Résultats 1 à 20 sur un total de 139
10,39 €

Soul - Paru le 1 janvier 1997 | Kedar

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dès son premier album, Erykah Badu accumule les comparaisons flatteuses : Lauryn Hill texane, Billie Holiday nu soul, Diana Ross sous tranquillisants ou Gil Scott-Heron féminin, l’affaire est sérieuse sous ses airs désinvoltes et langoureux. Cette soul d’inspiration jazz – smooth de préférence – avance sur des rythmes à peine hip-hop qui épousent les contours d’une voix magnifique. Treize ans plus tôt, Sade livra une sensualité similaire, que Badu rend plus captivante dans la forme. Chuchoté d’un bout à l’autre, Baduizm est le vent de fraicheur que la soul attendait à la fin des 90’s. © MZ/Qobuz
12,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2009 | Motown

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Second volet du déjà très bon 4th World War, ce New Amerykah Part Two: Return Of The Ankh est une petite perle de soul contemporaine sur laquelle la grande diva Erykah réaffirme son attachement aux racines contestataires de la soul et du hip-hop. Un œil dans le rétro, l'autre droit droit devant, la Badu abat tous ses concurrents ! © CM/Qobuz
12,99 €

Soul - Paru le 27 novembre 2015 | Motown

Quand on est la reine, on peut évidemment faire ce qu’on veut, tout ce qu’on veut, quand on veut. D’où l’intérêt d’être la reine… C’est un ce que fait Erykah Badu avec But You Caint Use My Phone. Un nouvel album ? Pas vraiment. En fait une mixtape, sous-entendu un brouillon plutôt qu’un véritable opus neuf. Mais quel brouillon ! Un missile soul totalement azimuté qui tourne autour de – attention concept – l’addiction au téléphone ! La reine texane offre ainsi un vrai faux hommage à Drake dont elle revisite pour ne pas dire déshabille le Hotline Bling (le tube du rappeur canadien aurait été le déclencheur de ce But You Caint Use My Phone), et s’amuse aussi à secouer U Don’t Have To Call de Usher, Mr. Telephone Man de New Edition, Hello des Isley Brothers (qu’elle entonne avec son ex, Andre 3000 d’OutKast, père de son fils Seven) et Hello, It’s Me, mythique ballade pop 70’s de Todd Rundgren… Même dans cet assemblage de croquis de groove, sortes de démos améliorées, Erykah Badu conserve sa classe intergalactique, sa voix extra-terrestre et sa façon bien à elle d’assembler funk, soul, rap et jazz. Le côté brut de l’ensemble apporte même une touche singulière qu’on ne trouve pas dans les précédents enregistrements de la chanteuse. Aucun doute : But You Caint Use My Phone est tout sauf une parenthèse… © MZ/Qobuz
19,49 €

R&B - Paru le 1 janvier 2007 | Universal Records

Dès son premier album, Erykah Badu accumule les comparaisons flatteuses : Lauryn Hill texane, Billie Holiday nu soul, Diana Ross sous tranquillisants ou Gil Scott-Heron féminin, l’affaire est sérieuse sous ses airs désinvoltes et langoureux. Cette soul d’inspiration jazz – smooth de préférence – avance sur des rythmes à peine hip-hop qui épousent les contours d’une voix magnifique. Treize ans plus tôt, Sade livra une sensualité similaire, que Badu rend plus captivante dans la forme. Chuchoté d’un bout à l’autre, Baduizm est le vent de fraicheur que la soul attendait à la fin des 90’s. A noter que cette Special Edition comprend de nombreux remixes et inédits. © MZ/Qobuz
12,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2007 | Motown

Avec son quatrième album, la reine Erykah ne se contente pas de ressortir les recettes certes brillantes de ses précédents opus mais propulse au contraire sa nu-soul vers plus de folie funky. Suite de Worldwide Underground, ce New Amerykah Part One (4th World War) est un concept album un brin ésotérique, très ancré dans le social, la pauvreté, la violence urbaine, la complaisance et l'identité culturelle. Alternant entre funk, soul et hip-hop, il accueille même quelques invités de marque (Madlib, Questlove des Roots, Roy Ayers, Shafiq Husayn…) et prouve que la chanteuse et musicienne originaire de Dallas a su grandir musicalement. © MD/Qobuz
18,19 €

R&B - Paru le 1 janvier 2000 | Universal Records

Pour la suite studio de Baduizm, la diva Erykah enclenche la seconde. Le groove contemplatif, toujours omniprésent, se transforme parfois en étirements funky, voire rock. La Texane rugit même comme une Betty Davis light (Penitentiary Philosophy). Sa new soul de fin de soirée, organique et dense, s’appuie sur une poésie très personnelle, aux frontières de l’impressionnisme. Comme toujours, Badu s’entoure de musiciens démentiels capables de lui tendre une toile de soul rêveuse comme une tapisserie de rythmes jazz et funky à la fois. © MZ/Qobuz
15,59 €

Pop - Paru le 1 janvier 1997 | Universal Records

10,39 €

R&B - Paru le 1 septembre 2003 | Motown

14,29 €

Dance - Paru le 1 janvier 2003 | Universal Records

Soul - Paru le 4 décembre 2015 | Motown

Quand on est la reine, on peut évidemment faire ce qu’on veut, tout ce qu’on veut, quand on veut. D’où l’intérêt d’être la reine… C’est un ce que fait Erykah Badu avec But You Caint Use My Phone. Un nouvel album ? Pas vraiment. En fait une mixtape, sous-entendu un brouillon plutôt qu’un véritable opus neuf. Mais quel brouillon ! Un missile soul totalement azimuté qui tourne autour de – attention concept – l’addiction au téléphone ! La reine texane offre ainsi un vrai faux hommage à Drake dont elle revisite pour ne pas dire déshabille le Hotline Bling (le tube du rappeur canadien aurait été le déclencheur de ce But You Caint Use My Phone), et s’amuse aussi à secouer U Don’t Have To Call de Usher, Mr. Telephone Man de New Edition, Hello des Isley Brothers (qu’elle entonne avec son ex, Andre 3000 d’OutKast, père de son fils Seven) et Hello, It’s Me, mythique ballade pop 70’s de Todd Rundgren… Même dans cet assemblage de croquis de groove, sortes de démos améliorées, Erykah Badu conserve sa classe intergalactique, sa voix extra-terrestre et sa façon bien à elle d’assembler funk, soul, rap et jazz. Le côté brut de l’ensemble apporte même une touche singulière qu’on ne trouve pas dans les précédents enregistrements de la chanteuse. Aucun doute : But You Caint Use My Phone est tout sauf une parenthèse… © MZ/Qobuz
1,68 €

Soul - Paru le 1 janvier 2007 | Motown

2,29 €

R&B - Paru le 23 avril 2013 | Bad Boy - Wondaland

Détails Q.U.E.E.N. (feat. Erykah Badu)
9,99 €

R&B - Paru le 5 février 2008 | CC Entertainment

9,99 €

R&B - Paru le 9 mars 2010 | CC Entertainment

12,99 €

Jazz - Paru le 24 février 2012 | Blue Note Records

Trois ans après "Double Booked", Robert Glasper revient avec "Black Radio" chez Blue Note. Entouré de son Experiment band (Chris Dave à la batterie, Derrick Hodge à la basse et Casey Benjamin au saxophone), Robert Glasper invite sur son nouveau projet les plus belles plumes de la scène soul et hip hop US avec notamment Erykah Badu, Mos Def, Musiq Soulchild, Bilal et Lupe Fiasco. On y retrouvera également une collaboration exclusive avec Hindi Zahra
Détails Afro Blue (feat. Erykah Badu)
0,99 €

Electro - Paru le 16 août 2012 | Warp Records

Détails See Thru to U (feat. Erykah Badu)
5,99 €

Pop - Paru le 5 janvier 2013 | Goodelove Productions

17,48 €
12,99 €

Jazz - Paru le 16 juin 2015 | CAPITOL

Hi-Res Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Avec son concept de Black Radio et les deux albums qui ont suivi, Robert Glasper a livré d’impressionnantes orgies de groove où s’entrechoquent jazz, R&B, rap, soul, funk et pop. Enregistré live aux mythiques studios Capitol, Covered en livre de nombreux titres phares en version entièrement acoustique. Epaulé par ses fidèles complices, le bassiste Vicente Archer et le batteur Damion Reid déjà présents sur ses albums Blue Note Canvas ( 2005) et In My Element (2007), le pianiste texan passe évidemment par d’autres chemins. Celui des standards ( Stella By Starlight) mais aussi celui de la reprise inattendue (Reckoner de Radiohead ou Barangrill de Joni Mitchell). A l’arrivée, un disque « retour aux sources ». Révélation du piano soul de ces dix dernières années, Glasper n’a pas épaulé Mos Def, Erykah Badu, J Dilla, Meshell, Kanye West, Common ou Q-Tip pour rien… Avec lui, la nu soul trouve l’ambassadeur smooth à souhait, clavier de velours et mélodiste suprême. Mais pas un simple tapoteur doué. Non, un pianiste, un vrai de vrai ! Qui connaît son McCoy Tyner sur le bout des ongles. Qui croise le fer avec Christian McBride, Terence Blanchard et Roy Hargrove… Surtout, Robert Glasper mène ses aventures plurielles, jazz ou hip hop, avec une insolente facilité. Mélodiste et instrumentiste hors pair, son toucher aérien en fait l'une des personnalités les plus recherchées. Son atout ? Avoir assimilé tout le spectre moderne du jazz, de son idole Herbie Hancock à Roy Hargrove, pour le mixer à ses influences contemporaines. © MZ/Qobuz
20,98 €
15,59 €

R&B - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Pour ce deuxième volume de son aventure Black Radio, Robert Glasper a sorti l’artillerie lourde côté invités. Common, Brandy, Jill Scott, Dwele, Anthony Hamilton, Faith Evans, Norah Jones, Snoop Dogg, Lupe Fiasco, Luke James, Emeli Sandé, Lalah Hathaway ou bien encore Malcolm-Jamal Warner ont fait le déplacement pour cette orgie de groove où s’entrechoquent jazz, R&B, rap, soul, funk et pop… Révélation du piano soul de ces dix dernières années, Robert Glasper n’a pas épaulé Mos Def, Erykah Badu, J Dilla, Meshell, Kanye West, Common ou Q-Tip pour rien… Avec lui, la nu soul trouve l’ambassadeur smooth à souhait, clavier de velours et mélodiste suprême.
14,99 €
9,99 €

Electro - Paru le 22 octobre 2012 | Warp Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Qobuzissime - Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS
Évidemment, Flying Lotus est un sobriquet un brin plus exotique que Steven Ellison… Exotique, c’est sans doute la saveur de l’electro que ce génial producteur expérimental et DJ azimuté californien distille depuis le milieu des années 2000. Des architectures osées, jonglant entre liberté et improvisation et méandres mélodiques. Avec son nouvel album, Until The Quiet Comes, le petit neveu d’Alice Coltrane (veuve du mythique John) a épuré son art ou, du moins, fait le tri dans son cerveau continuellement en ébullition. Certes, le ton reste assez expérimental mais Flying Lotus articule chacune de ses constructions autour d’un puissant noyau soul. Et comme toujours avec lui, le lâcher-prise reste une fois de plus le meilleur moyen d’appréhender sa musique. Envoûtant.
Détails See Thru To U (feat. Erykah Badu)