Résultats 1 à 20 sur un total de 121
12,99 €

Soul - Paru le 27 novembre 2015 | Motown

Quand on est la reine, on peut évidemment faire ce qu’on veut, tout ce qu’on veut, quand on veut. D’où l’intérêt d’être la reine… C’est un ce que fait Erykah Badu avec But You Caint Use My Phone. Un nouvel album ? Pas vraiment. En fait une mixtape, sous-entendu un brouillon plutôt qu’un véritable opus neuf. Mais quel brouillon ! Un missile soul totalement azimuté qui tourne autour de – attention concept – l’addiction au téléphone ! La reine texane offre ainsi un vrai faux hommage à Drake dont elle revisite pour ne pas dire déshabille le Hotline Bling (le tube du rappeur canadien aurait été le déclencheur de ce But You Caint Use My Phone), et s’amuse aussi à secouer U Don’t Have To Call de Usher, Mr. Telephone Man de New Edition, Hello des Isley Brothers (qu’elle entonne avec son ex, Andre 3000 d’OutKast, père de son fils Seven) et Hello, It’s Me, mythique ballade pop 70’s de Todd Rundgren… Même dans cet assemblage de croquis de groove, sortes de démos améliorées, Erykah Badu conserve sa classe intergalactique, sa voix extra-terrestre et sa façon bien à elle d’assembler funk, soul, rap et jazz. Le côté brut de l’ensemble apporte même une touche singulière qu’on ne trouve pas dans les précédents enregistrements de la chanteuse. Aucun doute : But You Caint Use My Phone est tout sauf une parenthèse… © MZ/Qobuz
12,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 1997 | Kedar

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dès son premier album, Erykah Badu accumule les comparaisons flatteuses : Lauryn Hill texane, Billie Holiday nu soul, Diana Ross sous tranquillisants ou Gil Scott-Heron féminin, l’affaire est sérieuse sous ses airs désinvoltes et langoureux. Cette soul d’inspiration jazz – smooth de préférence – avance sur des rythmes à peine hip-hop qui épousent les contours d’une voix magnifique. Treize ans plus tôt, Sade livra une sensualité similaire, que Badu rend plus captivante dans la forme. Chuchoté d’un bout à l’autre, Baduizm est le vent de fraicheur que la soul attendait à la fin des 90’s. © MZ/Qobuz
12,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2009 | Motown

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Second volet du déjà très bon 4th World War, ce New Amerykah Part Two: Return Of The Ankh est une petite perle de soul contemporaine sur laquelle la grande diva Erykah réaffirme son attachement aux racines contestataires de la soul et du hip-hop. Un œil dans le rétro, l'autre droit droit devant, la Badu abat tous ses concurrents ! © CM/Qobuz
10,39 €

Soul - Paru le 1 janvier 2003 | Barclay

12,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 1997 | Kedar

12,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2007 | Motown

Avec son quatrième album, la reine Erykah ne se contente pas de ressortir les recettes certes brillantes de ses précédents opus mais propulse au contraire sa nu-soul vers plus de folie funky. Suite de Worldwide Underground, ce New Amerykah Part One (4th World War) est un concept album un brin ésotérique, très ancré dans le social, la pauvreté, la violence urbaine, la complaisance et l'identité culturelle. Alternant entre funk, soul et hip-hop, il accueille même quelques invités de marque (Madlib, Questlove des Roots, Roy Ayers, Shafiq Husayn…) et prouve que la chanteuse et musicienne originaire de Dallas a su grandir musicalement. © MD/Qobuz
15,59 €

Soul - Paru le 1 janvier 2000 | Motown

Pour la suite studio de Baduizm, la diva Erykah enclenche la seconde. Le groove contemplatif, toujours omniprésent, se transforme parfois en étirements funky, voire rock. La Texane rugit même comme une Betty Davis light (Penitentiary Philosophy). Sa new soul de fin de soirée, organique et dense, s’appuie sur une poésie très personnelle, aux frontières de l’impressionnisme. Comme toujours, Badu s’entoure de musiciens démentiels capables de lui tendre une toile de soul rêveuse comme une tapisserie de rythmes jazz et funky à la fois. © MZ/Qobuz
18,19 €

Soul - Paru le 1 janvier 2007 | Kedar

Dès son premier album, Erykah Badu accumule les comparaisons flatteuses : Lauryn Hill texane, Billie Holiday nu soul, Diana Ross sous tranquillisants ou Gil Scott-Heron féminin, l’affaire est sérieuse sous ses airs désinvoltes et langoureux. Cette soul d’inspiration jazz – smooth de préférence – avance sur des rythmes à peine hip-hop qui épousent les contours d’une voix magnifique. Treize ans plus tôt, Sade livra une sensualité similaire, que Badu rend plus captivante dans la forme. Chuchoté d’un bout à l’autre, Baduizm est le vent de fraicheur que la soul attendait à la fin des 90’s. A noter que cette Special Edition comprend de nombreux remixes et inédits. © MZ/Qobuz

Soul - Paru le 4 décembre 2015 | Motown

Quand on est la reine, on peut évidemment faire ce qu’on veut, tout ce qu’on veut, quand on veut. D’où l’intérêt d’être la reine… C’est un ce que fait Erykah Badu avec But You Caint Use My Phone. Un nouvel album ? Pas vraiment. En fait une mixtape, sous-entendu un brouillon plutôt qu’un véritable opus neuf. Mais quel brouillon ! Un missile soul totalement azimuté qui tourne autour de – attention concept – l’addiction au téléphone ! La reine texane offre ainsi un vrai faux hommage à Drake dont elle revisite pour ne pas dire déshabille le Hotline Bling (le tube du rappeur canadien aurait été le déclencheur de ce But You Caint Use My Phone), et s’amuse aussi à secouer U Don’t Have To Call de Usher, Mr. Telephone Man de New Edition, Hello des Isley Brothers (qu’elle entonne avec son ex, Andre 3000 d’OutKast, père de son fils Seven) et Hello, It’s Me, mythique ballade pop 70’s de Todd Rundgren… Même dans cet assemblage de croquis de groove, sortes de démos améliorées, Erykah Badu conserve sa classe intergalactique, sa voix extra-terrestre et sa façon bien à elle d’assembler funk, soul, rap et jazz. Le côté brut de l’ensemble apporte même une touche singulière qu’on ne trouve pas dans les précédents enregistrements de la chanteuse. Aucun doute : But You Caint Use My Phone est tout sauf une parenthèse… © MZ/Qobuz
1,55 €

R&B - Paru le 23 avril 2013 | Bad Boy - Wondaland

Détails Q.U.E.E.N. (feat. Erykah Badu)
1,68 €

Soul - Paru le 1 janvier 2007 | Motown

6,23 €

Dance - Paru le 3 septembre 2013 | Bad Boy - Wondaland

Détails Q.U.E.E.N. (feat. Erykah Badu) [Tradelove Remix]

Soul - Paru le 31 juillet 2015 | Warner Bros.

Distinctions Qobuzissime
Pour ce deuxième album studio qui fait suite à Is Your Love Big Enough ? paru en 2012, Lianne La Havas s’est rendue en Jamaïque afin de se ressourcer et renouer avec ses racines. De là est née l’écriture de ce superbe opus qui mêle avec une grande finesse une nu soul aérienne, une pop raffinée, une folk soyeuse et un jazz en apesanteur. C’est la force de la jeune Londonienne tout au long de son nouveau disque : abolir les frontières stylistiques pour que ses mots, ses mélodies et ses sons ne fassent qu’un torrent unique de sensualité et de soul contemporaine. Comme avec ses aînées Sade ou Erykah Badu, c’est la voix de Lianne La Havas qui hypnotise à chaque instant. Et sur Blood, la voix en question impose un vrai charisme. © CM/Qobuz
17,48 €
12,99 €

Jazz - Paru le 16 juin 2015 | Blue Note Records

Hi-Res Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Avec son concept de Black Radio et les deux albums qui ont suivi, Robert Glasper a livré d’impressionnantes orgies de groove où s’entrechoquent jazz, R&B, rap, soul, funk et pop. Enregistré live aux mythiques studios Capitol, Covered en livre de nombreux titres phares en version entièrement acoustique. Epaulé par ses fidèles complices, le bassiste Vicente Archer et le batteur Damion Reid déjà présents sur ses albums Blue Note Canvas ( 2005) et In My Element (2007), le pianiste texan passe évidemment par d’autres chemins. Celui des standards ( Stella By Starlight) mais aussi celui de la reprise inattendue (Reckoner de Radiohead ou Barangrill de Joni Mitchell). A l’arrivée, un disque « retour aux sources ». Révélation du piano soul de ces dix dernières années, Glasper n’a pas épaulé Mos Def, Erykah Badu, J Dilla, Meshell, Kanye West, Common ou Q-Tip pour rien… Avec lui, la nu soul trouve l’ambassadeur smooth à souhait, clavier de velours et mélodiste suprême. Mais pas un simple tapoteur doué. Non, un pianiste, un vrai de vrai ! Qui connaît son McCoy Tyner sur le bout des ongles. Qui croise le fer avec Christian McBride, Terence Blanchard et Roy Hargrove… Surtout, Robert Glasper mène ses aventures plurielles, jazz ou hip hop, avec une insolente facilité. Mélodiste et instrumentiste hors pair, son toucher aérien en fait l'une des personnalités les plus recherchées. Son atout ? Avoir assimilé tout le spectre moderne du jazz, de son idole Herbie Hancock à Roy Hargrove, pour le mixer à ses influences contemporaines. © MZ/Qobuz
0,99 €

Electro - Paru le 16 août 2012 | Warp Records

Détails See Thru to U (feat. Erykah Badu)
4,99 €

Soul - Paru le 7 mars 2011 | Because Music

Distinctions Lauréat du prix Constantin
Avant de sortir son 1er album, Selah Sue a deja conquis ses pairs : en 2010 elle avait réalisé les premières parties de Prince, Keziah Jones et Patrice. Et après avoir été remarquée sur Taratata en jouant avec Ben l'oncle Soul et Moby, elle a enregistré le duo Please avec Cee Lo Green et qu'on retrouve également sur son album. Son titre emblématique Raggamuffin est sur de nombreuses lèvres. La jeune auteur-compositeur-interprète flamande creuse sa route, à l instar de ses modèles Lauryn Hill & Erykah Badu.
12,99 €

Jazz - Paru le 24 février 2012 | Blue Note Records

Trois ans après "Double Booked", Robert Glasper revient avec "Black Radio" chez Blue Note. Entouré de son Experiment band (Chris Dave à la batterie, Derrick Hodge à la basse et Casey Benjamin au saxophone), Robert Glasper invite sur son nouveau projet les plus belles plumes de la scène soul et hip hop US avec notamment Erykah Badu, Mos Def, Musiq Soulchild, Bilal et Lupe Fiasco. On y retrouvera également une collaboration exclusive avec Hindi Zahra
Détails Afro Blue (feat. Erykah Badu)
14,99 €
9,99 €

Electro - Paru le 22 octobre 2012 | Warp Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Qobuzissime - Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS
Évidemment, Flying Lotus est un sobriquet un brin plus exotique que Steven Ellison… Exotique, c’est sans doute la saveur de l’electro que ce génial producteur expérimental et DJ azimuté californien distille depuis le milieu des années 2000. Des architectures osées, jonglant entre liberté et improvisation et méandres mélodiques. Avec son nouvel album, Until The Quiet Comes, le petit neveu d’Alice Coltrane (veuve du mythique John) a épuré son art ou, du moins, fait le tri dans son cerveau continuellement en ébullition. Certes, le ton reste assez expérimental mais Flying Lotus articule chacune de ses constructions autour d’un puissant noyau soul. Et comme toujours avec lui, le lâcher-prise reste une fois de plus le meilleur moyen d’appréhender sa musique. Envoûtant.
Détails See Thru To U (feat. Erykah Badu)
9,99 €

Electro - Paru le 15 avril 2013 | Ninja Tune

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Sur North Borders, son cru 2013, le producteur britannique Simon Green, alias Bonobo, continue ses travaux de rapprochement entre sonorités organiques et électroniques entamés en 2010 sur Black Sands. Malgré quelques envolées comme "Know You" ou "Ten Tigers", la tonalité globale de l'album est plutôt sombre et froide et les fans seraient en droit d'attendre plus d'homogénéité dans les travaux de Green, mais North Borders n'en constitue pas moins une bande originale de journée pluvieuse idéale. Ne reste plus qu'à attendre la pluie pour bien en apprécier toutes les qualités. ~ David Jeffries
14,99 €
9,99 €

Soul - Paru le 6 novembre 2015 | Shanachie

Hi-Res Livret
Tout au long de sa carrière Angie Stone s’est imposée comme l’une des pionnières de la nu-soul, au même titre que ses compatriotes (son ex) D’Angelo, Erikah Badu ou Maxwell. Un statut qui lui permettra de collaborer avec les plus grands, de Mary J. Blige à Stevie Wonder, en passant par Alicia Keys, Mantronix ou bien encore Lenny Kravitz. Pour l’enregistrement de ce septième album, la chanteuse née en Caroline du Sud s’est entourée du producteur Walter W. Millsap III qui a notamment travaillé avec Mariah Carey et Jennifer Lopez. « C’est à la fois une perle, un bourreau de travail et un gourou créatif, précise ce dernier pour évoquer Angie Stone. L’affaire était pourtant loin d’être gagnée, la chanteuse ayant envisagé de… raccrocher ! « J’étais fatiguée des cadences infernales et répétitives de la vie d’artiste. Devoir prouver toujours et encore ce dont on est capable. J’avais l’impression que les gens ne m’appréciaient plus. Qu’on attendait juste que je tombe pour ne jamais me relever… C’est vraiment Walter Milsap III qui m’a sorti de cette situation. » Sans compter les unes de tabloïds que la chanteuse a faite pour ses violentes altercations avec sa fille, des scandales très médiatisés et à des années-lumière de toutes considérations musicales… Pourtant, en écoutant ce Rêve, tout est là ! Bien là même ! A 50 ans passés, Angie Stone offre une voix toujours aussi groovy. Classique dans sa forme, la soul de ce disque se présente comme un long moment de raffinement. Les arrangements comme la production d’une grande sobriété mette en exergue une soul sister loin d’avoir dit son dernier mot. © CM/Qobuz