voire du Moyen Âge, accompagné par un quatuor à cordes hypermoderniste ; voilà ce qu’a développé Rihm dans son Et Lux, un ouvrage à consonance spirituelle d’une durée d’une heure, compact et profondément émouvant, et d’un style inclassable, achevé en octobre 2009 et créé un mois plus tard à Cologne par le Hilliard Ensemble et le Quatuor Arditti. Naturellement, l’ensemble ancien et le quatuor moderne échangent parfois les vêtements, dans diverses combinaisons et confusions de genre tout à fait délibérées et fort troublantes. Le Quatuor Minguet et l’ensemble de musique ancienne Huelgas mêlent leurs accents pour laisser éclore ce superbe opus, une méditation moderne sur une messe – des fragments du Requiem traditionnel, en majorité – venue du fin fond de l’époque médiévale. On n’ira pas affirmer que cela s’écoute d’une oreille distraite, mais même les auditeurs les plus rétifs à l’avant-garde ne pourront qu’être subjugués par tant de beauté intérieure. « [...] La création avait profondément impressionné malgré une certaine monotonie lisse. Cette interprétation nettement plus habitée, tant par les (huit) chanteurs de Huelgas, qui ont eu le temps de s'imprégner des suggestions de la partition, que par le quatuor à cordes, dissipe nos réserves et inscrit Et Lux dans la lignée des chefs-d'œuvre à mi-chemin entre profane et sacré, comme le Deutsches Requiem de Brahms. L'exclusion des mots "Deus" et "Dominus" marque une volonté de dépasser la diversité des croyances pour offrir à l'auditeur une méditation sur la Mort, cette grande interrogation de l'existence, et un accès vers une sérénité lumineuse.» (Diapason, juillet 2015 / Gérard Condé)
16,00 €20,00 €
11,19 €13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Sélection JAZZ NEWS
Le saxophoniste Mark Turner marque ici ses débuts comme leader sur le label ECM dont il est, par ailleurs, un habitué au titre de sideman (on l’a croisé récemment dans le quartet de Billy Hart, sur le dernier disque de Stefano Bollani
11,19 €19,49 €

Classique - Paru le 11 septembre 2015 | ECM New Series

Livret Distinctions Choc de Classica
« Manfred Eicher, le producteur d'ECM, a assemblé une "séquence" en hommage à Arvo Pärt à partir des 14 albums consacrés au compositeur par le label. S'il n'y a rien de nouveau dans cette Musica Selecta, cette anthologie se montre idéale pour découvrir la musique instrumentale et vocale de Pärt dans des versions admirables.» (Classica, novembre 2015)
16,00 €20,00 €
11,19 €13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Orient et Occident. C’est ainsi que le duo formé par Anja Lechner et Franҫois Couturier devait initialement s’appeler. Finalement, la violoncelliste allemande et le pianiste français ont opté pour un sobriquet un brin plus poétique et moins lourd de signification : Moderato cantabile. Est-ce par goût pour cette indication musicale sur le rythme, modéré (moderato) et chantant (cantabile) ? Ou en référence au roman de Marguerite Duras ? Quoi qu’il en soit, après une décennie de travail en commun au sein du Tarkovsky Quartet et une alliance en cours dans le projet Il Pergolese, Lechner et Couturier présentent ici leurs arrangements des œuvres de trois compositeurs fascinants : George Ivanovich Gurdjieff, Komitas et Federico Mompou. À plusieurs degrés, leur musique révèle des sonorités de l’Est, en termes de relations entre folklore et musique religieuse, et en termes philosophiques. D’une certaine manière, le violoncelle prend presque le rôle d’un chanteur et les trois compositions de François Couturier fonctionnent comme des éléments contrastés mais complémentaires. Le résultat final est un disque sublime, enregistré au studio Lugano en novembre 2013 par Manfred Eicher pour son label ECM. Un album offrant une unité d’émotion totale que le dialogue et la complicité qui s’installent entre les deux musiciens ne fait qu’amplifier. © MD/Qobuz